À la uneFootSport

Ligue 1 : La mauvaise passe de Burak Yilmaz

Burak Yilmaz Turquie


Titularisé vendredi soir en ouverture de la 12e journée par Jocelyn Gouvernnec face au PSG, Burak Yilmaz, à l’image de son début de saison, a rendu une copie correcte sans pour autant être efficace.
Le Turc a été remplacé par Amadou Onana à la 75e minute lors de la défaite 2-1 du champion de France en titre face au leader.

Titulaire aux côtés de Jonathan David dans le 4-4-2 concocté par Jocelyn Gourvennec, pour affronter le PSG en ouverture de la 12e journée de L1, Burak Yilmaz a rendu une copie correcte pendant 75 minutes. Sorti par son entraîneur un quart d’heure avant la fin de la rencontre alors que le LOSC venait de voir les Parisiens recoller au score, le Kral (Roi en turc) n’a pas montré de signe d’agacement lors de son remplacement, comme cela avait pu être le cas lors de la journée précédente face au Stade Brestois.

Durant la rencontre, Burak Yilmaz se déplaçait tel un électron libre en alternant entre les différents postes d’attaquant. Il s’est aussi montré très actif devant le but avec deux frappes (1e et 57e) qui auraient pu se convertir en but si Gianluigi Donnarumma ne s’était pas interposé. Il a également beaucoup décroché pendant le match pour proposer des solutions à ses partenaires pour mieux se projeter quand le LOSC lançait une contre-attaque. L’international turc (74 sél., 20 buts), au terme d’une belle transition menée par les Dogues, a délivré une passe décisive à Jonathan David (31e), qui a inscrit son 8e but en championnat dont il est actuellement le meilleur buteur.

Des difficultés dans le jeu depuis le début de la saison

S’il n’a pas ménage ses efforts sur le terrain, Burak Yilmaz a eu beaucoup de déchet technique lors de la partie. Le numéro 17 lillois n’a pas été aussi influent qu’il a pu l’être la saison passée. En effet, l’ancien du Besiktas a perdu 11 ballons, remporté deux duels (sur six) et a éte signalé hors-jeu à deux reprises. A l’image de son début de saison, le Turc tente, propose, crée des décalages et sert de point de fixation sans pour autant réussir à trouver la mire. Douze matchs, quatre buts et trois passes décisives : telles sont les statistiques de Burak Yilmaz en ce premier tiers de la saison.

Malgré une combativité et une envie de planter des buts, le natif d’Antalya (Turquie) n’arrive pas à avoir le déclic qui lui permettrait de mettre fin à une disette d’un mois sans marquer en Ligue 1. Un problème qui serait dû à de la crispation selon Jocelyn Gourvennec. « Être crispé, c’est forcer les chosesJona (David) est un bon exemple, il a le plus de relâchement (…) Burak a de la crispation, le fait d’être sur une moins bonne série crispe le dernier geste. Il faut plus de légèreté et de fluidité, ça permet de mieux finir les actions. », avait indiqué le technicien nordiste. en conférence de presse. Après le match contre le PSG vendredi soir, Burak Yilmaz a enchaîné un autre match sans scorer. Le déclic ne saurait tarder pour celui qui est obsédé par le but et a porté le LOSC en fin de saison dernière grâce à plusieurs buts décisifs (contre Nice, Lyon, Lens et Angers).

A lire aussi : Ligue 1 : Burak Yilmaz, le Kral du LOSC

About author

Apprenti journaliste
Related posts
À la une

C'était il y a 35 ans : la mort de Malik Oussekine

À la uneSéries Tv

La vengeance au triple galop revient en clair dès le 20 décembre

À la uneInternationalSport

Les Etats-Unis vont boycotter les JO d'hiver en Chine

À la uneSéries Tv

Avy Marciano quitte Plus belle la vie après 10 ans

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux