À la uneFootSport

Ligue 1 : grosses tensions derrière le choc entre le PSG et Lyon

Tensions entre Jean-Michel Aulas et Nasser El-Khelaifi en marge de PSG-Lyon ©Twitter FootMercato

Grève des supporters, insultes envers des dirigeants, Fair Play Financier, le match entre l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain se voulait tendu pour la 6ème journée de Ligue 1.

On s’attendait à un match sous tensions entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais (2-0), il l’a été. Depuis la signature de Kylian Mbappé et Neymar au PSG, le président de l’OL, Jean-Michel Aulas ne cesse d’attaquer le club parisien. En cause, un supposé non-respect du Fair Play Financier.

Malgré une lettre d’excuses à Nasser El-Khelaifi, la relation entre les deux clubs ne s’était pas arrangée. L’Équipe titrait même la veille du match : “Aulas n’est pas le bienvenu“. Malgré tout, la direction du PSG a tenté de faire un pas envers Lyon. Les supporters voulaient répondre à leur manière à Jean-Michel Aulas, à l’aide de banderoles. Une initiative interdite par le Paris Saint-Germain.

Le retour des vieux démons

Une décision qui n’a pas plu à la tribune Auteuil. Résultat : un quart d’heure de grève des chants, des “liberté pour les Ultras” et autres insultes envers Jean-Michel Aulas scandés pendant le match. D’autant que la banderole prévue était plutôt prude : “Aulas not welcome”. Soit rien de plus que la une de l’Équipe le jour précédent.

En voulant adoucir la relation avec son adversaire du soir, le PSG a donc réveillé les querelles qu’il a depuis 2011 avec les supporters. Avec l’arrivée des Qataris à la tête du club, les interdictions de stade s’étaient fait plus fréquentes, notamment pour les Ultras. La situation s’était améliorée cependant avec un allégement de ces interdictions en fin de saison dernière.

Côté terrain, c’est plus calme

Sur le terrain en revanche, les joueurs ne semblaient pas concernés par cette guerre entre les deux clubs. Alors que l’on aurait pu attendre des petits coups, des fautes en pagailles, le match est resté très calme. Y compris dans le jeu, puisqu’il a fallu attendre la 75ème minute pour l’ouverture du score sur un but contre son camp de Marcelo. Résultat final, 2-0, avec un autre but contre son camp, de Morel cette fois-ci. Le PSG reste leader avec trois points d’avance sur Monaco.

Après le match d’ailleurs, les joueurs ne se sont pas épanchés sur la question. “On se concentre sur le terrain. Ce qui peut se passer autour, on s’en fout“, lâche le gardien lyonnais Anthony Lopes à la sortie du vestiaire. Même son de cloche pour Adrien Rabiot, le milieu du Paris Saint-Germain : “nous jouons des matchs, on a besoin d’être concentré. On ne parle pas de ces sujets.” Jean-Michel Aulas, lui, assure que la hache de guerre est enterrée, et en a même profité pour louer son collègue Nasser El-Khelaifi, quelqu’un de “très très bien, qui réussit bien dans un contexte particulier“. Pas sûr que cela suffise à calmer les esprits, même si le rapprochement est bien là.

Par Anthony Audureau, au Parc des Princes

About author

@Antho_ADR
Related posts
À la uneBrèvesSéries Tv

Une suite à Papa Schultz en développement

À la uneActualitéEconomieFrance

40 ans de Mcdonald's en France : TOP 5 des chiffres les plus fous

À la uneActualitéCinémaCultureFranceSociété

« Play » : le film d’une vie qu’on a envie d’aimer

À la uneActualité

"Tout compte fait" : le scandale du suremballage des colis

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux