À la uneActualitéHommesInternationalsociété

L’OSCE impute les crimes homophobes tchétchènes à la Russie

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, dénonce le rôle de la Russie dans les ingérences du gouvernement Tchétchène envers les homosexuels et transgenres.

Le 1er avril 2017 un média indépendant russe Novaïa Gazeta, révèle qu’une centaine d’hommes, tous homosexuels, ont été enlevés par le gouvernement tchétchène. Vladimir Poutine, comme Ramzan Kadyrov, le président tchétchène, réfutent les allégations et disent avoir ouvert une enquête sur les faits.

Mais le 6 mai 2017, trois associations LBGT déposent une plainte à la cour pénale internationale pour génocides et persécutions.

En enquêtant sur les faits l’OSCE déclare que le Kremlin fait preuve d’une incroyable passivité face à ces meurtres envers les homosexuels vivant en Tchétchénie. L’organisme parle d’une véritable chasse organisée par le gouvernement des 2016. Différentes ONG, média et certains gouvernements ont fait pression sur Ramzan Kadyrov, de nouveaux cas sont apparus entre septembre et octobre 2018.

« Il paraît difficile de douter de la véracité des allégations, car elles ont été confirmées par différentes sources fiables : témoignages de victimes et de témoins, avocats, rapports d’organisations locales. » explicite le rapport.

Les différents organismes de la Fédération de Russie ont une velléité d’offrir une impunité  à ce gouvernement caucasien.

L’OSCE publie donc un document d’une trentaine de pages le 13 décembre 2018. L’analyse expose « des preuves manifestes » qui corroborent les accusations des ONG et des survivants.

La conclusion du document a démontré un dénie des autorités russes à se dresser contre la Tchétchénie. Un pays traité comme un cas extraordinaire, le Kremlin semble refuser de prendre toutes positions qui le contredisent. Cela offre à la Tchétchénie une liberté totale d’action. Même en violant les accords internationaux.  Les études se basent sur des témoignages de survivants, et de nombreux documents. La Tchétchénie, ni la Russie n’ont encore communiqué sur ce rapport qui les accable. Un rapport demandé par seize pays membres de l’OSCE, sur 57 au total.

 

Lire aussi : L’affaire du siècle : quatre associations attaquent l’Etat en justice !

 

Related posts
À la uneActualitéFrancePolitiqueSociétéSociété

Où est Steve ? Un mois et toujours rien

À la uneFootSport

Matchs amicaux : l'OM se rassure, Saint-Etienne cartonne

À la uneCulture

Le 19 juillet en trois dates

Actualité

"Hors norme et très coloré", Lollapalooza c'est demain !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux