À la uneActualitéFrancePolitiqueSociété

L’université de Nanterre annonce le retour de la mobilisation

Lundi 10 décembre s’est réuni une assemblée générale de l’Université Paris X Nanterre. Dans le plus grand amphithéâtre du campus, dans le bâtiment Allais. Entre 2 000 et 3 000 étudiants ont montré leur désaccord à la hausse des frais d’inscriptions pour les étudiants extracommunautaires.

Depuis jeudi 6 décembre une assemblée Générale à décidée d’un blocage reconductible jusqu’à lundi matin. L’assemblée Générale ayant réuni moins de 500 étudiants, à pris la décision de bloquer la faculté à l’orée des partiels. Lundi le mouvement à pris de l’ampleur, plusieurs milliers d’étudiants y ont été pour débattre et prendre ensemble une décision ayant une portée politique et un impact drastique sur l’ensemble de la communauté universitaire.

Une farouche opposition

Dans un débat qui a duré plus de 3 heures, dans un amphi surchargé, une opposition à la politique du président, jugée raciste par cette communauté. La réforme qui vise à faire passer de 170 à 2 770 euros en licence, et de 243 ou 380 euros en master ou en doctorat à 3 770 euros rencontre une très large opposition. La Conférence des Présidents d’Universités a demandé à la ministre de l’Éducation supérieur, Frédérique Vidal, une annulation de ce projet de loi. La ministre a refusé d’avorter son projet.

Les décisions de l’assemblée Générale.

Dans ce cadre, l’assemblée Générale a donc statué sur plusieurs points différents. La proposition d’un sitting devant le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche, et de l’innovation a été adopté. Un blocage de l’autoroute qui le longe la façade nord de l’université, à été adoptée. Le blocage du campus jusqu’à la prochaine AG a été adopté à une majorité écrasante. Seul 67 personnes s’y sont opposés contre environ 2 500 étudiants. Bien que l’assemblée Générale n’ait pas réussi à rassembler les 33 000 étudiants qui passent leur diplôme, la motion d’un vote électronique a été rejetée. du à une crainte d’un trucage de l’administration.

Les étudiants ont également décidé ne pas laisser rentrer des média tels que BFM TV dans l’amphithéâtre, mais ont accepté la présence de RTL.

Les antibloqueurs et les pro bloqueurs, sont néanmoins tous tombé d’accord sur le fait que cette loi était un scandale qui entachait la grandeur de l’Université française partout dans le monde. La prochaine AG doit donc se dérouler jeudi 13 décembre, pour de nouvelles motions et entre autres la relance du blocus pour une semaine de plus.

Communiqué de la présidence de la faculté

Face au mouvement la présidence à communiqué sur l’annulation des partiels du 10 et du 11 décembre et exige un déblocage. Mais au vu du climat hostile qui règne entre les étudiants et certains enseignants face au président de Paris X, Mr Ballaudé. Un président, qui l’an dernier, a permis l’intrusion de CRS dans le but de déloger l’occupation, qui luttait contre la loi ORE. Le déblocage ne semble pas être à l’ordre du jour.

Lire aussi : Augmentation des prix des université: la colère des étudiants se fait sentir !

Related posts
FemmesSantéSociété

Un mois pour lutter contre le cancer du sein

À la uneActualitéFaits DiversSociété

L'homme arrêté à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès

À la uneBrèvesSéries Tv

High School Musical: The Musical: The Series : lancement en grandes pompes pour la série

À la uneSéries Tv

Dupont de Ligonnès arrêté : la réalité a dépassé les fictions

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux