À la uneActualitéFranceLe point de vue des jeunesPolitique

Augmentation des prix des université: la colère des étudiants se fait sentir !

Ce mercredi 21 novembre 2018 est à marquer d’une pierre blanche car l’un des droits fondamentaux des étudiants, celui à l’éducation quasi gratuite en études supérieures, est sur le point de changer. Alors que Le Monde met sous la lumière un rapport dans lequel des magistrats proposent d’augmenter les frais d’inscription à l’université, les associations étudiantes font ressentir leurs mécontentements. Mais que ce cache-t-il derrière les menaces des syndicats étudiants ?

C’est à 5h du matin que Le Monde met à jour une information capitale : la Cours des comptes travaille sur une réforme des droits à l’inscription et propose une hausse importante des frais d’inscriptions, surtout en master. En effet, pour s’inscrire aujourd’hui  dans une université  en France il faut débourser environ 180 € en licence, 250 € en master et 390 € en doctorat.

Or le parquet annonce une hausse de 297 % du prix pour les masters qui passerait donc à plus de 960 € et un peu moins pour les doctorats qui passeraient aux alentours de 780 €. Le commanditaire de ce rapport, le député LREM du Calvados, Fabrice Le Vigoureux explique que ce serait “la seule solution réaliste et acceptable” pour faire face à la situation financière de l’enseignement public supérieur.

 

Acceptable ? Pas selon tous.

Face à ce rapport se dressent les associations et syndicats étudiants. Pour eux, cette solution est indigne d’un Etat qui prône la qualité et la semi-gratuité de son enseignement supérieur.

“Il s’agirait d’une attaque inédite contre l’accès démocratique à l’université” déclare Lilas Le Bras, présidente du syndicat étudiant UNEF (Union Nationale des Étudiants Français).

Les organisations étudiantes avaient déjà été auditionnées il y a quelques mois par la Cours des comptes mais n’ont, visiblement, pas été entendues par les magistrats.

“On leur a tout de suite dit qu’on jugeait que ce n’était pas aux étudiants de piocher dans leurs poches, déjà vides, pour financer l’université” s’indigne la présidente. “Cela aggraverait la situation d’un enseignement supérieur public à deux vitesses”.

En effet si la réforme finit par être appliquée, se créerait alors une sorte de sélection sociale encore plus creusée car les étudiants les plus précaires ne pourront simplement plus se payer le luxe de faire un master.

Edouard Philippe, qui s’était déjà mis à dos les syndicats étudiants à cause de la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, risque de se prendre un revers s’il laisse passer cette réforme.

“Si le gouvernement décide de suivre les recommandations de la Cour des comptes, on ne se laissera pas faire.” annonce Lilas Le Bras. En bref le gouvernement marche sur des œufs et risque un retour des manifestations étudiantes si cette loi est validée.

Alors pour éviter les émeutes de l’année dernière, ils devront faire les bons choix.

Related posts
À la uneActualitéInternational

C'est quoi le nouveau réseau des conservateurs américains "Parler" ?

À la uneActualitéBrèves

Jada Pinkett avoue son aventure avec le rappeur August Alsina

À la uneBrèvesSéries Tv

HBO arrête sa série Run après 1 saison

À la uneActualitéFrance

Ce samedi 11 juillet l'état d'urgence prend fin

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux