À la uneActualitéFranceNon classéPolitique

Lyon : malgré des finances dans le rouge, le RN fait sa rentrée

Alors que le Rassemblement National est au bord de la faillite, les fédérations s’organisent tant bien que mal pour la rentrée. Exemple à Lyon où la secrétaire départementale met le cap sur les municipales sans cacher son inquiétude sur l’avenir du mouvement.

La saisine – par la justice – de 2 millions d’euros d’aides publiques asphyxie le parti de Marine Le Pen, y compris les fédérations départementales. En effet, selon France Inter, près d’un tiers des fédérations sont contraintes de mettre la clé sous la porte. A Lyon, la secrétaire départementale Muriel Coativy – membre du bureau national du RN – préfère parler d’une “rentrée sous le signe de la refondation”… y compris au niveau financier ? Si elle reconnaît les difficultés et les débats internes, Muriel Coativy décrit un parti “entièrement mobilisé sur les prochaines élections”, à savoir les européennes 2019 et les municipales 2020. Entre Rhône et Saône, ce samedi, ils seront 70 pour parler de l’avenir du parti, une semaine avant le “Conseil National des élus locaux” qui se tiendra à Fréjus.

La fédération, outil de professionnalisation du mouvement

A Lyon, le Rassemblement National prépare une rentrée “en symbiose avec le national” en déclinant les sujets nationaux au niveau local. Autrement dit, à la permanence d’Irigny, Muriel Coativy va proposer aux élus et adhérents des “formations” pour “améliorer la connaissance des dossiers” et “mieux défendre nos idées et nos valeurs”. Tout cela va prendre la forme de “mediatraining” qu’elle promet “ludique”. Ainsi, le Rassemblement National cherche à continuer sa professionnalisation. Si Muriel Coativy dit “apprendre par la presse” la fermeture de certaines fédérations, elle reconnaît que, dans le Rhône, le débat “est ouvert” en interne. Pour elle, la présence d’une permanence physique est “indispensable” et annonce “tout faire pour garder un local”. A l’heure actuelle, avec la campagne des dons de l’été, Muriel Coativy pense “tenir jusqu’en octobre”. Et après ? “On verra” répond-elle peu enthousiaste :“sous Jean-Marie, le parti faisait des très bons scores sans argent”. Conséquence des restrictions budgétaires, le RN du Rhône fait une révolution dans sa communication : chaque mardi, “une vidéo” sera publiée sur les réseaux sociaux pour réagir à l’actualité locale, suivie par “un communiqué de presse ou une tribune”. Moins coûteux – peut-être moins efficace – que les traditionnels tracts qui, eux, vont se raréfier car même le coup de la photocopieuse pose problème.

 

Le “profond sentiment de confiance” du RN du Rhône envers Marine Le Pen

Malgré les difficultés qui s’accumulent, Muriel Coativy continue de voir en Marine Le Pen “une femme prête à gouverner la France”. Nouvelle membre du bureau politique, la secrétaire départementale du Rhône se félicite de la volonté de Marine Le Pen de “repartir sur des nouvelles bases” et l’encense : “une femme courageuse, tenace et très ouverte à la discussion”.  Une petite musique, à l’inverse, que  certains cadres du parti dénoncent, estimant que “le bureau national est aux ordres” et “en admiration” devant l’ex-candidate à la présidentielle. Si Marine Le Pen est toujours poursuivie dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs du parlement européen, Muriel Coativy fait également l’objet d’une enquête ouverte par le Parquet de Lyon pour “provocation à la haine” après le déploiement d’une banderole demandant “les Français d’abord” face aux “clandestins”. En dénonçant une “une enquête politique” dont elle n’a “aucunes nouvelles”, Muriel Coativy est prête “à la ressortir”.  En dépit des affaires, le parti met le cap sur les municipales 2020.

 

Les municipales, “une élection difficile”

Muriel Coativy est pleinement mobilisée sur le prochain cycle électoral et veut le faire savoir. En effet pour elle, il est “nécessaire qu’un maximum de nos adhérents soient candidats aux municipales”. Une élection qu’elle reconnaît comme “difficile” car “on ne veut pas toujours s’afficher” . Et Muriel Coativy de raconter : “Quand je me suis engagée au FN, j’ai été rejeté par mes ami(e)s et c’est encore compliqué dans ma famille”. Un choix “personnel” qu’elle ne regrette pas car elle entend placer “la défense de la France au dessus de sa vie personnelle”. Aujourd’hui, elle est fière d’annoncer que le Rhône va faire partie “des premières fédérations à présenter des candidats à la commission d’investiture” en vue des municipales 2020. Une très forte mobilisation des cadres du parti, peut être pour cacher la démotivation et le “blues” des adhérents.

 

A LIRE AUSSI :

Christophe Boudot (RN) : “le FN aurait pu devenir Les Nationaux”

About author

Journaliste VL. Directeur du bureau de Lyon.
Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 : Rudi Garcia, nouvel entraîneur de l'OL

À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix du Japon : Mercedes de nouveau sur le toit du monde !

À la uneBrèves

« C’est du gâteau » : L’émission à la française de Netflix

À la uneActualitéFootSport

France Turquie : un match qui sort du cadre sportif ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux