À la uneFrance

Mais quand les médias cesseront-ils de nous prendre pour des truffes ?

Chers amis, estimez-vous heureux d’avoir Radio VL, le premier média Jeunede France et, visiblement, l’un des seuls à ne pas tenter de vous manipuler fourbement par tous les moyens possibles.

Après TF1, accusé par le Petit Journal de Yann Barthès d’avoir recyclé des images prises aux Etats-Unis plusieurs années auparavant pour illustrer un documentaire sur la délinquance et faire froid dans le dos à tous les petits ménages peu regardants sur les sources et peu réticents à voter Marine Le Pen pour peu qu’on leur en donne des raisons dont ils n’auront pas trop honte, voici que la presse nous abreuve depuis quelques heures d’une histoire croustillante selon laquelle un évêque espagnol inciterait au viol des femmes ayant avorté.

Et voici que, sur toute la toile, ce ne sont que titres provocateurs : « Violez les femmes, elles le méritent », « Un archevêque espagnol légitime le viol pour les femmes ayant avorté », et autres « L’Eglise justifierait le viol des femmes ».

Or, après vérification, il s’avère d’une part que ces paroles de  Monseigneur Javier Martinez, Evêque de Grenade, remontent à plus de deux ans en arrière, plus précisément au 20 décembre 2009, pour son homélie du 1er dimanche de l’avent, et d’autre part que les médias français ont une interprétation plutôt libre des paroles de l’Evêque.

Faites-vous donc votre propre idée : voici la traduction des paroles qui créent aujourd’hui un débat d’une telle ampleur.

“Mais tuer un enfant sans défense ! Et que ce soit sa propre mère qui le fasse ! Cela donne à l’homme une licence absolue, sans limites, d’abuser du corps de la femme parce que la tragédie, c’est elle qui devra la porter, et elle la porte comme si c’était un droit : le droit de vivre toute sa vie accablée par un crime qui laisse toujours des blessures dans la conscience et auquel ni les psychologues, ni les psychiatres, ni aucune technique pour s’évader, ou pour faire son deuil, n’apportent le moindre remède.”

Autrement dit : la légalisation de l’avortement en Espagne pourrait faire croire aux hommes, selon Mgr Martinez, qu’ils ont le droit d’abuser du corps de la femme puisqu’elle seule portera le drame de l’avortement par la suite. Pour l’homme, cela n’aura été qu’un passe temps tandis que la femme vivra deux drames (celui du viol et celui de l’avortement) dont elle devra s’accommoder sa vie durant.

Oh ! Tiens ! Comme c’est différent de la version servie par nos bons vieux journalistes français. Et n’allez pas me faire croire qu’ils n’ont pas les moyens de vérifier leurs sources, ces journalistes. Je veux bien croire que la presse, écrite ou autre, connaît des jours difficiles mais quand même !

Alors qu’ils cessent un peu de nous prendre pour des truffes et de vouloir nous faire penser ce qu’ils veulent que nous pensions. Il faut des voix pour la droite ? Ok, un petit reportage truqué sur TF1 accompagné d’une bonne vielle campagne contre la délinquance devrait faire l’affaire.

Il est à la mode d’en vouloir à l’Eglise Catholique ? Qu’à cela ne tienne, on va leur ressortir un bon vieux scandale pas scandaleux du tout, qu’on montera de toutes pièces, pas trop faux pour pas se faire griller mais pas vrai non plus parce que, oh ! on ne va pas commencer à leur raconter la vérité, quand même, à ces larves qui gobent TF1 comme si leur vie en dépendait. Ben non, on va pas leur fournir du vrai journalisme de qualité, faut pas pousser ! Après, ils pourraient croire qu’on les respecte…

http://www.youtube.com/watch?v=LPa_92sTKCA&feature=player_embedded

 

Olivia MARC

Related posts
À la uneActualitéEmissions

"Tout compte fait" : le scandale du suremballage des colis

À la uneActualitéInternationalSanté

Un Téléthon pour le climat récolte plus de 2 millions d'euros

À la uneActualitéFootSport

PSG-Real : un choc mais aussi une cascade de blessures

À la uneActualitéFrancePolitique

Quand Emmanuel Macron utilise une application pour surveiller ses ministres

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux