À la uneActualitéEconomieFrancePolitiqueSociété

La MEDEF academy ou comment créer un million d’emplois

Mercredi 24 septembre le Medef a dévoilé son plan destiné à permettre la création d’un million d’emplois en France. Boîte à outils avant-gardiste ou manifeste libéral, quelles sont ces grandes propositions pour sauver l’emploi et notamment celui des jeunes ? Décryptage du « rêve » de Pierre Gattaz.

Si la courbe du chômage est « stable au deuxième trimestre 2014 » selon les statistiques de l’INSEE elle n’en est pas moins écrasante. Avec 2,8 millions de personnes sans emploi en France métropolitaine, le taux de chômage est de 10,2% (juin 2014). Parmi les premières victimes du chômage, les jeunes de moins de 25 ans. 22,8% des jeunes sont sans emploi en métropole. Malgré une baisse de 1,6 point ils demeurent très touchés par la crise de l’emploi.

graph_cho_nvIR

©Journal du Net

François Rebsamen, Ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue Social avait lui même évoqué un « échec » dans la politique de lutte contre le chômage citant les « 350 000 emplois (qui) ne trouvent pas preneurs », et demandant aux services du Pôle emploi de « renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi ». Mais pour le Président du Medef, Pierre Gattaz, la solution se trouve dans une vaste réforme de notre modèle social.

Génération « 1 million d’emplois »

D’après le communiqué de presse du Medef, « La france n’est pas condamnée à demeurer avec 5 million de chômeurs. Les chefs d’entreprise en sont convaincus ». Selon le Patron des patrons, « en lançant une grande opération de mobilisation, et en mettant sur la table des propositions pour favoriser la création d’emplois, le MEDEF et ses adhérents proposent, agissent et lancent des débats ». Il poursuit « ce qui est important, c’est d’avoir désormais un objectif clair et partagé : la création d’emplois ! »

La-revolution-du-travail-selon-le-Medef

Le Medef, qui encourage les entrepreneurs et les fédérations professionnelles à soutenir leur initiative a officiellement lancé le projet « 1 million d’emplois, c’est possible ».

©Les Echos

 » ©Les Echos

À travers le « petit livre jaune », Pierre Gattaz a lancé mercredi 24 septembre son « opération spéciale » pour sauver l’emploi. Selon ses propos tenus à la conférence du Medef ce matin, « les certitudes d’hier sont les blocages d’aujourd’hui et le chômage de demain ». Il y a présenté une trentaine de mesures et d’orientations utiles à la relance de l’économie et de l’emploi après la diffusion « accidentelle » de plusieurs d’entres elles ces derniers jours.

Encré dans un programme datant du Conseil national de la Résistance, « notre modèle économique, hérité de la libération et basé sur le modèle des Trente Glorieuses, a vécu » affirme P. Gattaz.

-

Pour lui, il est temps de tourner la page pour pérenniser nos acquis et encourager l’économie pour sortir la France de la crise de l’emploi. Ainsi, le Medef propose une panoplie de mesures parmi lesquelles l’abandon du temps du travail basé sur les 35 heures, le recul de l’âge de départ à la retraite ou encore l’instauration d’un « mini-smic » pour les chômeurs de longue durée. Mais au-delà des mesures symboliques qui font déjà grincer les dents à l’intérieur de la classe politique et au sein du gouvernement Valls, le « petit livre jaune » semble faire de l’emploi des jeunes et de l’apprentissage un leitmotiv.

Mettre l’éducation au service des entreprises 

Du point de vue des entrepreneurs, les enseignants ne forment pas les étudiants à devenir des acteurs du milieu entrepreneurial et des travailleurs qualifiés. Pour Pierre Gattaz la relance économique a besoin de jeunes motivés et qualifiés qui ont déjà une expérience du monde du travail. Dans son programme le Medef veut « revaloriser l’apprentissage (…) et mener les réformes structurelles permettant d’associer les entreprises à l’élaboration des filières ».

Remettre au goût du jour le lien qui existe entre la scolarité et l’emploi tel est le pari des patrons qui voudraient que l’éducation française soit moins « scolaire« , mais d’avantage active et diversifiée dans les grandes écoles.

Créer des emplois aidés moins couteux 

Pierre Gattaz a pointé du doigt le coût du travail en France lors de la présentation officielle du programme du Medef. Selon l’organisation, « 150.000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification ». Le président a proposé « un cadre transitoire d’accès à l’emploi destiné à certaines populations très éloignées de l’emploi, par exemple sous la forme de contrats aidés destinés aux entreprises ».

LE MEDEF PROPOSE UNE THÉRAPIE DE CHOC CONTRE LE CHÔMAGE

Une vaste réforme de l’Éducation nationale

Pour le patronat, ces 150.000 jeunes qui s’excluent du système scolaire sans aucun diplôme sont une réalité douloureuse pour la société entière. D’après le programme du Medef, une large réforme de l’enseignement s’impose donc. Suite logique des développements, l’apprentissage doit être au coeur de cette refonte du système scolaire et étudiant. Revaloriser le travail dès le collège, voilà l’objectif du Medef qui demande que les entreprises soient associées à la création de nouvelles filières.

D’autres mesures transversales concernent plus ou moins directement l’emploi des jeunes, comme la très controversée suppression de deux jours fériés afin « d’allonger la durée annuelle travaillée de 1,2 jour, ce qui représente environ 0,9% de PIB » et de créer « 100.000 emplois supplémentaires ». Par ailleurs, le travail en soirée et celui du dimanche sont souhaités par le patronat. Les jeunes seraient particulièrement touchés par cette mesure puisqu’ils pourraient, selon les membres du Medef, accroître leurs revenus d’une manière plus flexible. Actuellement le gouvernement Valls travaillerait sur un projet de réforme sur le sujet. Mais Pierre Gattaz voit plus plus loin; pour lui « il y a urgence à décider, à réformer, à agir. La France n’a plus le temps d’attendre ».

Image à la une ©Libération

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéCultureSéries Tv

5 conseils pour déguster au maximum un bon vin

À la uneSéries Tv

"Merteuil" : la plateforme MAX adapte Les liaisons dangeureuses

ActualitéCinéma

Quels sont les 10 plus gros succès du cinéma français au box-office?

À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux