À la uneActualitéBrèvesFranceReportages

Militaires de l’extrême, ils vous racontent leur expédition au Groenland !

Douze militaires reviennent d’un raid itinérant au Groenland. Confrontés à des températures allant jusqu’à -40°C, ils se confient sur la vie quotidienne dans un milieu hostile et dangereux.

« On a eu froid » reconnaissent-ils pudiquement. Durant un mois, 12 soldats de haute-montagne sont partis effectuer un raid itinérant en plein cœur du Groenland. L’objectif : permettre l’étude “des effets physiologiques du froid sur le corps humain” et “se transmettre un savoir-faire” pour assurer les missions dans les milieux polaires.

Une expédition qui s’inscrit dans le programme « Life In Frozen Environnement » dirigé par le Service de Santé des Armées. Depuis 4 ans, des militaires volontaires partent dans les zones polaires pour “améliorer les équipements et matériels”, de la nourriture aux armes. Si “le corps humain s’acclimate”“tout est compliqué” résume un militaire qui décrit néanmoins “une belle expérience” au plus près des ours polaires !

Une performance physique hors-norme

Habitués à évoluer dans des terrains difficiles, ce raid est“une remise en question” pour les militaires car “le froid nous oblige à sortir de notre zone de confort” résume le commandant Pierre. “Il faut revoir les procédures et les méthodes pour s’adapter aux températures”, voire “ré-apprendre des gestes rudimentaires”. A l’image de “la construction d’un bivouac dans la neige à -30°C” ou “allumer un réchaud au carburant”

Au total, ils ont parcouru 160 kilomètres avec 70 kg d’équipements, traînés par des“pulkas individuelles” en expérimentation. Malgré les conditions difficiles, les soldats décrivent “un sentiment unique”, celui d’être “seul au monde, loin de toutes civilisations, dans des paysages magnifiques et démesurés”. Pour le sergent Alan, “être tiré en kite par une voile sur la banquise pendant 3 heures” restera son meilleur souvenir.

Les militaires traînent une pulka avec 70kg de matériels

Chaque jour, les soldats parcourent 16 à 17 kilomètres avec une obsession : la sécurité. “On apprend à ne pas se dépenser totalement physiquement pour éviter les accident” détaille le commandant Censier qui précise “l’absence totale des secours”. Autre obsession, plus étonnante, la transpiration. “Il ne faut jamais transpirer, sinon le corps gèle instantanément avec l’humidité” raconte un soldat, lui-même victime de “gelures sur le nez”.

Duvet sur la banquise, “Game of Thrones” et dentifrice gelé.

Côté vie quotidienne, les conditions sont “minimalistes” pour “ne pas être saisi par le froid”. Durant 24 jours, ils étaient en autonomie totale avec de la “nourriture spéciale” et “5 litres de carburants par personne”. Le plus contraignant : “faire fondre la neige pour avoir de l’eau”. Un passage obligé pour manger car “la nourriture gèle si elle n’est pas dans l’eau chaude”. “Tout le matériel que l’on avait nous a sauvé la vie” insiste le sergent Alan.

A l’arrêt des activités “vers 16h30”, les militaires “montent les bivouacs” et se réfugient par deux à l’intérieur. “On pose un matelas gonflable sur la banquise puis notre duvet, spécialement conçu” explique le commandant Pierre. Avant d’ajouter :“on ne sort plus du duvet jusqu’au lendemain”. Confrontés à des tempêtes au début de l’expédition, la sortie des duvets le matin est “un moment difficile” en raison des “températures extérieures”.

Dans l’immensité du Groenland, les militaires français montent le camps pour la nuit.

“Il toujours être en activité” précise l’un des militaires du raid même si les “vêtements sont chauds”. “On utilise la technique de l’oignon” précise le commandant, c’est-à-dire “une accumulation de vêtements spécifiques”. Côté divertissement, les contacts familiaux étaient volontairement rares mais tous avaient “une liseuse”. “J’ai profité de l’expédition pour regarder les 7 saisons de Game of Thrones” détaille, dans un éclat de rire, l’un des militaires.

Dans le froid, “l’hygiène n’est pas problématique” mais le sergent Alan reconnaît que “c’est la première fois en 15 ans d’armée” qu’il “passait 21 jours sans se laver”. “On faisait une toilette de chat rapide” car “même les lingettes ou le dentifrice gelaient s’ils n’étaient pas contre nous” raconte un autre militaire. Une “belle aventure qu’il faut vivre et non pas subir” conclut le commandant Pierre.

Un petit regret ? “Ne pas avoir vu d’ours polaires” nous confie l’un des hommes de la mission. “On a vu des traces d’une mère et son enfant mais ils se fondent tellement dans le décor”.

 

 

A LIRE AUSSI

L’Allemagne ouvre son armée à l’Union Européenne

 

About author

Journaliste VL. Directeur du bureau de Lyon.
Related posts
À la uneActualitéFranceHigh TechSociété

« Wizards Unite » le nouveau jeu des créateurs de « Pokemon go » inspiré de l’univers mythique Harry Potter.

À la uneActualitéSportTennis

Le Bilan chiffré de Roland-Garros 2019

À la uneActualitéFootSport

La France file en quart de finale

À la uneSéries Tv

Mirage (en tournage - France TV) : "On ne s'interdit presque rien"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux