Une revanche pour la femme, 2 semaines après qu’une astronaute ne parte pas dans l’espace pour défaut de combinaison. Ce mercredi 10 avril, vous avez pu voir la première image d’un trou noir. Et c’est Katie Bouman, ancienne étudiante en MIT qui a permis aux 200 chercheurs et huit télescopes de l’Event Horizon Telescope (EHT) de réussir cette prouesse.

L’image n’a pas manqué de faire réagir Twitter, tout comme la performance de Katie Bouman. Car son algorithme a joué un rôle majeur pour récupérer cette image. Le poids des données équivaut à une demi-tonne de disque dur de 5000TO. Une quantité impossible à envoyer par internet qui a donc été livrée à l’observatoire Haystack… par avion. « Cela correspond à une photo des empreintes de Neils Amstrong, depuis la terre »

L’étudiante et le consensus international ont contredit Albert Einstein et la loi de la relativité générale publiée en 1915. Selon cette dernière l’attraction gravitationnelle exercée par les trous noirs est telle que rien ne peut s’en échapper, ni la matière ni la lumière. Une avancée attendue depuis presque 20 ans par la communauté scientifique.

« Comment photographier un trou noir ? »

Katie Bouman l’explique lors d’une présentation TEDx en 2017. Les chercheurs ont utilisé huit radiotélescopes qui couvrent la surface entière du globe. En les synchronisant, les chercheurs disposent ainsi d’un télescope virtuel du diamètre de la Terre. Problème, c’est qu’il n’y a pas assez d’antennes disponibles pour tout observer. Et c’est là qu’intervient l’algorithme de l’ex-étudiante.