À la uneActualitéInternational

Mistrals perdants

L’affaire dite « des Mistrals » agite la presse depuis déjà cinq années. Mais aujourd’hui, l’histoire a pris un nouveau tournant : après avoir promis à Poutine la livraison des porte-hélicoptères si convoités par le chef d’état russe, notre président a annulé la transaction. Résultat : la France devra rendre l’argent avancé par la Russie – 1,2 milliards de dollars.

David Cameron et Barack Obama s’étaient montrés sceptiques face à cette livraison, et avaient clairement manifesté leur désapprobation. Alors si le gouvernement français a longtemps hésité à livrer les navires de guerre, considérant le rôle controversé de la Russie dans la crise en Ukraine et les sanctions imposées sur le pays, une décision déterminante a finalement été prise : l’affaire est annulée. C’est la fin de plusieurs années de négociations. Une rupture qui s’est faite dans un climat amical, à en croire les deux dirigeants.

Hollande et Poutine. Crédits photo: Frédéric de la Mure. Flickr.

Hollande et Poutine. Crédits photo: Frédéric de la Mure. Flickr.

La France doit-elle coopérer avec un pays qui viole les règles internationales? Ou doit-elle plutôt préserver sa réputation ? Le dilemme était cruel, certes, mais l’issue était inévitable : l’accord a été signé. La Russie se retrouve donc sans les navires qu’elle avait tant désirés, et la France perd quant à elle toute crédibilité en matière d’échanges de ce type. Cependant, elle a démontré à ses autres partenaires que ses intérêts ne se limitent pas au business et que sa réputation est restée intacte. Et si elle doit rendre la somme de 1,2 milliards de dollars pour cette vente annulée, les Mistrals dont elle se retrouve propriétaire sont susceptibles d’être vendus prochainement.

Pourtant, cet accord divise les politiciens: les socialistes se disent satisfaits par un tel compromis, tandis que certains membres du parti « Les Républicains » le considèrent comme une erreur. Car selon un sondage de Reuters, 64% des citoyens français auraient été favorables à la livraison…

Mais qu’en est-il en Russie ? Cette affaire y est fortement médiatisée et a aussi déclenché une polémique. L’opinion publique se retrouve influencée par des médias très biaisés qui clament « une véritable victoire de la Russie » dans l’affaire, et assurent que les relations entre les deux pays n’ont pas été détériorées, pas moins que la volonté de futures collaborations.

Au-delà de ce discours idéologique que j’ai pu retrouver dans un grand nombre de médias russes, un détail surprenant a été mis en lumière par le journal « Kommersant » : il s’avère qu’une somme considérable a été déjà transférée sur le compte du Kremlin, dans le plus grand secret. Cette somme comprend l’avance faite par la Russie, et également les frais de construction des infrastructures et de formation des marins. De nombreuses personnalités politiques ont été interrogées sur un choix éventuel entre obtenir les mistrals ou recevoir une compensation: alors que certains préfèrent “recevoir l’argent pour pouvoir construire ses propres navires”, d’autres regrettent les Mistrals promis.

Related posts
À la uneFranceSanté

Conseil de défense sanitaire : de nouvelles restrictions ?

À la uneCinémaCulture

Harry Potter : HBO Max dévoile une partie du casting de "Retour à Poudlard" à travers une bande-annonce

À la uneCinéma

Hitchcock : quels sont les classiques du Maître disponibles sur Salto ?

À la uneFrancePolitique

Qui est Bertrand de la Chesnais, le nouveau directeur de campagne d'Eric Zemmour ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux