À la uneActualitéEnvironnement

Nous ingérons l’équivalent d’une carte de crédit par semaine de plastique

Dans une analyse publiée en 2019, WWF tente d’alarmer la population mondiale sur la pollution plastique. Dans ce rapport, ce sont une suite de chiffres et de constats dramatiques qui nous alertent sur notre situation. VL vous explique…

Ce n’est pas un scoop, la pollution plastique est un réel fléau pour notre environnement. Mais une étude de WWF de 2019, “De la nature aux humains, jusqu’où iront les plastiques”, vient nous rappeler à l’ordre. Dans les pages de cette analyse, reprenant une étude de l’Université de Newcastle, une phrase attire particulièrement l’attention. “On estime qu’une personne pourrait ingérer en moyenne 5 grammes de plastique par semaine, soit l’équivalent d’une carte de crédit” . Qu’on se le dise, c’est énorme et effrayant. Là tout est l’intérêt de WWF, nous faire réagir, prendre conscience du problème qui ne fait qu’enfler année après année. Mais alors, comment ingérons-nous une telle quantité de plastique au quotidien ?

Revenons tout d’abord à la source du problème. Selon ce rapport, un tiers des déchets plastiques se retrouvent dans la nature. En 2016, cela représentait 100 millions de tonnes. “75 % de toutes les matières plastiques jamais produites sont aujourd’hui des déchets.” Parmi ces déchets, pour le plus souvent mal gérés, “environ 87 % s’infiltrent dans la nature et se transforment en pollution plastique”. En se dégradant dans la nature, ceux-ci deviennent des microplastiques envahissant tous les territoires. Ces particules ont été retrouvées en Antarctique, dans les fonds marins, dans les écosystèmes côtiers… Les premières victimes de la pollution plastique sont les animaux qu’ils soient marins ou terrestres. “Les animaux ingèrent de grandes quantités de plastique, que leur système digestif ne peut absorber, ce qui entraîne des brûlures internes, des occlusions digestives, voire la mort”, atteste le rapport de WWF. 

5g de plastique par semaine en moyenne

Selon l’analyse les microplastiques sont présents dans l’air que nous respirons, mais aussi dans l’eau et les aliments que nous ingérons. D’après l’étude de l’Université de Newcastle, “une personne moyenne pourrait potentiellement ingérer 1769 particules de plastique chaque semaine, uniquement à partir de l’eau qu’elle boit”. Les fruits de mer, la bière et le sel sont d’autres denrées, que nous apprécions, pleines de particules de plastique. À l’heure d’aujourd’hui, les effets de l’ingestion de plastique à long terme sur le corps humain sont encore incertains. Cependant des études sont en cours. Mais les scientifiques craignent que les conséquences ne soient plus graves qu’on ne le pense. La raison de ces inquiétudes est la présence de produits chimiques, d’additifs et de colorants dans le plastique. 

En publiant cette analyse, réalisée en collaboration avec Dalberg Advisors, WWF souhaite faire prendre conscience à la société d’un problème qui aujourd’hui nous dépasse. Pour relever le défi et lutter contre la pollution plastique, l’organisation appelle les gouvernements du monde à agir, mais également les citoyens. “Si rien ne change, l’océan contiendra 1 tonne de plastique pour 3 tonnes de poissons d’ici 2025.

À lire aussi : Masques jetables : les nouveaux pollueurs

About author

Journaliste passionnée de littérature et de cinéma.
Related posts
À la uneCinémaCultureSéries Tv

Une série spin-off de The Batman débarque sur HBO Max

À la uneSociété

Affaire Adama Traoré : les juges ordonnent une nouvelle expertise confiée à des médecins belges

À la uneInsolite

Un homme passe 5 ans de trop en prison

À la uneSéries Tv

Canal+ officialise la saison 2 de La Guerre des mondes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux