À la uneActualitéInternational

Un nouveau président investi au Pérou

Ce jeudi 28 juillet 2016, Pablo Kuczynski a été investi président de la République du Pérou après avoir été élu de peu le 5 juin dernier. Retour sur la vie politique d’un banquier en terres indigènes :

Un nouveau président

Le 5 juin dernier, Pablo Kuczynski remportait le second tour des élections présidentielles au Pérou face à son adversaire de droite Keiko Fujimori, à seulement 50.12% des voix soit une avance de 41 000 voix sur une population de 30 millions d’habitants.

Lire sur l’élection présidentielle de 2016

C’est donc au cours de l’élection présidentielle la plus serrée de l’Histoire du Pérou que Pablo Kuczinski est investi le 28 juillet. Il doit notamment sa victoire à la crainte d’un retour au pouvoir de la famille Fujimori ; où en effet, Alberto Fujimori qui avait été président de 1990 à 2000, a laissé l’image d’un gouvernement corrompu, et qu’il purge aujourd’hui une peine de 25 ans d’emprisonnement. Ainsi, Kuczinski succède au nationaliste Ollanta Humala pour un mandat de cinq ans à la tête de la République du Pérou.

Alberto et Keiko Fujimori -- © Agencias

Alberto et Keiko Fujimori — © Agencias

 

Un banquier à la tête du Pérou

Ce mandat de président vient clore une longue carrière politique de l’homme d’Etat qu’est Pablo Kuczinski. Fils d’un juif allemand réfugié au Pérou, Kuczinski part étudier à Oxford en Angleterre puis à Princeton aux Etats-Unis. D’abord conseiller économique puis directeur de la Banque centrale du Pérou, il est expulsé de son pays après un coup d’Etat militaire en 1968.

Aux Etats-Unis, il fait fortune dans les fonds de pension, puis prend un poste important à la Banque Mondiale. En 1980, il revient au Pérou et devient ministre de l’Energie et des Mines sous la présidence de Fernando Belaúnde Terry. Il travaille aussi pour l’ONG Agualimpia (eau potable) qui vise à financer des projets d’approvisionnement en eau potable pour les populations défavorisées du Pérou. S’il travaille dans la finance, il aura passé une partie de sa vie à employer ses compétences pour des projets de développement.

Le candidat Kuczinski le 2 juin 2016 à Arequipa © FREDDY SALCEDO AFP

Le candidat Kuczinski le 2 juin 2016 à Arequipa © FREDDY SALCEDO AFP

Aux élections présidentielles de 2011, Kuczinski perd à la troisième place. Il revient en 2016 à la présidence du parti centre-droit Peruanos Por el Kambio (les péruviens pour le changement) abrégé PPK pour Pedro Pablo Kuczinski, dans le but de conquérir le pouvoir.

Quel avenir pour le Pérou ?

Avec plus de 3% de croissance par an, le Pérou continue de s’enrichir et de se développer même s’il reste très sensible au marché des matières premières. Cependant, la difficulté du pays réside dans les inégalités de développement et de richesse des différentes parties de la population.

Kuczinski avait déclaré à la télévision vouloir “une révolution sociale pour [s]on pays ! [il] donne cinq ans au Pérou pour devenir plus moderne, plus juste, plus égalitaire”. Il base donc son programme sur le développement du pays, surtout sur l’accès à l’eau, à un système de santé et d’éducation gratuit, ainsi que sur les inégalités de revenu. Il a notamment exhorté le Congrès tenu par l’opposition de tout faire pour que ces politiques soient mises en oeuvre.

Il a promis que d’ici 2021, le Pérou serait un membre du club des pays développés de l’OCDE, et qu’il ferait tout pour que l’on cesse les discriminations envers les populations indigènes. A lui de conclure qu’ “il ne faut pas oublier que ce pays est millénaire et qu’il est le berceau d’une civilisation”; bref, c’est une lourde tâche qu’entreprend ce péruvien de 77 ans qui reste toutefois considéré comme émanant d’une riche élite blanche d’un pays très inégalitaire.

Image à la Une : © Reuters

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 : Rudi Garcia, nouvel entraîneur de l'OL

À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix du Japon : Mercedes de nouveau sur le toit du monde !

À la uneBrèves

« C’est du gâteau » : L’émission à la française de Netflix

À la uneActualitéFootSport

France Turquie : un match qui sort du cadre sportif ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux