À la uneActualitéInternational

Obama brise les tabous sur le racisme

Aux Etats-Unis, le racisme, toujours ancré profondément dans les mœurs, fait des ravages. Le président américain, Barack Obama, a décidé d’introduire le mot “nigger” dans une interview accordée à une radio locale afin de briser les tabous qui entourent ce phénomène. Ce terme a suscité de vives polémiques de la part des médias américains.

Racism, we’re not cured of. And it’s not just a matter of it not being polite to say ‘nigger’ in public. That’s not the measure of whether racism still exists or not. It’s not just a matter of overt discrimination… Societies don’t, overnight, completely erase everything that happened 200 to 300 years prior.” Obama

(“Nous ne sommes soignés du racisme. Et il ne s’agit pas seulement de ne pas dire “nègre” en public parce que c’est impoli. Ce n’est pas cela qui détermine si le racisme persiste encore ou non. Ce n’est pas cela qui dévoile la discrimination … Les sociétés n’éradiquent pas du jour au lendemain tout ce qui s’est passé 200 à 300 ans auparavant.”)

President Barack Obama is using the N-word to make his case that America is not cured of racism.

The N-word

Le terme “nigger” (“nègre”) a suscité de vives réactions. Pour faire référence à ce mot, les américains utilisent poliment l’expression “the N-word” (“le mot en N”), tant il est tabou. C’est une chose quasi-inconcevable que le président Obama utilise ce terme dans une interview accordée à une chaîne de radio nationale. Imaginez François Hollande emploie ce mot dans ces discours officiels, il susciterait la polémique. Et bien, sachez que certains médias américains surtout ceux conservateurs se disent “outrés” d’avoir entendu de tels propos sortir de la bouche d’Obama. Les critiques fusent sur la toile depuis hier dénonçant le ton trop familier de l’interview.

(“Obama a été intelligent d’employer le mot en N. Maintenant les Conservateurs vont devoir arrêter d’utiliser ce terme juste par méchanceté envers lui“)

“Premier président du rap”

En utilisant ce terme, il a voulu briser les tabous autour du racisme. Et pourtant. Le chroniqueur Deneen Borelli, dans l’émission America’s Newsroom, a blâmé de manière virulente la position du président en estimant qu’il avait “dégradé sa fonction”. Il ajoute à cela : “Il s’est vraiment abaissé au niveau du caniveau avec ce langage digne de la musique rap”. Le journaliste a même déclaré que Barack Obama était le “premier président du rap” ou encore qu’il était le “rappeur en chef“. Tout ceci fait allusion aux rappeurs américains qui s’attribuent l’emploi du mot “nigga” pour désigner la communauté noire. D’autres médias, comme Fox News, bippent même le mot afin de ne pas choquer ses auditeurs. Les sites sympatisants du parti opposé titrent même leurs articles : “Comment ose-t-il utiliser le mot en N pendant un discours sur le racisme ?

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMusiquePeople

Aya Nakamura en garde à vue... c'est quoi cette histoire ?

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... "Tout le monde ment" avec Vincent Elbaz

À la uneModeReportages

Hôtel Mahfouf : on a testé la boutique de Léna Situations

ActualitéLittératurePop & Geek

Qui est Neil Gaiman, l'homme derrière "The Sandman" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux