L’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, Bruno Genesio n’a pas réussi le meilleur début de saison avec son équipe. À défaut de proposer des résultats réguliers, l’entraîneur olympien a su afficher les qualités de sa formation à travers un management et un sens tactique marqué par la prise de risque dans les grands matchs. Genesio semble avoir trouvé une ossature, il ne lui manque plus qu’une série pour lancer son équipe vers le podium.

Bruno Genesio est déçu au soir de la victoire de Paris sur sa formation. Le score est lourd, trop lourd pour des Lyonnais pas avares d’effort sur la rencontre. Pendant une heure, les Rhodaniens ont fait jeu égal avec leurs homologues parisiens. Se sont créées les meilleures occasions de ce premier acte en jouant très haut. Genesio a opté pour un 4-1-4-1 plus compact avec tout de même un risque offensif. En alignant sur les côtés du milieu de terrain, Aouar et Traoré tout en conservant le duo Fékir-Memphis, devant. Choix presque payant pour les gones avec une possession de balle largement en leur faveur durant toute la première période.

Conscient que son équipe n’a pas le droit de louper son entame de match, Genesio décide de reconduire Tousart qui revient de suspension après son rouge à Dijon. Ndombélé, en forme international forme la doublette à la récupération, il sera le meilleur Lyonnais de la rencontre. L’OL joue bien, trop même et laisse des boulevards en fin de rencontre. Lyon a pêché dans l’efficacité et le manque de repères défensifs.

Genesio, l’entraineur des grands matchs

L’entraîneur Rhodanien a essayé plusieurs systèmes en début de saison. Non pas par tâtonnement ou manque de stabilité mais pour s’adapter à ses joueurs. Genesio a compris que lui seul devait faire avec ses joueurs et non l’inverse. Alors après le nul heureux à Caen, personne ne prédisait que « Pep Genesio» comme le surnomment ses détracteurs, gagne à City, chez le champion d’Angleterre de Guardiola avec la manière.

Genesio a épaté l’Angleterre avec son sens tactique et l’adaptation de son équipe à un format Ligue des Champions. Depuis le début de la saison, l’entraîneur de L’OL a dégagé une colonne vertébrale avec un trio au milieu de terrain qui n’a pas encore démontré son niveau. Mais la ligne Lopes-Marcelo-Tousart-Fekir-Memphis est installée dans l’esprit de l’entraîneur lyonnais avec des électrons autour qui ne demandent qu’à s’allumer pour le reste de la saison.

Lire aussi : Les Lyonnais ont pris une claque contre Paris