À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … le début de Demain nous appartient bientôt sur TF1

Bien plus que d’autres projets lancés cette année, Demain nous appartient est LE challenge séries de TF1. Nous avons vu le début et on vous dit si le défi est relevé.

C’est quoi Demain nous appartient ? La baie de Sète. Une violente explosion. Au milieu du chaos, une mère cherche son fils. Etait-il sur l’un des bateaux qui se sont percutés ? Aurait-il participé à ce qui apparaît très vite comme un meurtre ? Prête à tout pour protéger son enfant, sa vie bascule complètement lorsque l’on retrouve sur une plage le corps d’une femme, sa propre sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de quinze ans…

Un énorme pari pour TF1

Avec pour seule réussite Plus belle la vie sur France 3, le genre du feuilleton quotidien est plutôt moribond à la télévision française. Aussi quand TF1 a décidé de se relancer dans la course, les amateurs du genre comme les amateurs de fictions y ont vu un moment important. Chaque chaîne de télé devrait avoir son feuilleton car c’est un genre qui permet aux acteurs comme aux auteurs d’apprendre à travailler vite et on l’espère bien, mais aussi de stimuler l’imaginaire créatif. En gros, en devant manier différentes trames, imaginer des rebondissements et gérer un casting d’une vingtaine de personnages principaux, un soap quotidien est le parfait outil d’apprentissage pour tous les corps de métier à l’oeuvre sur une série. Et pour réussir un bon feuilleton dès le début, il faut 2 éléments.
Outre bien entendu des personnages suffisamment forts pour exister longtemps, il faut du temps et une entrée en matière puissante.

Il a fallu 6 mois à Plus belle la vie pour trouver sa voie et effectivement, c’est le temps nécessaire pour se familiariser avec chaque personnage. Il faut aussi un lancement fort et là, Demain nous appartient ne faillit pas. Comme Santa Barbara qui en son temps avait ouvert la série sur le meurtre de Channing Capwell Jr, Demain nous appartient s’ouvre sur une explosion dans le port de Sète et qui entraîne toute une série de personnages dans une course folle pour qu’éclate la vérité. Pour bien installer ses intrigues, la série consacre quasiment entièrement son premier épisode à cette intrigue policière qui avance vite. Trop vite même car en l’espace de 3 épisodes (que nous avons vus), il s’en passe beaucoup (trop) au point que les rebondissements soient trop vite amenés et très tirés par les cheveux.
Mais c’est efficace et prenant dès le début…

A lire aussi : Sur le tournage de Demain nous appartient

Un feuilleton quotidien réussi … avec quelques ajustements nécessaires

Oui Demain nous appartient est un feuilleton quotidien. La comparer avec le renouveau de la fiction française de la chaîne comme le font déjà certains et ne pas prendre en compte le genre auquel la série appartient, est une erreur. Car dans le registre hyper codifié du soap, Demain nous appartient est une série très bien produite (il y a de l’argent et il a visiblement été mis à l’image); les décors, comme on l’a dit, claquent ; les personnages ont ce qu’il faut pour leur donner vie durant de nombreux épisodes. Certes on y retrouve un peu tous les archétypes propre au soap, mais ils se suivent sans déplaisir.
Alors oui, c’est un peu léger dans le jeu chez certains comme Lorie Pester, oui il y a quelques invraisemblances dans l’histoire et les rebondissements (voir dès le premier épisode avec le personnage de Solène Hebert), oui la mécanique est un peu facile. Mais le genre impose d’accrocher de suite le spectateur pour qu’il n’ait plus envie de lâcher la série. Et pour ça il faut quelques entorses à la vraisemblance comme il y en a aussi dans Plus belle la vie, Amour gloire et beauté ou Des jours et es vies.

Les auteurs ont semblent-ils bien retenus la leçon de ce qui a manqué aux autres séries, y compris Plus belle la vie pour réussir leur envol. Le seul risque est de trop faire de ces premiers épisodes quelque chose qui tape fort, avec beaucoup d’action et d’oublier de poser les bases du soap qui seront nécessaires pour installer la série sur la durée. Car on ne peut produire 250 épisodes par an durant des années avec une série lancée à toute vitesse niveau histoire. Pour un lancement ça marche, pour durer il faudra appuyer sur le frein. Et au final, la décision seule nous dira si ce sont les bons choix.

Incontestablement, si on compare Demain nous appartient aux autres programmes soapesques, elle est dans le haut du panier, servie par des décors somptueux (oui trop “propres” mais c’est aussi inhérent au genre) et magnifiés par des plans aériens qui donnent de l’espace à la série, des personnages “calibrés” pour plaire au public (on aime déjà : revoir Charlotte Valendrey, Patrick Rocca que l’on devine parfait en “méchant de la série”, Samy Gharby en flic), et un casting composé de têtes d’affiche et de nouveaux visages que le public prendra plaisir à aimer.

Demain nous appartient n’est pas une réussite de bout en bout, la série doit corriger pas mal de choses mais ce n’est que le début et elle aura, on l’espère, le temps pour ça. Car un soap quotidien sur TF1 c’est important et marquera, en cas de succès, un tournant pour la chaîne.
On prend du plaisir à suivre cette série (il ne faudra pas longtemps pour avoir le générique chantée par Lou dans la tête mais honnêtement très proche de celui de Plus belle la vie), et on a envie d’y revenir si tant est que l’on accepte à tous les niveaux les données inévitables quand on tourne vite et que l’on doit produire beaucoup.
Si le public lui laisse sa chance, elle a tout pour s’installer sur la durée.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneActualitéFranceSanté

Covid-19 : quelles sont les stratégies du gouvernement français sur les vaccins ?

À la uneEconomieFranceSociété

Des "zones commerciales protégées" pour les commerçants

À la uneInternational

Des hommes sur Mars d'ici 4 à 6 ans ?

À la uneSéries Tv

Les nouvelles aventures de Sabrina partie 4 : découvrez le trailer

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux