À la uneCinéma

On a vu pour vous… Manchester by the Sea avec Casey Affleck

Apprêtez-vous à être broyés d’émotion. Manchester by the sea qui devrait truster toutes les récompenses est un chef-d’œuvre.

Mais c’est quoi déjà Manchester by the sea…? MANCHESTER BY THE SEA nous raconte l’histoire des Chandler, une famille de classe ouvrière, du Massachusetts. Après le décès soudain de son frère Joe (Kyle Chandler), Lee (Casey Affleck) est désigné comme le tuteur de son neveu Patrick (Lucas Hedges). Il se retrouve confronté à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi (Michelle Williams) et de la communauté où il est né et a grandi. 

Il y a encore fort heureusement des films qui vous laissent exsangue sur votre siège lorsque défile le générique de fin, des films qui viennent piocher en vous des émotions fortes et faire vibrer des cordes jusqu’au tréfonds de votre âme, des films qui vous secouent et vous bouleversent intimement, inexorablement. Vous l’aurez compris, Manchester by the sea est de cette trempe, de cet alliage en or massif entre la forme et le fond qui font les chefs-d’œuvre. C’est un film grave, dur et âpre mais ce n’est pas un film qui vous plombe pour autant. C’est un film qui a la grâce, qui est souvent sur le fil entre l’émotion et le pathos mais qui, tel un équilibriste virtuose ne tombe jamais du mauvais côté. C’est beau lorsqu’un film vous étreint et vous fascine en montrant les souffrances de la vie tout en restituant l’humanité dans toute sa complexité et sa densité.

Une mise en scène étourdissante

Kenneth Lonergan revient à la mise en scène cinq ans après son deuxième film, Margaret, et c’est nanti de ses expériences précédentes ainsi que de son travail de scénariste (Mafia Blues, Gangs of New York…) qu’il parvient à trouver cette fois la conjonction parfaite entre tous les éléments à sa disposition. Avec son dispositif narratif où il alterne le présent et le passé avec une fluidité confondante mais où il alterne également les accès de mélancolie qui prennent à la gorge et la fureur qui éclate à intervalles réguliers, le réalisateur livre un film touffu et bouleversant qui vous happe pour ne plus vous lâcher. En traitant de la culpabilité du survivant, de l’affrontement du deuil, du retour à la vie, de comment reprendre pied dans l’existence quand vous avez tout perdu, Kenneth Lonergan embrasse les thèmes avec une subtilité et une force d’une intensité éblouissante et il démontre dans plusieurs des séquences chocs que recèle le film, une science du montage et de l’écriture qui en imposent. Complexe mais sans jamais être poseur, le dispositif déployé par Manchester by the Sea est une mécanique de précision sublimé par une photographie qui rend justice à cet écrin.

Une interprétation magistrale

Pour réussir à tenir un tel équilibre, Lonergan s’est entouré d’interprètes au diapason et il a eu plus que la main heureuse. Si Kyle Chandler et Michelle Williams sont excellents dans des rôles secondaires mais primordiaux qui auraient peut-être mérités un peu plus de présence, le duo entre le jeune Lucas Hedges et l’expérimenté Casey Affleck est le centre névralgique du film. Leurs échanges, leur relation, la force de l’amour qui les lie malgré tout donnent une belle harmonie à l’ensemble tandis que l’apport comique apporté par le jeune comédien  agit comme une soupape de sécurité et renforce le sentiment que la vie doit nécessairement reprendre le dessus. Casey Affleck réussit lui la prestation la plus étourdissante de l’année qui atteint son paroxysme dans la confrontation finale avec Michelle Williams. L’acteur y déploie une émotion et une vérité renversantes qui nous laisse KO pour le compte.

Quand la forme et le fond se confondent ça donne Manchester by the sea un film beau et poignant comme la vie avec un éblouissant Casey Affleck. Une véritable masterpiece.

Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan – En salles le 14 décembre 2016

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneEquitationSport

Compétition du Haras d’Hennebont : place aux shetlands !

À la uneInternationalPolitique

Est-ce que Joe Biden va se retirer de la course à la Maison Blanche ?

À la uneJeux Olympiques Paris 2024

Jeux Olympiques : pourquoi voit-on des policiers étrangers dans Paris ?

À la unePolitique

Qui est Flavien Termet, député RN à qui les députés LFI ont refusé de serrer la main ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux