ActualitéReportagesTennis

On a testé pour vous … une journée sur le Central de Roland-Garros

Le dernier jour de l’édition 2023 de Roland-Garros a offert aux spectateurs un double spectacle mémorable. D’une part, la finale tant attendue entre Casper Ruud et Novak Djokovic a été un affrontement intense et captivant. D’autre part, le Trophée des Légendes a rendu un vibrant hommage aux anciennes gloires du tennis. Entre compétition acharnée et moments nostalgiques, cette journée restera gravée dans les mémoires des amateurs de tennis.

Trophée des légendes 

Le dimanche 11 juin, lors de la clôture de l’édition 2023 de Roland-Garros, les spectateurs enthousiastes du court Suzanne-Lenglen ont eu le privilège d’assister à un événement spécial : le Trophée des Légendes. Ce tournoi de tennis réunit d’anciennes gloires du sport pour des rencontres amicales et divertissantes. Cette année, le match en double a opposé deux duos emblématiques : Yannick Noah et Mansour Bahrami d’un côté, et John McEnroe et Mats Wilander de l’autre. Ces anciens champions ont participé à cet événement pour le simple plaisir de jouer et pour offrir aux spectateurs des moments mémorables.

Pendant ce match amical, le public a été transporté dans le temps, revivant les grands moments de ces joueurs légendaires. Chaque échange a été accueilli par des applaudissements, et des rires grâce à l’humour des deux joueurs français. 

Au-delà du résultat final, ce match du Trophée des Légendes a rappelé l’essence même du tennis : le plaisir de jouer, la camaraderie et le partage d’émotions avec le public. 

© Juliette Cosme

Finale de Roland-Garros 

Le 11 juin dernier, le court Philippe-Chatrier de Roland-Garros a vibré au rythme de la finale tant attendue du tournoi masculin. Les spectateurs, enflammés par l’excitation, ont assisté à un véritable duel de titans entre deux des meilleurs joueurs de tennis de notre époque : Casper Ruud et Novak Djokovic. Cette rencontre promettait d’être épique, et elle n’a pas déçu.

Les tribunes étaient inondées de rouge et de bleu, les couleurs nationales de la Norvège, arborées fièrement par les supporters de Ruud. Cependant, les fans serbes étaient également bien présents, affichant leur soutien indéfectible à Djokovic. L’atmosphère était électrique, chargée d’une tension palpable, tandis que les deux joueurs se préparaient à en découdre sur le court.

Dès le début du match, il était évident que ni Ruud ni Djokovic n’étaient disposés à céder le moindre terrain. Au premier Set Ruude menait 3-0 puis 4-1 contre Djokovic. 

Mais finalement, après une bataille acharnée, c’est Novak Djokovic qui réussit à triompher (7-6, 6-3, 7-5). Il a su puiser dans ses ressources mentales et physiques pour renverser la situation et s’imposer avec une détermination sans faille. 

Remise de la coupe 

© Juliette Cosme

La cérémonie de remise de la coupe a été un instant empreint d’émotion. Avec un sourire aux lèvres, Novak Djokovic s’est tenu fièrement, brandissant le trophée tant convoité. La coupe lui a été remise par Yannick Noah, une légende du tennis français, accompagné du président de la Fédération Française de Tennis.

« Merci pour l’atmosphère spéciale, merveilleuse. Je suis évidemment très heureux de partager ce moment très spécial avec vous et dans ce stade très spécial dans ma vie. Ce n’est pas une coïncidence que je gagne le 23e ici, à Paris. Ce tournoi a été le plus dur de ma carrière à gagner. Avec beaucoup d’émotions, de choses sur le court, et aussi à l’extérieur. Je suis très, très fier et très heureux d’être ici sur ce court très spécial. Merci encore pour votre présence, votre soutien, votre énergie durant tout le tournoi (…) À toute mon équipe, ma famille, mes proches, mes frères… Vous savez par quoi je suis passé ! Merci pour votre patience, votre tolérance aussi. C’est le plus important. Je vous ai torturé un peu ces dernières semaines. Vous êtes mon roc, ma base. Merci. […] En avoir gagné 23, c’est un sentiment incroyable. Je parle trop, désolé, mais je veux aussi dire que j’essaye de transmettre quelque chose à mes enfants, à inspirer. À en croire leur sourire, je crois qu’ils ont apprécié. J’avais 7 ans quand je rêvais de gagner Wimbledon et devenir numéro un mondial. J’ai eu le pouvoir de créer ma destinée, de sentir que j’avais quelque chose en moi, alors c’est un message pour la jeunesse : si vous voulez un meilleur futur, croyez-y et construisez-le. »

A lire aussi : C’était en 1983… la dernière victoire d’un Français en finale de Roland-Garros

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéSéries Tv

On a revu ... le premier épisode de Judo Boy (Récré A2 - 1985)

ActualitéSport

5 activités sympas à faire au bord de la mer

ActualitéMusique

C'était en 1984 ... Douchka sort "Mickey Donald et moi"

ActualitéCulture

Ca vient d’où se serrer la main ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux