À la uneActualitéArtCultureSortiesSpectacles

On a vu le spectacle Depart Flip aux Subsistances !

C’est avec force et légèreté que les artistes de la compagnie Virevolt se sont exprimés vendredi 15 juin aux Subsistances à Lyon. Quatre femmes et un homme, pieds nus ou en talons aiguilles, nous ont fait peur, nous ont faite rire, nous ont questionné, avec sans cesse une volonté de nourrir le vide d’une présence humaine. Dans la vaste cours de la verrière, la notion du vivre ensemble a été remise en question. Le collectif s’est affirmé comme un moyen permettant à l’individu de s’exprimer pleinement dans son animalité, avec ses forces et ses fragilités, sans jamais connaître le jugement des autres.

La force et la fragilité de l’homme

Le spectacle Départ Flip était constitué d’un ensemble de danses aériennes ou au sol, de musiques, de chants, de textes. C’est donc un spectacle complet que la compagnie virevolt a donné aux subsistances. La compagnie virevolt a été créée en 2001 par Aurélie et Martin Cuvelier-La Sala. Ensemble ils écrivent des spectacles autour de l’acrobatie aérienne. Aurelie la sala s’est inspirée des arts martiaux et de la danse qu’elle a pu pratiquer pour inventer des univers nouveaux à chacun de ses spectacles. Sans cesse elle désapprend pour mieux réinventer et créer des spectacles complets qui réunissent la danse, le chant, le trapèze, l’écriture, la musique. Les trapézistes flottaient dans les airs par leur danse. Ils exprimaient tout ce qu’il peut y avoir d’animal dans l’homme. Les gestes, presque instinctifs nous dévoilaient la force de l’homme, sa brutalité, mais exprimaient dans un même temps sa fragilité et ses faiblesses. C’est ce mélange de force et de délicatesse du corps mouvant qui a touché le public. Chaque corps était en recherche d’émancipation. Les corps des quatre femmes et de l’homme se mélangeaient, s’harmonisaient ensemble, jouaient avec les trapèzes. La gestuelle, poétique, donnaient à ces corps la beauté et la grâce, sublimait l’unicité de chacun d’entre eux.

Exploiter le vide

Même si ce sont des trapézistes, les artistes de la compagnie virevolt n’ont pas hésité à s’approprier l’espace scénique dans toute sa grandeur. Ils ont exploité le vide et l’ont rempli de joie et d’humour, d’une énergie exprimant toute la vitalité de l’Homme. En effet, le spectacle même s’il invitait à un questionnement sur le vivre ensemble et l’importance du collectif et du partage, n’était pas dénué d’humour. Chaque artiste dansait de façon débridée, lâchait prise et se donnait entièrement au public. Les spectateurs riaient, s’imaginaient ce à quoi ils allaient assister ensuite : un saut, une danse, un chant. Chaque instant était une nouvelle surprise.

Vivre ensemble

Ce spectacle a questionné les notions de vivre ensemble, d’entraide et de partage. En effet si chaque corps était en recherche de liberté, il devait en partie son émancipation au soutien et à l’amour que lui donnaient les autres. De plus le vivre ensemble n’était pas présent qu’au plateau. Il l’était aussi au sein même du public puisque toutes les générations étaient présentes.

 

Ce spectacle est donc un projet réussi que le public a longuement applaudi et dont il se souviendra. Les artistes ont été touchants, émouvants, et leur travail au trapèze ou au sol révèle une grande discipline et un amour profond pour leur création Départ Flip.

Related posts
À la uneMédias

Candidats, nominations, invités : tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle Star Academy

À la uneInternational

Une société chinoise nomme un robot comme PDG

À la unePop & Geek

Fortnite : Aya Nakamura dans un show interactif ? 

À la uneCinéma

Est ce qu’il y aura un reboot d’American Pie ? 

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux