À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … Plan B, la nouvelle très belle série de TF1

Disponible en avant première sur Salto, Plan B arrive sur TF1 dès le 17 mai. Adaptation d’une série québécoise, le nouveau drama de la chaîne est une réussite de bout en bout.

C’est quoi Plan B ? À Marseille, Florence a une vie bien remplie entre son ex-mari et ses deux enfants, son métier d’animatrice à la radio et son implication dans la cause des femmes.  Mais son monde s’écroule lorsque Lou, sa fille de 16 ans, se suicide… Cette battante n’a pas su prendre la mesure du mal être de sa fille. Lou est morte. Et Florence ne pourra rien changer. À moins que… Quand Florence est mise en contact avec Plan B, une agence de voyage qui permet de remonter le cours du temps, elle tient peut-être une seconde chance…

Une ambitieuse adaptation

Plan B nous vient du Québec. C’est une série anthologique (tout change à chaque saison, seul le thème reste) qui compte à ce jour 2 saisons radicalement différentes (une 3ème est en cours de production) lancée en 2017. Si la saison 1 avait pour héros un homme qui perd son grand amour, la saison 2 se focalise sur une mère de famille, animatrice radio qui perd sa fille après un suicide et qui décide de tout faire pour empêcher le drame en faisant appel à cette agence Plan B. C’est donc cette saison 2 que TF1 décide d’adapter. Si les grandes idées demeurent, le changement le plus notable est le “rajeunissement” de son héroïne (qui a autour de 50 ans dans la série originale).
Projet ambitieux car il permet à TF1 de miser sur un genre, “le fantastique”, trop peu souvent exploité, sans brusquer les spectateurs qui n’y adhèrent pas. C’est un compromis parfait car même avec ces sauts dans le temps, la série se veut avant tout comme un drama bouleversant et une magnifique histoire d’amour entre une mère et sa fille.
Pour incarner cette mère qui vit un drame insoutenable, TF1 fait appel à Julie de Bona, une des actrices incontournables de la fiction française (qui sera bientôt dans Les combattantes, toujours pour la même chaîne), et à Kim Higelin dans le rôle de sa fille Lou. Autour d’elles, une bande d’acteurs forts mais dont la notoriété n’écrase jamais leur rôle ni l’histoire. Il n’y a pas une course “aux noms” mais une volonté claire et manifeste d’offrir au meilleur acteur le rôle qui lui convient.

Plan B : une réussite de bout en bout

On ne va tourner autour du pot bien longtemps : Plan B est un coup de cœur en cette fin de saison. De part son origine nord-américaine, le rythme est soutenu et assuré dès le premier épisode qui ne nous laisse aucun répit pour nous plonger assez rapidement dans le drame. Série pleine d’émotion, bouleversante même par moment, elle ne sombre pourtant jamais dans le “tire-larme” affiché par certaines productions (par ailleurs de qualité). L’émotion est ici un levier de l’histoire mais en aucun un artifice pour la relancer.
Face à face, deux femmes, deux actrices qui jouent toujours – malgré les années et l’expérience qui les séparent – d’égale à égale. Julie de Bona nous confirme rôle après rôle qu’elle peut tout jouer, qu’il s’agisse de la flic dans Peur sur le lac, l’héroïne de saga dans Innocente, ou la femme de chambre meurtrie dans Le bazar de la charité. Une actrice qui vit intensément chaque rôle et sait parfaitement nous transmettre ses émotions. Face à elle, la révélation de cette série et sans doute de cette saison, Kim Higelin. Bouleversante et passionnante jeune actrice, elle irradie son rôle et lui donne toute l’étoffe nécessaire, le rendant même beaucoup plus intéressant que dans la version originale. Cette jeune actrice est capable de passer d’une émotion à l’autre en quelques secondes seulement et démontre non seulement d’une grande intelligence et une grande maturité dans son jeu, mais elle capte l’image avec une redoutable efficacité. Sa puissance de jeu n’est pas sans rappeler celle d’Alba Gaïa Bellugi, révélation de 3x Manon (sur Arte). Dans toute la galerie de personnages “secondaires”, aucun rôle n’est oublié : de Bruno Debrandt qui, loin des clichés réservés d’ordinaire au père de famille, délivre une partition toujours juste, à l’excellente Andréa Ferréol dans le rôle de la maman de Florence qui là aussi s’extrait du cliché que l’on aurait pu attendre pour nous offrir d’autres très beaux moments mère-fille.

Enfin, il convient de saluer la structure narrative de la série qui aurait pu paraître répétitive si elle ne s’était pas “renouvelée” avec les épisodes 5 et 6 qui relancent la série dans une autre direction encore plus intéressante et explore de manière brutale les conséquences du voyage dans le temps. Si l’on pensait le pic de l’émotion atteint, le dernier épisode vient rabattre les cartes et sait nous offrir tout ce qu’il faut de très beaux moments jusqu’à une fin qui ne martèle jamais qu’elle en est une comme c’est très souvent le cas.

Ce qu’il faut retenir de Plan B

Une très belle série qui renouvelle les dramas français, servie par un casting réussi et une écriture solide

Très bonne adaptation qui prouve que “remaker” n’est pas nécessairement mauvais

La découverte d’une très grande et belle actrice en la personne de Kim Higelin

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Rhea Ripley, la catcheuse australienne qui conquiert WWE

À la uneBuzzInsolite

Elle confond son AirPod avec son médicament et enregistre un audio depuis son estomac

À la uneFrance

Nicolas Hulot : une enquête ouverte pour "viol et agression sexuelle"

À la uneMédias

C'était il y a 30 ans ... la naissance du Journal du hard sur Canal+

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux