À la uneSéries Tv

On a vu pour vous… Schmigadoon ! parodie avec amour les grandes comédies musicales

Sur AppleTV+, Schmigadoon ! est une série légère et réjouissante, qui marie satire et déclaration d’amour aux grandes comédies musicales classiques.

C’est quoi, Schmigadoon! ? En couple depuis plusieurs années et enlisés dans la routine, Josh (Keegan-Michael Key) et Mélissa (Cecily Strong) participent à une randonnée en mode développement personnel pour raviver la flamme. Lors d’une dispute, ils se perdent et arrivent dans une petite ville, Schmigadoon, qui semble hors du temps et bloquée… dans une comédie musicale des années 1950. A n’importe quel moment, les habitants se mettent à chanter et danser. Or, nos deux héros découvrent qu’ils sont piégés : ils ne pourront quitter Schmigadoon que lorsqu’ils auront trouvé le véritable amour. Mais leur âme sœur n’est peut-être pas celui ou celle qu’ils croient…

C’est ce 16 juillet que débute sur Apple TV+ la série qui s’annonce comme la plus légère, la plus fraîche, la plus fun et la plus sympathique de l’été. Créée par Cinco Paul et Ken Daurio qui en ont écrits toutes les chansons, réalisée par un certain Barry Sonnenfeld (Men in Black au cinéma, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire sur le petit écran), Schmigadoon! ravira les fans de comédies musicales avec ses multiples références entre hommage et parodie. Les autres y trouveront aussi leur compte, avec une histoire charmante, légèrement ironique et pleine de numéros dansés et chantés, entre Crazy ex-girlfriend et Galavant

Tous deux médecins, Josh et Melissa ont eu un véritable coup de foudre quelques années plus tôt. Depuis, ils se sont inexorablement éloignés l’un de l’autre et, pour tenter de sauver leur relation, ils prennent part à une sorte de thérapie de couple consistant en une randonnée en pleine nature. Hélas, ils perdent leur chemin et arrivent à Schmigadoon, une petite ville tout droit sortie d’un parc d’attractions… ou d’une comédie musicale des années 1950, avec des habitants qui chantent et dansent à n’importe quel moment. Melissa est ravie, Josh beaucoup moins, mais tous deux sont déterminés à reprendre leur route. Le problème, c’est qu’ils ne pourront quitter Schmigadoon que lorsqu’ils auront trouvé leur âme sœur… et il n’est pas certain qu’ils le soient l’un pour l’autre. Et tandis que le bad boy local fait les yeux doux à Melissa, Josh tente sa chance avec la jolie serveuse, sous le regard bienveillant du maire Menlove et de celui outragé de la rosière du village.

Josh et Mélissa, piégés à Schmigadoon !

De deux choses l’une : soit vous êtes un amateur de comédies musicales, soit le genre ne vous attire pas particulièrement. Dans le premier cas, Schmigadoon! est une série faite pour vous. Les costumes d’époque, les couleurs pastel, les décors dignes du Magicien d’Oz ou de La mélodie du bonheur ; le formidable générique vintage ; des personnages volontairement stéréotypés (la mégère coincée, le bad-boy séduisant, la maîtresse d’école ou un avatar hilarant de la baronne Von Trapp) ;  des numéros dansés parfaitement chorégraphiés ; une multitude de chansons originales très drôles parodiant le plus pur style des classiques ou calquées sur les titres les plus célèbres (Oklahoma en ouverture par exemple)…  Avec ses six épisodes de trente minutes, la série est pleine de rythme – même si elle fléchit brièvement vers le milieu de la saison –  et le plaisir réside autant dans l’histoire elle-même que dans le jeu qui consiste à repérer toutes les références. 

Toutefois, si vous n’êtes pas un fan des lumières de Broadway et que vous êtes incapable de saisir ne serait-ce que le clin d’œil du titre (qui renvoie à la comédie musicale Brigadoon de Vincente Minelli en 1954), Schmigadoon ! est largement susceptible de vous plaire. D’abord parce qu’elle prend soin d’expliquer succinctement  les classiques dont elle se moque gentiment, ensuite parce qu’elle se focalise sur la relation de Josh et Melissa. Mieux encore : si vous êtes du genre à lever les yeux au ciel quand les personnages se mettent à chanter et à danser dans un film, Schmigadoon ! ne vous oublie pas puisque Josh est aussi agacé que vous et sert en quelque sorte de substitut à tous ceux qui trouvent que les comédies musicales sont complètement stupides. 

Schmigadoon ! joue du reste habilement sur deux tableaux. C’est un hommage, une déclaration d’amour aux grandes comédies musicales traditionnelles ou classiques, mais c’en est aussi une satire légère et malicieuse. Une sorte de musical post-moderne, qui se moque et critique les archétypes, modèles, attendus et stéréotypes du genre tout en les embrassant. Alors que la seconde moitié de la saison tire directement une grande partie de son intrigue de certaines des comédies musicales les plus célèbres (nous ne dirons pas lesquelles, car les citer dévoilerait trop l’histoire), la série y superpose des allusions et commentaires concernant tout ce qui était banal à l’époque et qui ne passerait pas aujourd’hui car considéré comme réactionnaire et vieux jeu voire raciste, sexiste ou homophobe.

Wilkommen, bienvenue, welcome… à Schmigadoon !

Et Schmigadoon ! déconstruit tout cela à travers ces personnages secondaires archétypaux qui, justement, finissent par se libérer de ces archétypes dans un final enthousiasmant. Portés par des acteurs tous ridiculement talentueux – la délicieuse Cecily Strong et Keegan-Michael Key en premier lieu mais aussi Kristin Chenoweth, Alan Cumming ou encore la divine Jane Krakowski dans les rôles secondaires– la série donne en outre à chacun une scène ou un moment important qui leur permet de briller. De sorte que Schmigadoon ! est un pur plaisir, un enchantement et même un remède à la morosité.   

Cette jolie comédie achève son histoire de manière extrêmement prévisible, non dénuée d’émotions pour autant. On quitte ainsi Josh et Mélissa, sans doute de façon définitive… mais en espérant un rappel, avec une deuxième saison pour cette série qu’on voit bien en anthologie. Parce que Schmigadoon ! est un univers musical délicieux, une série étrangement tout à la fois classique, moderne et intemporelle qui se moque avec amour des comédies musicales tout en les célébrant. 

Schmigadoon !
6 épisodes de 30′ environ.
Sur Apple TV+.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneSantéSéries Tv

Covid-19 : le tournage de la saison 2 de ‘La Chronique des Bridgerton’ en arrêt

À la uneFrance

Jean Marie Bigard reporte son spectacle à cause des manifestations anti-vax à Nice

À la uneEnvironnementInternational

Inde : un glissement de terrain fait au moins 76 morts

À la uneActualitéLittérature

Emmanuel Macron invité au Japon ; il repart avec un dessin original du créateur de ‘One Piece’

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux