À la uneSéries Tv

On a vu pour vous… We hunt together, traque en duo entre assassins et enquêteurs

We hunt together thriller psychologique met en scène deux enquêteurs sur la piste d’un duo de tueurs, et on se laisse facilement prendre au jeu.

C’est quoi, We hunt together ? Freddy (Hermione Corfield) est belle et magnétique, mais c’est surtout une sociopathe intelligente et manipulatrice. Un soir en boîte de nuit, elle fait la connaissance de Baba (Dipo Ola), un homme fragilisé par une enfance traumatique. La rencontre va faire des étincelles : irrésistiblement attiré par Freddy, Baba se laisse entraîner dans une spirale meurtrière, une croisade pour venger la jeune femme de tous ceux qui l’ont faite souffrir. Tout juste nommé au service des homicides, Jackson Mendy (Babou Ceesay) doit faire équipe avec Lola Franks (Eve Myles) pour résoudre un premier meurtre sauvage ; malgré leurs différends, les deux policiers se lancent alors sur la piste du couple d’assassins.

Si le thriller policier est l’un des genres les plus représentés et déclinés à la télévision, certaines séries parviennent à se démarquer et à attirer l’attention en introduisant quelques variations dans la formule habituelle du flic traquant l’assassin. C’est le cas de We hunt together, série diffusée en France sur Polar +.

L’idée centrale consiste à opposer deux meurtriers (Freddy et Baba) à deux enquêteurs (Lola et Jackson.) Le titre est clair : We hunt together (Nous chassons ensemble) met en scène deux duos de chasseurs, les seconds traquant les premiers qui traquent leurs victimes potentielles. C’est un double jeu du chat et de la souris qui suit alternativement les deux binômes dans une intrigue criminelle où nous connaissons les tueurs puis les inspecteurs chargés de les arrêter. Y parviendront-ils ? Une grande partie du suspense repose sur cette question, dans une tension qui va crescendo et une histoire qui s’accélère dans les deux derniers épisodes.

Toutefois, la série s’appuie aussi sur l’exploration de ses personnages, de leurs motivations et de leur vécu. D’un côté, Freddy est une sociopathe manipulatrice qui utilise son charme et son intelligence pour obtenir tout ce qu’elle veut des hommes. Elle rencontre Baba, torturé par son passé d’enfant soldat au Congo et qui tente de se reconstruire en fuyant l’extrême violence qui a marqué sa vie. Il tombe pourtant dans les filets de Freddy : attiré par cette jolie jeune femme qui semble le comprendre, il prend sa défense lors d’une altercation avec un autre homme puis se laisse aspirer dans une spirale de violence et de crimes.

Ce couple à la True Romance est interprété par Dipo Ola et par une Hermione Corfield (The Halcyon) magnétique et irrésistible dans ce rôle entre la femme fatale et la Lolita. Elle parvient à susciter une certaine empathie avec un personnage pourtant impitoyable voire odieux, et elle laisse entrevoir les ressorts de sa personnalité à mesure que la série progresse et que l’on découvre des bribes de son passé.

The female of the species is more deadly than the male – dixit Rudyard Kipling.

A leurs trousses, nous avons les inspecteurs chargés d’enquêter sur un premier meurtre brutal : Lola, une femme solitaire et maussade marquée par une précédente enquête, et son nouveau partenaire l’inspecteur Jackson, un père de famille jovial qui vient d’être transféré des Affaires internes pour prendre la direction du département des homicides. Malgré leurs caractères opposés, le manque d’expérience de Jackson et une certaine animosité initiale, ils vont donc se lancer sur la piste de Freddy et Baba. Le personnage de Jackson est sans doute le moins crédible et le moins abouti du quatuor, mais Babou Cessay (Into the Badlands) s’en sort avec les honneurs ; Eve Myles (Torchwood) est excellente dans ce rôle de flic cynique et déprimée.

On pourrait trouver à redire au scénario signé par Gaby Hull (Two weeks to live) : la série a parfois tendance à l’outrance, mise sur quelques rebondissements peu crédibles, n’exploite pas entièrement certains points (par exemple, le passé de Baba). Malgré cela, We hunt together fonctionne globalement très bien. Quelques séquences réussies visuellement, des touches d’humour noir bienvenues et surtout des personnages complexes et perturbés malgré leur côté archétypal si ce n’est caricatural : tout cela suffit à capter et conserver l’attention du spectateur.

L’atout majeur de la série, ce sont d’ailleurs ses quatre protagonistes et l’étrange dynamique qui s’instaure entre eux. Tous ont derrière eux un passé compliqué voire traumatisant qui a laissé des traces ; tous sont en conflit avec eux-mêmes ; tous évoluent (dans le bon ou le mauvais sens) grâce à la rencontre fortuite avec leur partenaire. La symétrie est totale entre les deux duos : deux couples interraciaux où les femmes mènent la danse. Lola donne le rythme de l’enquête avec un Jackson à la remorque ; Freddy manipule Baba à sa guise et l’entraîne dans sa croisade sanglante.

Lola et Jackson, des chasseurs sachant chasser…

Une traque et un duel à distance, une tueuse et une enquêtrice fortes et déterminées, des touches d’humour noir : We Hunt Together n’est pas sans rappeler Killing Eve. Certes, la série est moins excentrique et certainement en-deçà de l’affrontement entre Eve et Villanelle, elle construit sa propre histoire, mais on devine clairement une certaine influence. Au point que, on l’avoue, on se demande ce qui se passerait si les chemins de Villanelle et Freddy venaient à se croiser… Fantasme d’impossible crossover mis à part, We hunt together achève sa première saison en résolvant un certain nombre d’arcs narratifs et en sacrifiant un personnage ; l’histoire n’est pas terminée pour autant et la voie est toute tracée pour une deuxième saison, déjà officiellement annoncée. La chasse reste ouverte.

Entre True Romance et Killing Eve, même si elle n’atteint pas le même niveau, We hunt together est suffisamment intrigante et addictive pour nous accrocher. Certains points de l’intrigue auraient sans doute mérités d’être creusés, les personnages frôlent parfois la caricature mais la série fonctionne, avec six épisodes qui se prêtent parfaitement au binge-watching. Chasse implacable entre un duo d’assassins et un duo d’enquêteurs : on se laisse prendre dans les filets de We hunt together.

We hunt together 
6 épisodes de 42′ environ.
Sur Polar + à partir du 7 Décembre.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneFootInternationalSport

Les LGBT seront en sécurité à la Coupe du Monde mais le Qatar fixe certaines limites

À la uneSéries Tv

C'était il y a 15 ans ... le lancement de Camping Paradis

À la uneSéries Tv

Le Camping Paradis s'exporte à la neige à la veille des fêtes

À la uneInternationalSanté

Covid 19 : Un italien essaie de se faire vacciner avec un bras en silicone

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux