Covid19: Jean-Michel Blanquer annonce que le Bac 2020 aura lieu en contrôle continu. Les notes pendant le confinement ne seront pas prises en compte. Eventuel retour en classe en Juin. Fin d’année le 4 juillet. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous … 13 reasons why, le bouleversant nouveau team drama

Adaptation du roman de Jay Asher, 13 reasons why est le nouveau teen drama dont on parle beaucoup. Mais c’est surtout l’une des séries les plus bouleversantes de ces derniers mois.

C’est quoi 13 reasons why ? 13 Reasons Why suit Clay Jensen, un adolescent qui découvre sous son porche au retour du lycée une mystérieuse boîte portant son nom. À l’intérieur, des cassettes enregistrées par Hannah Baker, une camarade de classe qui s’est tragiquement suicidée deux semaines auparavant. Les enregistrements révèlent que la jeune fille, dont il était amoureux, a décidé de mettre fin à ses jours pour treize raisons. Clay est-il l’une de ces raisons ?

Une histoire bouleversante

Difficile d’écrire après avoir vu les 13 épisodes ce nouveau teen drama, les 13 reasons why Hannah Baker a décidé de mettre fin à ses jours. 13 reasons why renoue avec ces séries pour ados qui parlent à toutes les générations. Digne héritière de Dawson ou Felicity, elle est sans nulle doute la plus belle et la plus puissante aussi. En seulement 13 petits épisodes, le créateur de la série Brian Yorkey est parvenu à créer un personnage iconique qui devrait longtemps laisser une trace de son passage dans le paysage sériel de bon nombre de gens. Hannah Baker rejoint ainsi Laura Palmer (Twin Peaks) ou Angela Chase (Angela 15 ans) au panthéon des personnages ados de séries qui ont marqués.

Cette histoire est celle d’une ado comme tant d’autres, brisée par le regard des autres, les rumeurs à son sujet, et plus tard par des actes ignobles. Une jeune ado qui perd petit à petit foi en la vie et qui s’éteint.

“Je laisse une dernière chance à la vie”

Terrible phrase de Hannah Baker qui résonne en chacun de nous comme un écho assourdissant.
En suivant le terrible chemin de Hannah, il revient en mémoire un terrible fait divers, réel celui là survenu en région parisienne. Celui d’une jeune fille qui annonce sur Periscope avoir été violée et qui se jette ensuite sous le RER en direct devant celles et ceux qui l’ont écouté. Avant de mourir, elle portait de terribles accusations contre son agresseur qu’elle connaissait bien. Et comme dans la série, les réactions suite à la manière dont l’acte est mis en scène sont tout aussi terribles qu’auprès des proches d’Hannah Baker

Pourquoi une fille morte mentirait-elle ?” entend-on dans la série. Cette phrase et ces deux histoires, l’une de fiction et l’autre terriblement réelle, résonne, heurte. Car c’est bien l’enjeu de la série.

Une narration éclatée mais percutante

13 reasons why opte pour une narration que l’on connaît bien dans les séries avec une double timeline (Murder ou Damages l’ont par exemple utilisé). Souvent utilisée comme un gadget dans certaines séries, elle trouve ici tout son sens. La voix off chère aux séries est ici mise en images et nous pousse à adopter le point de vue de Hannah. Alors qu’elle s’est souvent sentie victime, Hannah, avec ses cassettes et son histoire qu’elle raconte, reprend (une dernière fois) le contrôle de sa vie. C’est elle qui dicte les règles, elle qui impose à la vérité aux autres, elle qui a pour la première fois, a pouvoir de vie et de mort sociale sur celles et ceux qu’elle estime responsables du geste qu’elle s’apprête à commettre.
Et la série ne nous épargne rien, le spectateur est plongé dans un tourbillon d’émotions et d’images puissantes tant émotionnellement que visuellement. Certains ont reproché à la série d’en avoir trop montré (dans les images de viol ou de suicide) mais le sujet était trop grave pour ne pas trop en montrer justement. Il est certains que les derniers épisodes de la série sont d’une violence qui laisse des traces. On aura pas souvent été aussi loin dans un teen drama mais c’est précisément là que réside la force de la série : ne rien laisser de côté. La mort d’Hannah, sans musique, sans artifices, est insoutenable. Insoutenable de voir une jeune fille qui a la vie devant elle et qui n’y croit plus. Insoutenable aussi car la puissance du jeu de Katherine Langford durant les 13 épisodes de la série, ne peut que nous conduire à “ne pas accepter” ce qui arrive. Katherine Langford que l’on ne connaissait pas ou peu avant mais qui explose et trouve en Hannah Baker un rôle qui va longtemps lui coller à la peau. Et n’oublions pas Dylan Minnette (Clay) bouleversant aussi dans la manière dont il évolue, grandit même, à mesure qu’il découvre l’histoire de celle qu’il aime(ait) …

Comme on l’a dit, il est bien difficile d’écrire après avoir vu 13 reasons why. Et pourtant on ressent un besoin pressant d’en parler. Les mots se mélangent comme les émotions se sont mélangées durant 13 épisodes. Pour l’auteur de ces lignes, 13 reasons why entre au panthéon de ses séries les plus importantes. Et pour longtemps.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneActualitéFranceMédias

Afida Turner : en nuisette et décolleté XXL sur C8 pour parler coronavirus

À la uneActualitéFranceSanté

Coronavirus : le don du sang est essentiel pour aider les hôpitaux

À la uneSantéSociété

Coronavirus et théories du complot, un lien étroit

À la uneFranceMédiasSociété

"Coronavirus : l'état d'urgence", un échec pour France 2

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux