À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous… Vikings : Valhalla – la suite de Vikings

Un siècle après les exploits de Ragnar, Vikings : Valhalla raconte la suite de l’Histoire d’un peuple désormais menacé d’implosion.

C’est quoi, Vikings : Valhalla ? Un siècle après avoir débarqué en Angleterre, les Vikings ont installé des colonies et coexistent avec les royaumes autochtones. Mais en 1002, le Roi Atherled II fait massacrer leurs chefs et les populations installées sur le territoire, provoquant la colère des survivants et des clans restés en Scandinavie. Malgré les conflits entre païens et nouveaux chrétiens, les Vikings s’unissent et partent en guerre. Poursuivant leur propre vengeance, les enfants d’Erik le Rouge, Freydis (Frida Gustavsson) et Leif (Sam Corlett) se retrouvent emportés par les événements.

Six saisons ont fait de Vikings le succès que l’on sait et dès la fin de la série, Netflix a annoncé une suite, Vikings : Valhalla, se déroulant environ un siècle plus tard. Notons tout de même que la série, écrite par Jeb Stuart, bénéficie de certains des producteurs de Vikings parmi lesquels son créateur Michael Hirst, et que Netflix n’est que la plate forme de diffusion.

A lire aussi : Vikings Valhalla : 7 choses que tu ignores sur la mythologie nordique

Cent ans ont passé depuis les aventures de Ragnar et de ses fils. Les premières incursions des Vikings en Angleterre et la confrontation ont abouti à une sorte de modus vivendi, des clans vikings se sont installés sur le territoire de Danelow et la coexistence avec les autochtones se poursuit. Du moins jusqu’en l’an 1002, lorsque le roi Athelred II ordonne le massacre de tous les Vikings, persuadé qu’il a désormais la puissance nécessaire pour repousser ceux qu’il voit encore comme des envahisseurs. La riposte ne se fait pas attendre, et les armées vikings se rassemblent à Kattegat malgré les profondes divergences d’un peuple désormais divisé entre chrétiens et païens. Sous la houlette du Roi Canut (Bradley Freegard), une armée massive part en Angleterre pour obtenir vengeance. Et c’est aussi à Kattegat qu’arrivent Leif et sa sœur Freydis, deux Groenlandais qui traquent le Chrétien coupable d’avoir violé et mutilé la jeune païenne…

Les enfants d’Erik le rouge font partie des personnages de Valhalla

Les quatre premiers épisodes retracent ainsi la riposte viking ; les suivants se focalisent davantage sur des intrigues et alliances politiques. Le roi Canut parvient ainsi à s’emparer de Londres et, pour diriger à la fois l’Angleterre et son royaume du Danemark, il partage le trône avec l’héritier de la couronne, le jeune Edmund (Louis Davison), et épouse la veuve de son prédécesseur, Emma de Normandie (Laura Berlin). Pendant ce temps, Kattegat désormais gouvernée par la guerrière païenne d’origine africaine Haakon, est attaquée par Harald Sigurdsson (Leo Suter) et son demi-frère, le fanatique chrétien Olaf Haraldsson, ce dernier comptant raser Kattegat et imposer la foi chrétienne. 

Vikings : Valhalla joue sur l’héritage de Vikings et s’inscrit dans la continuité, tout en infléchissant des éléments du récit de façon subtile mais déterminante. D’un côté, on est en territoire connu et la série coche toutes les cases requises : batailles sanglantes, drakkars, banquets arrosés d’hydromel, barbes majestueuses, « Par Odin ! » à tire-larigot et quelques chemins narratifs classiques déjà vus dans Vikings (ou ailleurs). Les intrigues se développent méthodiquement et parfois lentement, mais elles sont globalement prenantes et bien construites ; s’il faut un certain temps pour s’investir dans le sort de certains des nombreux personnages, les fortes personnalités ne manquent pas. 

La période et les personnages sont évidemment différents – mais le contexte et les enjeux aussi. Vikings racontait les premières conquêtes d’un peuple ; Valhalla est la chronique de la fin d’une ère. Au fil de la cohabitation avec les Anglais, certains Vikings se sont convertis au christianisme, d’autres non. L’allégeance aux anciens dieux ou au Dieu chrétien engendre des discriminations violentes des deux côtés. C’est une scission, un schisme bien plus grave que celui qui opposait Ivar à ses frères : c’est l’implosion d’un système de valeurs , une crise profonde qui menace l’union et l’existence même.de tout le peuple viking.

Le roi Canut s’en va en guerre

Ce qui est frappant, c’est aussi la manière dont la série explore le sujet. Vikings racontait l’Histoire en ayant souvent recours au prisme de la religion et du mysticisme par exemple avec les visions et hallucinations des personnages, le parcours de Athelstan, la présence du Devin. L’apparition (si l’on peut dire) de celui-ci dans Valhalla est d’ailleurs emblématique de l’orientation prise dans Vikings : Valhalla. C’est quasiment l’inverse : la série re-contextualise les divisions religieuses et le choc civilisationnel à travers les événements et historicise le récit – de sorte qu’on se rapproche davantage de The Last Kingdom.

A lire aussi : Séries historiques, le nécessaire mensonge de la fiction

Évidemment, certains spectateurs ont soulevé la question de la réalité historique de la série.  Il n’est donc pas inutile de rappeler que comme Vikings, Vikings : Valhalla est une fiction. A ce titre, elle ne fait que puiser dans l’Histoire, dans les chroniques anglo-saxonnes et les sagas scandinaves pour imaginer un récit où se croisent des personnages réels (comme Lief et Freydis) ou non (Haakon, dont l’origine africaine est d’ailleurs sinon historique du moins imaginable car compatible avec les découvertes archéologiques). Soulignons enfin que la série est fondamentalement incapable d’être rigoureusement exacte sur le plan historique : les peuples nordiques étant avant tout attachés à la tradition orale, la plupart des informations proviennent de textes écrits des décennies voire des siècles plus tard, et souvent d’après les récits Anglais. Soit émanant de ceux qui ont vu les Vikings conquérir et piller leurs terres…

Vikings : Valhalla, suite de la série Vikings, offre une approche intéressante en restant à la fois dans la continuité de la série d’origine et en cherchant à explorer différemment l’Histoire du peuple auquel elle s’intéresse. Est-elle pour autant à la hauteur de Vikings ? La question est faussée si on la confronte aux six saisons de la série de Michael Hirst et à son récit épique qui a tenu en haleine de bout en bout malgré quelques flottements. En revanche, elle n’a pas à rougir face à la première saison de Vikings, notamment dans la manière dont elle pose le contexte et les enjeux de la suite. Car rappelons que Netflix a d’ores-et-déjà commandé une deuxième saison. Skal !  

Vikings : Valhalla
8 épisodes de 50′ environ.
Disponible sur Netflix.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneLe Tøhu-BøhuMusiqueNon classéSoiréesSpectaclesTendances

La fine fleur des Dj Dark ce soir pour la New Wave Party à l'International Paris emmenée par le Dj Yami Spechie

À la uneSport

Tour de France : quelles sont les 21 étapes de l’édition 2022 ?

À la uneSéries Tv

Why women kill : la série de Marc Cherry finalement annulée par Paramount+

À la uneCinémaCulture

La Fête du cinéma : ça fonctionne comment ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux