À la uneActualitéInternational

Ouïghours : la Chine met en garde la Belgique contre une dégradation des relations

Photographie du Parlement belge

Les autorités chinoises ont mis en garde la Belgique contre une dégradation des relations bilatérales. Cette mise en garde fait suite au vote d’une commission du Parlement belge pour la reconnaissance d’un “risque sérieux de génocide” contre les Ouïgours en Chine. 

Ce mercredi 16 juin, la diplomatie chinoise a sérieusement pris à partie la Belgique. “Nous appelons la Belgique à rectifier immédiatement son erreur afin d’éviter une dégradation des relations sino-belges”, a déclaré Zhao Lijian, porte-parole de la diplomatie chinoise. A l’origine de ces tensions, une décision de la commission des Relations extérieures du Parlement belge. Celle-ci a voter mardi 15 juin une proposition de résolution qui dénonce “un risque sérieux de génocide” pour la minorité musulmane des ouïgours au Xinjiang en Chine. 

Un vote historique contre la politique chinoise

A l’origine de la proposition de résolution, le député écologiste Samuel Cogolati s’est félicité d’une telle action du Parlement belge. “Vous n’imaginez pas mon émotion! Notre petit pays est grand, car nous osons sauver un peu d’humanité” s’est-il réjoui sur Twitter. En dénonçant les actes de la Chine envers les Ouïghours, la Belgique suit les États-Unis le Canada, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Lituanie et la République tchèque.

Cette mesure n’est pas anodine. Elle contient en effet 20 demandes au gouvernement belge dont la condamnation de la politique menée à l’égard des Ouïghours et la demande auprès des instances européennes d’un élargissement des sanctions à l’égard de la Chine. Il faut cependant que la Chambre approuve le texte en séance plénière le 1er juillet selon l’Ahttps://www.afp.comFP.

La Chine dénonce des “mensonges” de la part du Parlement

Dans la région du Xinjiang, des milliers voire millions de personnes issues de la communauté ouïgour sont pris pour cible. Selon des organisations de défense des droits humains, un million de ouïghours seraient placés dans des centres de “rééducation politique”. La Chine dément ces informations et parle d’une politique anti-terroriste visant à empêcher la radicalisation des musulmans dans le pays.

Si la Chine dément les faits relaté par plusieurs ONG, elle accuse aussi Samuel Cogolati de mensonge. “Ce député a délibérément répandu des mensonges et des fausses informations, causant un tort grave aux intérêts et à la souveraineté de la Chine”, a déclaré Zhao Lijian.

A lire aussi : Les ouïghours : le peuple victime du plus grand internement de masse du 21ème siècle

About author

Rédacteur VL Média et étudiant à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneInternational

Donald Trump l'annonce, il va lancer son propre réseau social

À la uneCinémaSéries Tv

OCS Signature : après les séries, le label lance les films de genre avec L'invitation

À la uneActualitéPolitique

Les directeurs d'écoles peuvent maintenant connaître le statut vaccinal de leurs élèves

À la uneCinémaMédias

Antoine de Caunes, maître de cérémonie des César 2022

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux