À la uneFaits DiversInternational

Pakistan : les 11 policiers otages libérés

À l’issue de négociations, les otages ont été libérés ce lundi à Lahore. Ils avaient été enlevés lors de manifestations “anti-France” par des militants du parti islamiste Tehreek-e-Labbaik (TLP) . La mosquée où les otages étaient retenus a été encerclée par la police.

Le ministre de l’Intérieur Pakistanais Sheikh Rashid Ahmed a déclaré, ce matin, que les otages avaient été libérés à la suite de négociations. D’autres négociations devraient avoir lieu dans l’après-midi d’après le ministre, les raisons de ces dernières étant encore inconnues. « Des négociations ont été entamées avec le TLP, la première partie s’est achevée avec succès », a déclaré Sheikh Rashid Ahmed dans une vidéo sur son profil Twitter.

Les manifestations, en plus de l’enlèvement, ont entraîné la mort de 6 officiers de police. L’ambassade de France a même dû appeler ses ressortissants à quitter le pays. Les revendications étaient claires. Le parti Tehreek-e-Labbaik et les manifestants reprochent au président Français d’avoir soutenu le droit à la caricature suite à l’assassinat de Samuel Patty. Les dessins satiriques affichés dans Paris avaient mis en furie les partisans de TLP.

Organisation terroriste

À la suite de la prise d’otage, le gouvernement pakistanais a officiellement interdit le Parti islamiste radical et l’a classifié d’organisation terroriste. Samedi, le Premier ministre Imran Khanle avait twitté : « notre gouvernement n’a pris des mesures contre le TLP, en vertu de notre loi antiterroriste, que lorsqu’il a contesté l’autorité de l’État, eu recours à la violence dans la rue et attaqué la population et les forces de l’ordre ». L’idéologie du TLP n’était pas la raison de son interdiction, mais bien les méthodes pour y parvenir.

« Nous ne les enterrons pas » 

Les islamistes protestent depuis le 12 avril dans les rues pour la libération de leur chef, qui avait été arrêté pour avoir demandé l’expulsion de l’ambassadeur de France. Les partisans avaient annoncé une « date limite » avant le 20 avril pour que l’ambassadeur quitte le pays. Les manifestations ont également fait des morts du côté des partisans, Allama Muhammad Shafiq Amini, l’un des dirigeants du TLP avait déclaré « Nous ne les enterrons pas tant que l’ambassadeur de France ne sera pas mis à la porte ».

À lire aussi : Une nouvelle manifestation « Paris pour la liberté »

About author

Journaliste
Related posts
À la uneBrèvesFaits Divers

Il déplace la frontière entre la France et la Belgique pour faire passer son tracteur

À la uneSéries Tv

Dix pour cent : le casting de Call my agent, la version britannique, dévoilé

À la uneActualitéBrèves

Une protection policière refusée à deux journalistes menacées de mort

À la uneActualitéBrèves

Coronavirus : la vaccination ouverte aux 16-17 ans atteints de maladies graves

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux