ActualitéInternationalNon classé

Séisme diplomatique au Moyen-Orient : cinq pays du Golfe rompent leurs relations avec le Qatar

L'Arabie saoudite et ses alliées rompent avec le Qatar

L’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l’Egypte et le Yémen rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Ce dernier est accusé de soutenir le terrorisme.

Un réel séisme géopolitique s’est abattu sur le Moyen-Orient ce matin. L’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis,  Bahreïn, l’Egypte, puis le Yémen viennent successivement de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar.

Ils accusent Doha de soutenir le terrorisme, et d’accueillir « divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech et Al-Qaïda », selon un responsable saoudien. Ainsi, l’agence officielle saoudienne SPA a, dès l’aube, annoncé que Ryad rompait ses relations pour « protéger sa sécurité nationale des dangers du terrorisme et de l’extrémisme ». Cette rupture diplomatique intervient quinze jours après le voyage de Donald Trump en Arabie Saoudite. Il avait alors appelé les pays musulmans à lutter contre le terrorisme.

Le petit émirat de 2,2 millions d’habitants a par ailleurs été exclu de la coalition militaire arabe qui combat les milices houthistes pro-iraniennes au Yémen depuis maintenant deux ans. Cette mesure a été saluée par le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, dernier en date à avoir rompu avec le Qatar.

D’importantes conséquences géopolitiques

Les conséquences relatives à cette rupture n’ont pas tardé à se faire ressentir. Les Etats du Golfe ont tout d’abord décidé d’isoler le Qatar. Les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et Bahreïn vont fermer leur espace aérien, ainsi que leurs frontières terrestres et maritimes avec le riche émirat. Ainsi, la compagnie Etihad a annoncé la suspension de tous ses vols en provenance et à destination du Qatar. En retour, la Qatar Ariways entend elle aussi suspendre ses vols vers l’Arabie Saoudite.

De plus, les diplomates du Qatar ont 48 heures pour quitter leurs postes. Quant aux citoyens qataris, ils ont pour leur part 14 jours pour partir d’Arabie saoudite, des Emirats et de Bahreïn. Face à l’ampleur de ces mesures, Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat américain, a exhorté les pays du Golfe à rester unis.

La plus grave crise diplomatique depuis 1981

Il s’agit de la crise la plus grave depuis la création du Conseil de coopération du Golfe en 1981. Composé de l’Arabie Saoudite, de Bahreïn, des Emirats Arabes Unis, du Koweït, d’Oman et du Qatar, il avait alors pour but d’assurer la stabilité économique et politique de la région. Ce séisme diplomatique est d’autant plus dur pour le Qatar que le pays entendait jouer un rôle majeur sur la scène régionale ainsi que sur la scène internationale à travers l’organisation de la coupe du monde de football, en 2022.

Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a, dans un communiqué, qualifié ces mesures d’ « injustifiées » et « sans fondements ».  Elles ont un  « objectif clair: placer l’Etat sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté », a-t-il ajouté, avant d’affirmer que son pays « lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ».

« Ce pays est dangereux »

Côté français, Florian Philippot, vice-président du Front national, appelle son pays a suivre l’exemple et à rompre avec le Qatar. « Il est temps d’en finir avec la bienveillance des milieux autorisés français pour le Qatar », a annoncé l’eurodéputé pour qui  « ce pays est dangereux et doit être traité comme tel dans la lutte contre le terrorisme islamiste ».

Related posts
À la uneActualitéFranceSanté

46 millions de français désormais touchés par le couvre-feu

À la uneActualitéCinémaCulture

La comédie de Dany Boon sur le confinement sera disponible sur Netflix

À la uneActualitéInternationalSociété

Kanye West va-t-il faire réélire Trump ?

ActualitéFrance

Facebook Dating, l'application de rencontre arrive en France

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux