À la uneActualitéFrancePolitique

Pénélopegate : Pénélope Fillon mise en examen dans l’affaire des emplois fictifs

Pénélope Fillon

Pénélope Fillon, femme du candidat de la droite à la présidentielle, a été mise en examen mardi suite à sa convocation par les juges d’instruction dans le cadre de l’enquête sur ses possibles emplois fictifs à l’Assemblée nationale, rapporte une source judiciaire. 

Suite à son entrevue avec les juges d’instruction mardi soir, Pénélope Fillon a été mise en examen pour “complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de bien sociaux et recel d’escroquerie aggravée,” a indiqué une source judiciaire. Les juges Tournaire, Buresi et Tasseau enquêtent actuellement sur les possibles emplois fictifs dont aurait bénéficié la femme du candidat à la présidentielle François Fillon à l’Assemblée nationale de 1986 à 2013. Il s’agit de la troisième mise en examen dans cette affaire après celles de François Fillon et Marc Joulaud.

« Les magistrats instructeurs ont décidé de mettre en examen Penelope Fillon, dans la logique d’une enquête et d’une instruction conduites exclusivement à charge, au mépris de la séparation des pouvoirs et de la présomption d’innocence, dans des délais de rapidité hors norme. Lorsque cette affaire sera examinée dans la sérénité et le respect des principes de droit, je maintiens que l’innocence de Penelope et de François Fillon sera reconnue, » a déclaré l’avocat de Mme Fillon, Pierre Cornut-Gentille, dans un communiqué.

Les enfants des époux Fillon, Charles et Marie, eux aussi impliqués, devraient être entendus par les juges prochainement, indique La Dépêche.

A lire aussi >> François Fillon mis en examen pour détournement de fonds publics

Les faits retenus contre Pénélope Fillon

  • “Complicité et recel de détournement de fonds publics” 

L’épouse de François Fillon est soupçonnée d’avoir perçu 680 380 euros net entre 1986 et 2013 pour des fonctions à l’Assemblée nationale en tant qu’assistante parlementaire de son mari et de son ex-suppléant Marc Joulaud qu’elle n’aurait pas réellement exercées. Les enquêteurs cherchent donc à déterminer si ses activités étaient réelles ou non.

D’après François Fillon, son épouse aurait accompli “des tâches simples mais essentielles,” rapporte France Info. Elle se serait notamment occupée de la gestion du courrier et de l’agenda de son mari, ainsi que de la préparation de ses discours. Le candidat à la présidentielle a affirmé avoir remis aux enquêteurs des documents prouvant l’activité de sa femme. Pénélope avait toutefois déclaré en 2007 dans une interview pour le Sunday Telegraph qu’elle n’avait “jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre.

  • “Complicité et recel d’abus de bien sociaux”

Ce chef d’accusation concerne l’emploi de Pénélope Fillon à la Revue des deux mondes entre mai 2012 et décembre 2013. Pendant cette période, elle a été rémunérée 5 000 euros brut par mois, salaire cumulé avec son indemnité d’assistante parlementaire. Au sein du magazine littéraire, Pénélope Fillon aurait exercé un travail de conseillère littéraire qui consistait à donner des conseils “oraux uniquement” auprès de M. Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la revue, a révélé Le Monde.

En novembre 2013, la femme de François Fillon a démissionné de la revue littéraire après que plusieurs notes de lecture rédigées par ses soins n’aient pas été publiées, a-t-elle indiqué.

  • “Recel d’escroquerie aggravée”

Cette dernière accusation vise des documents qui ont été découverts à l’Assemblée nationale. Une fiche de renseignements retrouvée lors de la perquisition indique pour le mois de juillet 2012 un travail mensuel de 14 heures à La Revue des deux mondes, d’après des sources proches du dossier citées par l’AFP. Mais “les enquêteurs ont découvert un brouillon de cette fiche de renseignement dans lequel était inscrit cette fois ’30 heures'”, d’après le JDD. 

Les enquêteurs soupçonnent l’épouse du candidat d’avoir minimisé le nombre d’heures travaillées pour respecter la limite légale du temps de travail cumulé, puisqu’elle exerçait en même temps que son emploi de conseillère littéraire la fonction d’assistante parlementaire.

A lire aussi >> Fillon aurait touché 50 000 dollars pour mettre en relation un industriel libanais avec Poutin 

Related posts
À la uneBrèvesSéries Tv

Demain nous appartient : découvrez le teaser du retour de la série

À la uneActualitéCultureEmissionsLe Tøhu-BøhuLittératureMusiqueNon classéTendances

Fred Lombard Daydream Music Indiemusic & Caesaria dans le Tohu Bohu#293

À la uneSanté

Didier Raoult, provocateur de génie

À la uneHigh Tech

Animal Crossing : des pros de la déco customisent votre île

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux