Une Mexicaine âgée de 65 ans apprend par surprise qu’elle n’a plus d’empreintes digitales. Cet incident, difficilement croyable, a été rapporté jeudi dernier dans le New England Journal of Médicine.

Cette Mexicaine devait retirer de l’argent à la banque. Cette procédure banale lui a permis de réaliser qu’elle n’avait plus d’empreintes lorsque le distributeur ne reconnût pas son identité.

Les scientifiques expliquent la disparition de ses empreintes par le fait que la femme était victime d’un stade avancé de syndrome main-pied. Cette maladie se manifeste par des rougeurs, le gonflement de la paume des mains et de la plante des pieds. Dans ce cas précis, la maladie a touché les doigts de la patiente. L’apparition du syndrome fût la conséquence du traitement contre le cancer du sein que la femme suivait depuis 3 mois, selon son cancérologue, docteur Enrique Soto-Perez-de-Celis.

D’après l’explication d’un autre spécialiste, le chef de service en oncologie médicale à Institut Curie à Paris, Paul Cottu, le syndrome peut-être un effet secondaire des chimiothérapies. « Le traitement de cette patiente mexicaine à base d’agents anticancéreux, chimiothérapie orale très couramment utilisée dans les cancers du sein et du côlon, est généralement bien accepté, même sur un temps long. Mais l’adaptation du traitement en fonction des réactions au cas par cas permet d’éviter l’évolution de ce syndrome lorsqu’il se présente« , explique le docteur.

Au premier stade de cette maladie on observe que des rougeurs et des gonflements sur les mains et les pieds. La Mexicaine a atteint le deuxième stade qui se caractérise par les douleurs fortes mais aussi par l’apparition des problèmes d’empreintes digitales.

Le cas de cette Mexicaine n’est alors pas unique ou extraordinaire, ses symptômes étant typiques du deuxième stade de cette maladie. Suite à cet incident, les médecins ont décidé de baisser les doses du traitement afin d’éviter les effets néfastes. De plus, pour que la femme puisse finalement retirer son argent, l’équipe médicale a rédigé une lettre qui prouvait l’état particulier de leur patiente. « C’était la première fois que nous rencontrons ce problème et nous avons été très surpris« , ont-ils écrit.

http://www.radiovl.fr/capteurs-dempreintes-digitales-une-fausse-bonne-idee/