Après l’appel au blocus de vendredi dernier, l’ampleur du mouvement lycéens contre la réforme “Parcoursup” atteint son paroxysme aujourd’hui jeudi 6 décembre. Dans la journée ce sont environs 280 lycées et collèges de France qui ont été bloqués par des élèves et plus de 700 arrestations qui ont été faites.

 

Vendredi dernier c’est l’UNL (Union Nationale Lycéenne) qui avait appelé au blocus, et ce pour manifester leur mécontentement quant à la nouvelle loi “Parcoursup” qui remplace le système de recrutement dans les universités par les directeurs et directrices. En effet ils auront maintenant le droits de conditionner le choix de leurs futurs étudiants.

Donc depuis lundi matin, un grand nombre de lycées sont bloqués par les élèves en colère. Mais aujourd’hui ce mouvement a pris plus d’ampleur que les autres jours. Dans toute la France se mouvement se résume en plus de 700 arrestations et environ 280 bâtiments bloqués. 

En région parisienne :

Des situations tendues en Seine-Saint-Denis et en Hauts-De-Seine,  35 personnes placées en garde à vue.

C’est à Mantes-La-Jolie qu’en recense le plus grand nombre d’interpellations, 146 personnes en garde à vue près du lycée Saint-Saint-Saint-Exupéry où deux voitures ont été incendiées.

En Province :

Des échauffourées ont aussi eu lieu à Nice (Alpes-Maritimes), où 33 interpellations ont été effectuées parmi les manifestants, selon la préfecture. Un violent face-à-face entre la police et des jeunes a notamment eu lieu aux abords du lycée du Parc Impérial, l’un des plus grands établissement de Nice avec plus de 1 700 élèves.

À Reims, des incidents ont également eu lieu et huit lycéens ont été interpellés par les forces de l’ordre.

Deux lycéens ont été légèrement blessés à Béziers, une voiture a été brûlée, une autre renversée et plusieurs dégradées. 8 personnes ont été interpellées.

Les blocages se sont poursuivis à Toulouse et une manifestation a été violente : deux policiers ont été blessés.

Après les violences des manifestations à Paris, nous espérons que les choses vont au moins se calmer avec les lycéens d’ici peu.