À la uneActualitéCultureInternationalReportagesSorties

L’aventure Couthures: festival international du journalisme « vivant »

Organisés par les revues indépendantes XXI et 6Mois, « Les ateliers de Couthures » se tiendront les 29, 30 et 31 Juillet à Couthures sur Garonne (47), dans d’anciens séchoirs à tabac.  Avec la collaboration de trois autres titres internationaux : Harper’s magazine (US), Internazionale (Italie) et Reportagen (Suisse), l’évènement entend mettre en place un « Festival des histoires vraies », racontées par des musiciens, des avocats, des docteurs, des journalistes, des photographes…. Le festival ne sera pas à l’intention des journalistes, mais de tout le monde, et sera d’ailleurs parrainé par le rappeur MC Solaar.

L’objectif est clair : aborder les sujets brûlants en croisant les regards de ceux qui incarnent les grandes problématiques actuelles. Le débat public y prend un nouvel élan, mené par ceux à qui on n’a pas encore laissé la place. Mathilde Boussion, responsable du séchoir « Un monde sous surveillance » (voir plus bas) le présente comme « un festival de la créativité […] Il ne sera pas question de journalisme, il sera question du monde qui nous entoure […]. Nous ce qu’on veut c’est mettre les gens dans la place du reporter […] on veut avoir des professionnels qui nous parlent de leur réalité.  » dans une interview accordée à France Info le 10 avril. Qui dit festival dit aussi musique, théâtre, photos, vidéo… bref une ambiance bon-enfant malgré l’importance des sujets abordés. Le rendez-vous donné est donc une occasion de plus de renouveler le débat dans l’espace public, en échos à « Nuit Debout ».

Festival entièrement indépendant, tout comme les revues qui en sont à l’origine, Couthures est financé uniquement par une campagne lancée sur la plateforme Ulule. Sur les 50 000€ nécessaire à l’existence de ces ateliers, 20 000 restent encore à trouver dans les 9 prochains jours, sans quoi le festival ne verra pas le jour. Difficile, de mon point de vue, de trouver meilleur moyen de dépenser mon argent (qui se fait rare). Alors, oui, il faut bien l’admettre, pour un étudiant ou un jeune travailleur, le festival à un prix. Mais c’est le prix de l’indépendance.

J’ai rencontré la petite troupe dans leurs locaux du 27 rue Jacob, ils m’ont parlé de leurs projets pour cet été autour d’un verre de vin.

plaquette de l'évènement

plaquette de l’évènement

Des Frontières et des Hommes : Séchoir animé par Léna Mauger et Aurélie Charon

Léna Mauger, Journaliste pour 6MOIS et XXI annonce vite la couleur lorsque je lui demande de me parler de son séchoir : la question des migrants n’est pas nouvelle, c’est sa médiatisation qui l’est. « Ça fait des mois qu’on est inondés d’images de réfugiés […] à tel point que ces images semblent être devenues banales. Cette banalité, et la forteresse Europe qui est en train de s’ériger sous nos yeux suscite un sentiment de malaise. Alors à Couthures on ne va pas débattre sur ces questions d’immigration. On va prendre le large pour se laisser encore surprendre par des histoires de frontière ». Elle animera ce séchoir avec Aurélie Charon, journaliste pour France Culture et France Inter.Cet été, le séchoir s’attaquera à remonter le temps et à donner la parole aux acteurs des migrations actuelles et plus anciennes, pour en montrer les visages et les enjeux, car « chaque histoire dessine un autre regard. »

Ce sera par exemple l’histoire d’Olivier Jobard, grand photographe qui suit la question des migrants depuis maintenant une vingtaine d’année. Il présentera le carnet de route de Kingsley, 22 ans, parti pour Cameroun pour rejoindre la France sur une embarcation de fortune. Claire Billet, journaliste indépendante, nous racontera pour sa part l’histoire de cinq jeunes Afghans en exode, de Kaboul à Paris.Il y aura aussi Tobie Nathan. Ethnopsychiatre, il a décidé de se consacrer entièrement aux migrants et aux conséquences psychologiques des changements d’identités induits par l’exil, selon lui « Les migrants sont tous des menteurs ». Et puis : Kamel Daoud (écrivain), Alice Diop (réalisatrice), Scholastique Mukasonga (écrivaine) et j’en passe…

Un Monde sous surveillance : Séchoir animé par Mathilde Boussion et Gwendoline Debono

Mathilde Boussion est une journaliste spécialiste du Moyen-Orient, elle fait partie de ces personnes qui ont suivi la montée de l’Etat Islamique bien avant qu’il ne nous frappe. Gwendoline Debono est journaliste à Europe 1. L’objectif de ce séchoir est d’aborder les questions de surveillance et de géopolitique par un prisme français accessible à tous, sans pour autant négliger la complexité du Moyen-Orient. « Il faut donner la parole aux petites voix. Sortir de l’anecdotique qui nous bouffe le cerveau et évoquer les choses par un prisme nouveau. Faire émerger les aspects de différents problèmes qu’on a pas vus ou mal vus. » C’est en sélectionnant des intervenants spécialistes, et pourtant globalement absents des plateaux télés, qu’elles ont décidé de s’attaquer à ces problématiques et de revenir sur des sujets.

David Thomson sera présent, pour parler de son livre « Les Français jihadistes » (2014), qui a rendu compte avant les autres des réalités que nous ne voulions alors pas voir et notamment de la pluralité des profils de français partis faire le Jihad. Il propose de se pencher sur les rationalités singulières de ces personnes pour tenter de mieux comprendre le phénomène. Mathieu Suc, journaliste à Médiapart spécialisé sur les questions de terrorisme est l’auteur d’une enquête dénonçant les dérapages et de l’assaut donné contre les terroristes le 18 novembre à Saint-Denis. Il reviendra avec nous sur les dérives dans la gestion des crises actuelles. On y parlera aussi bien-sûr d’état d’urgence et toutes les mesures entraînées par ce dispositif ainsi que des débordements des services de renseignement avec Yves Trotignon, ancien cadre de la DGSE aujourd’hui consultant en intelligence stratégique.

Enfin ce séchoir s’accompagne d’une « Cryptoparty », ateliers animés tout le long de ce week-end pour apprendre à réellement utiliser nos paramètres de sécurité Facebook, crypter notre boîte mail…

Les alternatives à la prison : Séchoir animé par Mathieu Palain et Marion Lopez

Mathieu Palain est journaliste à XXI et 6Mois. Il part du constat que les prisons sont un lieu fantasmé, faussement représentées par la production littéraire, cinématographique et télévisuelle contemporaine. Ce séchoir a donc pour objectif de « parler de la prison avec ceux qui savent de quoi ils parlent et qui ont les mains dans le cambouis» : anciens détenus, journalistes qui y travaillent, anciens directeurs… Mais aussi de présenter des solutions déjà existantes, ou envisageables. L’idée est toujours la même : parler vrai.

On y entendra des juges d’application des peines pour dénoncer la surpopulation dans les prisons et les graves conséquences sanitaires de celle-ci, à l’image des risques d’épidémies. Sebastien Van Malleghem est un photographe Belge, il viendra parler de son reportage photographie intitulé « prisons » qui nous immerge dans l’univers carcéral et la réalité des détenus en Europe. Arne Kvernvik Nilsen, ancien directeur d’une prison « ouverte » en Norvège, viendra parler de ce modèle extrêmement rare comme alternative à nos prisons françaises. De plus, Elisa Portier, qui anime des émissions de radio pour les détenus en prison viendra avec l’un d’entre eux pour présenter cette initiative et les vocations qu’elle suscite. Et puis on y entendra aussi Mourad Benchellali, ancien détenu français de Guantanamo et Nicolas Ferrand, à l’origine d’un projet de ferme pour la réinsertion des anciens détenus.

de gauche à droite et de haut en bas: MC Solaar (parrain du festival), Laurence Corona (directrice du festival), Patrick de Saint-Expuréry (rédacteur en Ched de XXI), Marie-Pierre Subtil (rédactrice en chef de 6MOIS) crédit: Victoria Scoffier

de gauche à droite et de haut en bas: MC Solaar (parrain du festival), Laurence Corona (directrice du festival), Patrick de Saint-Expuréry (rédacteur en Ched de XXI), Marie-Pierre Subtil (rédactrice en chef de 6MOIS)
crédit: Victoria Scoffier

Les dérangeurs : Séchoir animé par Augustin Scalbert et Claire Richard

Augustin Scalbert est le directeur de communication de Change.org, plateforme de pétitions, et ancien journaliste à Rue89. Après s’être lui-même retrouvé dans la position du « dérangeur » en 2008 pour avoir diffusé des propos tenus en off du président de la république de l’époque Nicolas Sarkozy, Augustin Scalbert donne la parole à ces personnes dont les vérités dérangent. Claire Richard, quant-à-elle, est journaliste à Rue89. Un dérangeur « c’est une personne qui dans son milieu professionnel, dans son milieu, social, dans son pays, apporte quelque chose de nouveau qui crée le débat, parfois au point de bouleverser totalement ce pays, ce milieu ou cette activité professionnelle. »

Dans son séchoir, il donnera notamment la parole à Irène Frachon, qui a été la lanceuse d’alerte en 2010 des dangers mortels liés au « médiator » en publiant un livre. Elle viendra donner le point de vue des victimes dans cette affaire et en expliquer le déroulement. Azyz Amami, et Nadia Khiari (alias Willis from Tunis)  éléments moteurs des révolutions Tunisiennes et de la chute du régime grâce à leurs blogs respectifs, viendront raconter leurs histoires et leurs rôles dans ces bouleversements politiques. Ryad Boulanouar, ingénieur Français, a mis au point le « compte-nickel », un système de compte bancaire alternatif que tout le monde peut ouvrir chez son buraliste ; il expliquera sa démarche. Nous y entendrons égalemement : Flore Vasseur une écrivaine française engagée, Fabrice Arfi journaliste chez Médiapart ou encore Garance Le Caisne, photographe qui dénonce les tortures dans les prisons syriennes. Augustin Scalbert vous réserve aussi de belles surprises musicales, car les dérangeurs sontbien souvent des artistes….

Les révolutions alimentaires : séchoir animé par Anne Sophie Novel et Olivier Le Naire

Anne-Sophie Novel est économiste et blogueuse et Olivier Le Naire est rédacteur en chef adjoint du service société de l’Express et avec leurs invités, ils présenteront notamment des alternatives à nos modes de production intensifs. Ce séchoir a en effet pour objectif de réveiller les consciences face à l’industrialisation des modes de production qui détruisent progressivement les modes de vie des petits paysans. Ici encore, le problème sera abordé sous différents angles.

Marc Dufumier, chercheur et agronome a mis en œuvre de nombreux programme de développement agricole durable, il viendra défendre, entre autre, l’agriculture biologique. Il sera accompagné de Sebastiaõ Salgado, photographe Brésilien de renommée internationale, qui est notamment l’auteur de l’ouvrage photographique « Terres de café ». Il viendra nous parler d’« Instituto Terra », un projet de reforestation à grande échelle au brésil qu’il a initié avec sa femme en replantant sur une parcelle 2,5 millions d’arbres.

Visages d’Iran : Séchoir animé par Marion Quillard et Delphine Minoui

Marion Quillard est journaliste et travaille pour 6MOIS et XXI. Elle est spécialiste de l’Iran et a écrit de nombreux articles sur ce pays aux multiples visages. A Couthures, elle s’appliquera avec ses invités à rendre compte de ces facettes inconnues souvent en Occident. Entre modernité et archaïsme, ouverture et repli, les témoignages des différents invités incarneront l’Iran d’aujourd’hui dans toute sa complexité en mots et en images.

Mana Neyestani, illustrateur Iranien forcé à l’exil après la publication d’un dessin qui fait polémique en 2006, viendra nous dessiner son histoire. De son côté, Delphine Minoui, journaliste française spécialiste du monde iranien et auteur de l’ouvrage « Je vous écris de Téhéran » viendra raconter une histoire singulière : celle d’un Mollah qui la draguait à Téhéran, et qui après avoir déménagé en Suisse et renoncé à son titre, lui écrit encore des mots doux. Mais il y aura aussi Abbas, un photographe iranien qui a couvert le révolution islamique de 1979,  et une mise en scène des meilleures histoires de Jean-Pierre Perrin en Iran.

 La vie participative : Séchoir animé par Guillemette Faure et Diouldé Chartier

Guillemette Faure est journaliste pour Le Monde et RTL, Diouldé Chartier, elle, travaille sur les approches participatives dans l’institut sociologique qu’elle a fondé. Toutes deux nous parleront de la multitudes de formes de vie participative, qui se développent à plusieurs échelles dans nos sociétés contemporaines et de l’importance de celles-ci.

Elles développeront l’exemple des coopératives, initiatives de poids pour prendre le contrepied d’un modèle économique français écrasant.  Les projets de réinvention de l’habitat participatif ou encore de l’école seront également mis à l’honneur. Nous pourrons également dans ce séchoir nous interroger sur les réelles intentions, et la supposée dimension participatives des plateformes internationales telles qu’Airbnb ou Uber… Toutes ces problématiques, et bien d’autres, seront ici mises en question par de nombreux intervenants de tous horizons pour mettre en question, valoriser et encourager différentes facettes de la vie participative.

Venez voir le programme complet par ici, et suivez les sur Facebook et twitter.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneÉtudiantMédias

Qui est Lev Fraenckel, le prof de philo qui cartonne sur Tik Tok ?

À la uneSéries Tv

Les amateurs : la saison 2 arrive déjà sur Disney+

À la uneCinémaPeople

Qui est Aaron-Taylor Johnson, l'acteur bien placé pour devenir le prochain 007 ?

ActualitéCinéma

On regarde ou pas Le menu avec Ralph Fiennes (2022) ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux