À la uneActualitéFranceSociété

La prise d’otages à Blagnac était en live sur Facebook

L’auteur de la prise d’otages de Blagnac qui a séquestré mardi 7 mai quatre femmes dans un bar-tabac, a été interpellé aux alentours de minuit. Il a retransmis lui-même ses agissements en live sur Facebook.

“Dans ce sac, y a des armes. Très bien? Là j’en ai une.” pouvait-on entendre hier après-midi sur le Facebook de Yanis. D, le preneur d’otages. Alors que le jeune homme de 17 ans séquestre quatre femmes dans un bar-tabac à Blagnac, ce dernier documente ses agissements en direct sur le réseau social.

Dans un premier temps, il indique avoir un sac rempli d’armes et se montre ensuite en train de tenir ce qui semble être un pistolet semi-automatique. Des images visibles sur Youtube jusqu’à ce que la plateforme les supprime. Le jeune homme n’a pas peur de divulguer son image. A la manière d’un selfie, il se filme face caméra. Il retourne ensuite l’image pour faire voir ses quatre otages.

blagnac prise d'otages
Sur une vidéo republiée ensuite sur Youtube, le preneur d’otage montre son arme. Capture d’écran.

Dans une seconde vidéo, Yanis D. qui explique avoir déjà tiré deux coups de sommation pour éloigner les policiers, menace désormais de s’en prendre à une des femmes. Mais surtout, il affirme avoir été recruté par une milice armée “qui cherche que l’Etat soit plus juste“. Et dont il nous promet qu’on connaîtra le nom “dans les prochains jours”.

Une lettre d’explication

Outre les vidéos, les enquêteurs ont retrouvé une lettre d’explication à son domicile. “Un courrier, où il semble assez dépressif, ou en tout cas préoccupé par son état de santé, et il fait une allusion au mouvement des “gilets jaunes” mais en assurant que l’acte qu’il voulait commettre n’irait pas au-delà de cette démarche finalement un peu spectaculaire” selon le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari.

Il était “connu pour des affaires de violences, sur les forces de l’ordre notamment, de vol, mais aussi pour sa participation en décembre à une manifestation de “gilets jaunes”, où il avait été interpellé”, a-t-il ajouté. Et de préciser que “ce n’était pas non plus quelqu’un de classé comme dangereux.”

A lire aussi :Une prise d’otage actuellement en cours à Blagnac

Related posts
À la uneActualitéBrèvesÉtudiantFranceSociété

Le Brevet des collèges décalé à cause de la canicule

À la uneHigh Tech

Netflix se lance dans le jeu vidéo

A Votre SantéActualitéNon classé

10 astuces pour résister à la chaleur.

À la uneActualitéCultureFestivalMusique

Les Solidays 2019, un succès de plus dans la lutte contre le Sida.

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux