À la uneBons PlansRégionsVie Étudiante

Projet novateur à l’Université Rennes 2 : création d’une épicerie gratuite !

VL est allé à la rencontre d’Hélène Bougaud et Daphné Sourisseau, membres de l’association « L’épicerie gratuite » qui a ouvert en ce début de semaine après des mois de préparation. Une association qui compte déjà 20 bénévoles et qui a provoqué un réel engouement lors de son inauguration pour les étudiants de l’Université Rennes 2. Récit d’une belle histoire qui répond à la lutte contre la précarité et le gaspillage alimentaire.

Naissance et présentation

La genèse du projet émane d’un ensemble de personnes et d’idées même si quelques noms se démarquent. Simon Michel et Matthieu Jeanvrain cofondateurs de l’association Cœurs Résistants ont porté le projet qui ne demandait qu’à voir le jour à Rennes 2 : ouvrir une épicerie gratuite pour les étudiants. L’idée a mûri notamment grâce à Béatrice Quenault, maître de conférences à Rennes 2 qui a apporté l’expérience et le recul nécessaire pour aiguiller le projet. « Le savoir-faire de Simon et de Matthieu a été crucial pour le bon développement de l’épicerie » nous dit Daphné. Hélène rajoute par la suite « nous on est étudiante donc on ne connaissait pas forcément toutes les règles obligatoires de conservation des produits, les normes d’hygiène ». En outre, le but de cette association est bien sûr non lucratif et s’adresse aux étudiants de l’Université Rennes 2.

Un départ tonitruant

218 personnes présentes et plus de 215 kilos de denrées écoulées, autant vous dire que les frigos étaient bien vides à la fin de la distribution. « On a été pris de cours, on ne s’attendait pas à autant de monde. On avait en amont publié sur les différents groupes Facebook pour faire un peu de pub et ça a plutôt bien marché » (1100 personnes intéressées sur l’événement Facebook). « Mais de là à voir tous ces étudiants, on était impressionné » s’exclame Hélène. Le stock s’est envolé en l’espace d’1h30 et tout le monde est reparti avec quelque chose. Daphné, souriante, ajoute « On avait peur de ne pas en avoir assez pour tout le monde mais ça s’est super bien goupillé ». En bref, un réel succès pour une inauguration à la hauteur du projet.

Approvisionnement

Pour l’occasion, Biocoop Scarabée a contribué au lancement de l’association en donnant quelques produits. En outre, les bénévoles ont récolté des fruits et légumes en fin de marché au Rheu. Pour ce qui est des partenaires, Daphné nous explique la situation : « pour l’instant, nous n’avons qu’un moyen d’approvisionnement qui est celui du Leclerc à La Mézière. On doit aller tous les lundis matins chercher ce qu’ils auront à nous donner. On espère avoir d’autres partenaires pour multiplier les produits ». Un bon départ pour l’association qui essayera de vous proposer chaque lundi des produits assez diversifiés même si ce n’est que le début. Il se peut notamment que le nombre de produits varie en fonction des semaines.

Crédit : Nathan Brard

Perspectives et avenir

Avec un départ canon, on ne peut qu’être optimiste pour l’avenir de cette épicerie gratuite. « À long terme le but c’est d’ouvrir tous les jours de la semaine c’est sûr, mais on n’en est pas encore là » raconte Hélène. La marche est encore haute pour ouvrir le local chaque jour mais l’association semble avoir plus d’un tour dans son sac. On peut même sentir chez les deux jeunes femmes une détermination sans faille et un collectif déjà bien préparé. On voit notamment que les heures de travail fournies par l’ensemble des bénévoles n’est pas vain. « On est en train de creuser la question de l’approvisionnement et on a trouvé une bonne idée, qui n’est pas concrétisée ». Mais quelle est donc cette idée ? « Eh bien on va essayer de voir avec la Ville de Rennes pour faire le tour des cantines scolaires pour récupérer des repas non consommés ». Une demande en cours d’approbation qui, si elle fonctionne, apporterait une diversité importante pour l’épicerie mais qui en outre, demandera d’autant plus de main-d’oeuvre.

Remerciements et enjeux

Mathieu Jeanvrain, Emilie Perion, Nolwen Alzas ainsi que les bénévoles qui contribuent sans relâche au bon fonctionnement de l’association. N’hésitez pas à contacter l’association pour des questions plus spécifiques où tout simplement pour adhérer à l’épicerie gratuite et pourquoi pas, donner un peu de votre temps libre. Aujourd’hui, un tiers de la production alimentaire destinée à la consommation humaine est gaspillée. L’épicerie gratuite répond non seulement à une certaine précarité mais aussi à un enjeu désormais mondial. Raison de plus pour rejoindre Hélène et Daphné, que l’on remercie d’ailleurs pour le temps accordé.

About author

Rédacteur web - Coordinateur de rédaction
Related posts
À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

À la uneFranceMédias

Inès Reg : pourquoi le tournage d'un unitaire pour TF1 a été suspendu ?

À la uneFoot

Analyse des favoris de l'Euro 2024 : qui sont les équipes à surveiller ?

À la uneÉtudiantInternational

Ils vivent leurs rêves à l'étranger : Lucie Pottier, pâtissière à Dubai

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux