À la uneActualitéFrancePolitique

Que risque Nicolas Sarkozy après sa mise en examen ?

Sarkozy

Nicolas Sarkozy, l’ancien leader du parti Les Républicains, a été mis en examen hier soir à l’issue de sa garde à vue. Que risque t’il désormais ?

 

Un ancien chef de l’État va-t-il séjourner en prison ? C’est une question qui trotte dans les méninges ce matin. En effet, l’hexagone a appris hier dans la soirée que son ancien président, Nicolas Sarkozy, était mis en examen dans le cadre de l’affaire de l’argent libyen. Ce n’est pourtant pas la première fois que Nicolas Sarkozy se retrouve devant les juges. Que risque-t-il ? 

 

Quels sont les chefs d’accusation ?  

Nicolas Sarkozy s’est vu prononcer sa mise en examen pour financement illicite de campagne électorale, corruption passive et recel de détournement de fonds publics libyens. Il a également été placé sous contrôle judiciaire, ce qui devrait l’empêcher de quitter le territoire national. Il ne peut désormais plus avoir de contact avec Claude Guéant, lui aussi mit en examen. Le paiement d’une caution en prévention d’éventuels dommages et intérêts, tout comme un pointage au commissariat ont été évoqués. 

 

Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il été mis en examen ? 

La mise en examen signifie que le faisceau d’indices semble convaincre la justice que l’ex-chef de l’État est impliqué dans la sombre toile que représente cette affaire de l’argent libyen.
Évelyne Sire-Marin a détaillé les chefs d’accusation pour BFM TV. La vice-présidente du TGI de Paris décrit la corruption passive comme “le fait d’avoir reçu des fonds de quelqu’un qui cherche à vous corrompre pour en retirer un avantage (…) cela ne signifie pas pour autant qu’on y a un intérêt personnel. La corruption passive peut permettre de favoriser des idées, un parti ou une organisation”. Cela pourrait donc être le cas de Nicolas Sarkozy, favorisant l’UMP par exemple. Mais encore plus grave, la magistrate précise les raisons de la mise en examen de l’homme d’État pour recel de détournement de fonds public libyens. “Les juges d’instruction ont la conviction qu’il y a des indices suffisants selon lesquels Nicolas Sarkozy a détenu illégalement des fonds, sur ses comptes ou ailleurs” a-t-elle avoué. 

 

Quelles sont les peines encourues ? 

Aujourd’hui, et il faut le rappeler, Nicolas Sarkozy est présumé innocent. D’ailleurs, l’ancien chef de l’État nie formellement être impliqué, il aurait déclaré au juge “vivre l’enfer de la calomnie”. Il risque cependant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement, et une amende de 200 000 euros maximum. En cas de condamnation, il lui serait impossible de revenir en politique : une peine d’inéligibilité sera peut-être prononcée.   
Si la justice n’arrive pas à prouver la culpabilité de l’ex-président LR, il est fort probable que ce dernier bénéficie d’un non-lieu. Des interrogatoires attendent sûrement Nicolas Sarkozy dans les heures à venir. L’affaire, elle devrait être jugée dans les deux années à venir, la faute aux procédures.

 

À LIRE AUSSI… Comprendre l’affaire Sarkozy-Libye en 5 minutes

Related posts
À la uneActualitéFrancePolitiqueSociétéSociété

Où est Steve ? Un mois et toujours rien

À la uneFootSport

Matchs amicaux : l'OM se rassure, Saint-Etienne cartonne

À la uneCulture

Le 19 juillet en trois dates

Actualité

"Hors norme et très coloré", Lollapalooza c'est demain !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux