À la uneActualitéSéries Tv

Qui est Anna Delvey, la femme qui a inspiré « Inventing Anna » sur Netflix ?

Anna Delvey est la femme au centre de la nouvelle série de Netflix Inventing Anna qui sera disponible à partir du 11 février, mais qui est-elle ?

Dans la bande annonce postée par Netflix, nous faisons la connaissance de deux personnages principaux : une journaliste, rôle endossé par Anna Chlumsky, mais surtout une jeune femme du nom d’Anna, Anna Delvey, jouée par Julia Garner. Celle-ci serait, selon les éléments dont on dispose dans la bande annonce, une arnaqueuse qui s’est hissée au sein des hauts cercles de la société New-yorkaise. La plateforme de streaming mentionne au sein de ce trailer que l’histoire est « 100 % vraie […] mis à part ce qui est faux ».

YouTube video

En effet, Anna Delvey a réellement existé, et ses arnaques également. Née en Russie en 1991 sous le nom d’Anna Sorokin, d’un père chauffagiste et d’une mère femme au foyer, elle a ensuite déménagé en Allemagne, près de Cologne, avec sa famille. De là part son mensonge. Passionnée de mode, la jeune Anna Delvey a réussi à décrocher un stage dans le magazine français Purple, en 2013. C’est cet élément qui va faire basculer la vie de la modeste immigrée russe. En effet, lors de ce stage, Anna Delvey fait croire qu’elle est la riche héritière d’une famille allemande. Elle parvient à mentir à ses collègues mais également aux clients du magazine en vivant au dessus des moyens, mais également en soutirant de l’argent à ces derniers. Elle commence donc à se faire un nom dans ce milieu prestigieux et est amenée à poursuivre son stage à New York.

Durant plusieurs années, Anna va côtoyer les milieux prestigieux de la mode européenne et américaine, tissant alors de fortes relations. Elle prétexte donc qu’elle est la riche héritière d’un père allemand, mais ne livre pas à chaque fois le même discours sur l’origine de cet argent. Cependant, elle explique à ses amis que cet somme est bloquée par la banque jusqu’à un certain âge. C’est donc ainsi qu’elle arrive à se faire prêter de l’argent, qu’elle assure pouvoir rembourser plus tard. Son faux train de vie est d’ailleurs partagé sur Instagram, exposant ainsi sa soi-disant richesse, renforçant sa crédibilité. La malice d’Anna Delvey ne s’arrête pas là, puisque, toujours dans son rôle de personnalité de la mode, elle cherche en 2016 à acquérir la Church Mission House, bâtiment new-yorkais luxueux. Comme on le voit dans la bande annonce de la série de Netflix, elle cherche d’abord des investisseurs puis des banques pour obtenir plusieurs millions d’euros afin de créer un club privé ainsi qu’une fondation d’art.

YouTube video

Si tout son plan se déroulait sans accroc jusqu’ici, enchaînant les escroqueries auprès des établissements hôteliers, banquiers, mais aussi ses amis, Anna Delvey a finalement été rattrapée par la police américaine en 2017. Son procès, qui a débuté en 2018, se conclura par une peine de prison en 2019, pour grand banditisme, crime organisé et bien évidemment escroquerie. Elle est alors également condamnée à rembourser les personnes arnaquées, ce qui lui vaut donc une dette de plus de 200 000 euros. Après deux années passées derrières les barreaux, la jeune femme est libérée, puis à nouveau emprisonnée du fait qu’elle ne soit pas partie après l’expiration de son visa américain. Anna Delvey a pu cependant rembourser ses dettes grâce au rachat par Netflix de son histoire.

YouTube video

Nous vous laissons donc découvrir cette histoire avec la série qui sera disponible d’ici vendredi.

A lire aussi : Un aperçu très bref du Pinocchio de Guillermo del Toro pour Netflix

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédias

The Voice : qui sont nos coups de cœur de la 4e soirée d'audition ?

La Loi des Séries 📺Séries Tv

Ici tout commence : Aaricia Lemaire - invitée exceptionnelle | La loi des séries #759

ActualitéSéries Tv

On regarde ou pas ? Furies, la série avec Lina El Arabi et Marina Foïs

À la uneÉtudiantFranceRégions

Rendre possible les études pour les bacheliers des petites villes !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux