ActualitéPolitique

Qui est Taha Bouhafs l’ex-candidat de la NUPES qui a créé la controverse?

Le journaliste de 25 ans Taha Bouhafs a retiré sa candidature aux législatives de Vénissieux sous l’étiquette NUPES après avoir subi de nombreuses critiques. Connu notamment pour son rôle clef dans l’affaire Benalla, voici tout ce qu’il faut savoir sur l’ex-candidat.

Taha Bouhafs, ce nom ne vous disait peut-être rien avant d’entendre débattre tous les plateaux télévisés autour de sa candidature aux législatives de la 14ème circonscription du Rhône. Pourtant, l’ex-candidat de la Nouvelle Union Populaire Ecologique est connu pour ses couverture de manifestations. Le journaliste compte plus de 141 000 abonnés sur Twitter et a fait de la lutte contre le racisme et contre les violences policières ses combats principaux.

Pourquoi sa candidature a-t-elle fait polémique ?

Dimanche, Taha Bouhafs avait confirmé sa candidature pour la France Insoumise aux élections législatives. Deux jours plus tard, ce mardi 10 mai, il a annoncé retirer sa candidature à cause d’une « tempête d’attaques sans précédent« .

« Aux yeux de beaucoup, je n’ai pas le droit d’exister politiquement »

Taha Bouhafs via Twitter

Le jeune homme de 25 ans subissait depuis plusieurs semaines des menaces de morts constantes et des mises en cause publiques. Issu d’une famille algérienne, ces invectives témoignent du racisme à l’encontre d’un « jeune français, arabe, musulman qui remet en cause l’ordre établi ».

L’annonce de son retrait aux législatives fait suite aux propos de Fabien Roussel, secrétaire général du PCF qui appelait LFI a « revoir » la candidature de Taha Bouhafs. Son principal argument ? Le militant a été condamné en 2020 pour injure publique après avoir qualifié la syndicaliste policière Linda Kebbab « d’Arabe de service ». Une condamnation pour laquelle il a fait appel.

Taha Bouhafs a eu plusieurs fois affaire avec la justice. En 2019 il avait été violemment arrêté alors qu’il couvrait une manifestations de travailleurs sans papiers. En 2020, il avait été mis en garde-à-vue après avoir signalé sur Twitter la présence d’Emmanuel Macron dans un théâtre du nord de Paris, provoquant une manifestation improvisée. Son innocence a été prouvée à la suite des deux événements.

Taha Bouhafs, un journaliste qui détonne

Il débute sa carrière de journaliste en filmant des manifestations avec son téléphone. Il devient ainsi reporter pour Là-bas si j’y suis en 2018, avant d’intégrer Le Média en 2020. Son travail suit un objectif : comprendre pourquoi les gens manifestent, leur colère. Faire entendre les gens peu relayés par les médias traditionnels et par les politiques. Il raconte dans une interview Madmoizelle : « Je suis devenu journaliste parce que je n’aimais pas les journalistes » .

« Je suis devenu journaliste parce que je n’aimais pas les journalistes »

Taha Bouhafs

Issu des minorités (sa famille est immigrée et modeste) et n’ayant pas fait d’école de journalisme, il apporte un regard nouveau sur l’actualité. « Les reportages qui étaient fait sur mon quartier, ça ne reflétait pas du tout la réalité que je vivais. Ca nous dépeignait de façon très négative, avec des biais racistes. » Cet esprit, loin des codes traditionnels du journalisme, ne plait pas à tout le monde.

1er mai 2018. C’est un tournant dans la carrière de Taha Bouhafs. Lors d’un apéro militant, il filme Alexandre Benalla, un proche collaborateur d’Emmanuel Macron, habillé en CRS, en train de tabasser deux manifestants. En juillet 2018, Ariane Chemin, une journaliste du Monde reprend la vidéo. C’est le début de l’Affaire Benalla.

Très tôt investi en politique

Si sa candidature a fait tant débat cette année, ce n’était pourtant pas son coup d’essai en politique. En 2017 il s’était présenté sous l’étiquette de la France Insoumise dans la deuxième circonscription de l’Isère, où il avait réuni 11,1% des voix.

Il avait commencé à prendre position dans la politique très jeune. D’abord en soutien aux Palestiniens, puis en s’opposant à la Loi Travail en 2016, en participant à Nuit Debout. Investi dans le comité Vérité pour Adama, il a aussi fondé le collectifs Reporters en colère (REC) qui lutte contre la précarité et les violences policières que subissent les journalistes couvrant les manifestations.

Dans Ceux qui ne sont rien, un livre publié en 2022, il décrit une France facturée et méprisée par les pouvoirs publique, la France des inégalités sociales et du racisme, des sujets qu’il couvre et qu’il vit au quotidien.

A lire aussi : Pour quelle affaire l’ancien Premier Ministre François Fillon a été condamné ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternationalPolitique

Attaque contre Trump : pourquoi l’ancien Président a pu “librement” faire son signe “Fight” vers les électeurs ?

ActualitéSanté

Attendre 2h après manger pour se baigner, ça sert à quelque chose ?

ActualitéSociété

C’est quoi le “meetcoin”, la nouvelle technique pour draguer “respectueusement” ?

ActualitéInternationalPolitique

Est-ce la première fois qu'un président renonce à se représenter à sa succession ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux