Recrutement 📰 : VL. recherche son prochain alternant(e) en journalisme ! Envie de nous rejoindre, c'est juste ici

À la uneActualitéSportTennis

Roland Garros : Parmentier, ce diesel

La Française Pauline Parmentier, 145e joueuse mondiale et invitée par les organisateurs sur le tableau principal de Roland-Garros, s’est qualifiée pour les 1/8 de Finale du simple dames en dominant au 3e tour l’Allemande Mona Barthel (1-6, 6-1, 7-5). Un stade complètement inattendu pour une joueuse qui sort d’une année 2013 catastrophique, et une belle histoire qui pourrait encore se prolonger.

Elle a vraiment surpris tout le monde, à commencer par elle-même. 225e mondiale à l’issue de l’année 2013, minée par les blessures et les défaites à répétition, Pauline Parmentier est bien loin de la 40e place mondiale qu’elle a atteinte en juillet 2008, peu après son titre à Bad Gastein. Elle est bien loin du 3e tour où elle avait accédé à l’US Open 2012. À l’aube d’aborder son Roland-Garros, son capital confiance est à peine renfloué par une finale au tournoi ITF de Saint-Gaudens. Repassée 145e mondiale, elle arrive à Roland-Garros dans l’optique de ne pas se faire laminer dès son entrée en lice. Le premier obstacle est déjà très haut : Roberta Vinci, Italienne qui a hérité de la tête de série n° 17, ex-n° 1 mondiale en double et ancienne 1/8 de finaliste porte d’Auteuil. Autant dire que le match ne sera pas une mince affaire pour la Cucquoise de 28 ans.

  • AFFAIRE À SUIVRE ?

Dans ce match d’expérimentées des courts, la logique commence par régner. Vinci remporte le premier set 6-3. Mais devant son public, Pauline Parmentier vit une étonnante réaction d’orgueil, et punit l’Italienne dans les deux sets suivants (6-3, 6-2). On ne le sait pas encore, mais la machine est lancée. Et apparemment, Parmentier fonctionne au diesel. En effet, au 2e tour contre la Kazakhe Shvedova (1/4 de finaliste ici-même en 2010), le match démarre aussi très mal, avec une correction 6-1 au premier set. Mais comme par évidence, Pauline Parmentier ne panique pas, assure ses services et fait l’effort dans les occasions, et sort la Kazakhe (6-3, 6-3). Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la n° 16 Sabine Lisicki abandonne au 2e tour ; la Tricolore affronte donc la jeune Mona Barthel (23 ans) au 3e tour. Comme si c’était écrit, le match démarre encore mal : premier set perdu 6-1 pour la Pas-de-Calaisienne. Comme si c’était écrit, la réaction ne se fait pas tarder : remise à niveau à 6-1, et victoire de justesse 7-5 dans l’ultime set. Parmentier n’a pas paniqué, notamment quand l’Allemande a servi pour le match à 5-4 en sa faveur. Débreak immédiat, confiance à bloc, et victoire, comme une évidence.

Voilà donc cette Française en qui pas grand-monde ne croyait, qui fait son entrée dans les 16 dernières dames du tableau féminin. Personne, pas même ses plus fidèles sources d’espoir, n’aurait misé plus d’un kopeck sur elle. Une merveilleuse aventure, une percée bleue dans ce tennis féminin français bien maussade, qui pourrait se poursuivre : en effet, l’élimination des soeurs Williams au 2e tour offre à Pauline Parmentier un 1/8 de Finale abordable, contre l’Espagnole Muguruza. Attention à l’eau qui dort néanmoins, on connaît l’affection des Ibériques pour l’ocre. On connaît aussi son tout frais exploit contre Serena Williams. Mais vu la confiance que dégage la Nordiste en ce moment, tout porte à croire qu’on pourrait la voir dans le grand 8.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédias

"Les Cinquante", c'est quoi cette nouvelle télé-réalité de w9 ?

ActualitéCinéma

10 films de Wolfgang Petersen à redécouvrir

ActualitéMédias

10 pubs des années 80 que vous ne pourriez sans doute pas voir aujourd’hui

ActualitéCinéma

C’est qui “Esther”, ce personnage de film d’horreur qui fait son retour au cinéma ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux