C’est Sibyle Veil qui succèdera à Mathieu Gallet à la tête de Radio France. Nommée hier par le CSA, elle prendra ses fonctions ce lundi 16 avril pour une durée de cinq ans.

Radio

La Maison de la Radio à Paris – Crédit : AFP – Thomas Samson.

Une candidature solide

C’est suite à l’audition de l’ensemble des six candidats au poste, que le CSA a désigné la remplaçante de Mathieu Gallet. Sibylle Veil n’est autre que l’actuelle numéro deux de la radio. Un choix qui privilégie donc une certaine continuité, tout en disposant d’avantages pratiques. Sibyle Veil avait expliqué lors de son audition, que sa connaissance approfondie de la Maison Ronde lui permettrait d’être immédiatement opérationnelle. Olivier Martocq, élu FO à Radio France a étayé cette idée avant même sa nomination : « Les gens l’aiment bien car elle connaît la maison. Elle a une image de femme humaine, à l’écoute, très bien élevée et bienveillante ». Veil avait également tenu à défendre le bilan de son prédécesseur. Ce dernier a permis de rajeunir l’audience de France Inter, alors que la tendance globale est aux auditeurs de plus en plus âgés.

Quel profil pour la nouvelle directrice ?

Sibyle Veil, 39 ans, est diplômée de Sciences Po Paris et de l’ENA, où elle appartenait à la même promotion qu’Emmanuel Macron. Elle est passée par le Conseil d’Etat, avant d’accéder à un poste de conseillère à l’Elysée, puis aux Hôpitaux de Paris. Plus habituée aux dossiers techniques qu’à la lumière des projecteurs, Veil devra faire face à de nouveaux défis. Elle pilotait depuis 2015 la direction des opérations et des finances.

Radio

Sibyle Veil lors de son audition par le CSA – Crédit : AFP – Bertrand Guay.

De nouveaux enjeux pour Radio France

La tâche ne sera pas évidente pour Sibyle Veil. Un certain nombre de bouleversements auront lieu en fin d’année, en lien avec la publication de la réforme de l’audiovisuel public, voulue par Emmanuel Macron. Dans son projet stratégique, la nouvelle directrice a dédié une place centrale à la transformation numérique du média. Elle indiquait notamment : « Ma conviction est que Radio France n’a d’autre choix que de travailler avec les autres entreprises de l’audiovisuel public en vue de créer des marques fortes ». Il lui faudra notamment conduire le rapprochement du réseau de stations de France Bleu avec la chaîne des régions de France 3. En attendant, elle sera la première femme à occuper le poste depuis Michèle Cotta en 1981.

Radio

 

LIRE AUSSI… L’affiche officielle du 71ème Festival de Cannes, enfin dévoilée.