À la uneActualitéFranceMédias

Complément d’Enquête : Les sombres affaires de Lafarge en Syrie

Lafarge

Ce soir, sur France 2, l’émission Complément d’Enquête revient sur l’histoire de l’entreprise Lafarge, leader du ciment. Cette entreprise est actuellement poursuivie pour financement du terrorisme. L’émission revient sur la naissance de l’entreprise dans l’Ardèche jusqu’à ce qu’elle devienne ce géant du BTP.

Lafarge, petite entreprise de l’Ardèche

Lafarge n’est en fait au départ qu’une petite entreprise qui a vu le jour en Ardèche, sur l’idée de deux frères. Encore aujourd’hui, l’entreprise fait vivre des centaines de personnes dans la région. Elle est née grâce au commerce de la chaux. Lafarge était entourée de pierres de calcaire qui, une fois, chauffées, donnait une chaux de très bonne qualité. À cette époque, la chaux avait le rôle du ciment dans le bâtiment et dans la construction. Très vite, Lafarge est passée d’un effectif de 50 à 1000 salariés. En production, ils sont passés de 500 à 100 000 tonne de chaux.

À lire aussi : Le syle Meghan Markle : future duchesse d’Angleterre

Avant la Seconde Guerre Mondiale, l’entreprise Lafarge devient le plus gros cimentier de France. La Seconde Guerre Mondiale est une zone d’ombre pour Lafarge. Henri Pavin de Lafarge, l’administrateur, devient sénateur pendant l’Occupation. Il fait partie de ceux qui votent pour les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Lafarge construira également les blocos qu’on retrouve notamment sur les plages de Normandie, commandés par les Allemands comme structure de protection des soldats.

Le développement de Lafarge en Syrie

Très vite, durant le mandat de Nicolas Sarkozy et sa politique d’entente avec plusieurs pays du Moyen-Orient, le patron de Lafarge se rend vite compte que ces pays sont en voie de développement, et que les marges possibles là-bas sont triplées par rapport à celles réalisées en France. En rachetant une cimenterie égyptienne, Orascom Cement, Lafarge possède alors des usines dans une douzaine de pays dans les années 2007-2008. Mais c’est l’Irak qui semble le plus grand marché d’avenir : après la guerre tout est à reconstruire.

Rapidement, Bruno Lafont investira 700 millions d’euros dans l’usine de Jalabiya, plus grande cimenterie du Moyen-Orient, au nord de Raqqa en Syrie.

A partir de ce nouvel investissement commencent les ennuis pour Lafarge…

Related posts
À la uneSéries Tv

Emmy Awards 2019 : la liste des nommés

À la uneActualitéInsolite

Une éclipse partielle de lune ce mardi soir

À la une

Relaxe de Bernard Tapie : Le parquet fait appel

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Years and Years, dystopie familiale terrifiante

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux