À la uneFranceInternational

“Sophie Adenot dans l’espace” : quelles études pour devenir astronaute ?

À 41 ans, Sophie Adenot vient d’être désignée pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) en 2026. Après un long parcours académique, l’astronaute française se retrouve à Houston pour continuer sa formation et sa préparation.

Thomas Pesquet va avoir de la compagnie ! Il y a six mois, l’Agence spatiale européenne avait annoncé les noms des cinq nouveaux astronautes sélectionnés pour intégrer le corps des astronautes de carrière. En France, Sophie Adenot rejoint l’équipe aux côtés de Thomas Pesquet. Première femme française pilote d’essai d’hélicoptère, la femme de 41 ans est aujourd’hui lieutenant-colonel de l’Armée de l’air et de l’espace. C’est une fierté pour beaucoup de femmes. En effet, l’ancienne ingénieur devient la deuxième femme française astronaute, 20 ans après Claudie Haigneré. Sophie Adenot devra alors se rendre sur l’ISS, la station spatiale internationale, en 2026. « Je suis passée en mode compte à rebours », témoigne-t-elle à France Inter. Elle y mènera diverses expériences scientifiques. Un programme qui peut raviver les rêves d’un grand nombre de personnes.

« Deux ans, c’est demain, car quand on sait la somme de qualifications, de connaissances théoriques, opérationnelles, de compétences que j’ai à acquérir, ça va aller très, très vite« 

Sophie Adenot

Devenir astronaute dès l’enfance

Le voyage pour devenir astronaute commence souvent sur les bancs de l’école. Les futurs astronautes doivent exceller dans des domaines académiques rigoureux, en particulier dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. Les candidats astronautes doivent souvent posséder au moins une maîtrise dans un domaine pertinent. Il est nécessaire d’être diplômé au minimum d’un master scientifique ou ingénieur, bien que de nombreux astronautes aient également un doctorat. Par ailleurs, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) recrute uniquement des individus entre 27 et 50 ans. Si elle privilégie les candidats ayant une solide formation, l’agence insiste également sur ceux qui parlent un anglais courant.

Une expérience professionnelle déjà avancée

Outre une formation académique de pointe, une expérience professionnelle substantielle est cruciale. Les futurs astronautes doivent justifier d’au moins trois ans d’expérience professionnelle dans un domaine lié à leur formation. Cela peut donc inclure des postes en recherche scientifique, en ingénierie, ou dans des missions de pilotage avancées. Cette expérience est primordiale car les missions spatiales nécessitent des compétences en résolution de problèmes, en gestion de projets, et en leadership.

Un travail sur soi-même

La sélection des astronautes est également basée sur des critères physiques et psychologiques stricts. De prime abord, les candidats doivent être en excellente condition physique. Ils doivent être capable de supporter les rigueurs de l’entraînement et des missions spatiales. Des tests médicaux approfondis sont réalisés pour s’assurer que les candidats ne présentent pas de conditions de santé qui pourraient les mettre en danger. En ce qui concerne le plan psychologique, les astronautes doivent démontrer une résilience exceptionnelle, une capacité à travailler en équipe dans des environnements confinés et isolés, et une aptitude à gérer le stresse et l’inconnu.

Un astronaute, des mois de formation

Après avoir été triés sur le volet puis sélectionnés, les astronautes suivent un programme de formation intensif. Ce programme inclut une formation technique sur les systèmes spatiaux, un entraînement physique rigoureux, des simulations de mission, et une formation en survie en environnement hostile. Ils seront aussi amenés à réaliser au moins deux vols d’une durée de six mois à bord de la l’ISS. Ils y apprennent le fonctionnement de la station pour être capables de la réparer. L’occasion de mettre à l’épreuve et de perfectionner ses compétences.

18 mois de formation théorique vont débutés cet apprentissage. Au menu, une remise à niveau dans de nombreux domaine tels que la mécanique spatiale, la biologie, l’informatique ou la médecine… Celui-ci sera associé à de nombreuses heures dans des simulateurs grandeur nature afin de se préparer à toutes les situations. L’entraînement se fera essentiellement au centre européen de formation des astronautes à Cologne, en Allemagne ou dans les pays contributeurs de l’ISS. C’est le cas pour Sophie Adenot qui se trouve actuellement au centre de la Nasa de Houston, au Texas.

Une fois que les astronautes auront été affectés à une mission, il leur faudra encore 18 mois pour s’y préparer spécifiquement. Un long parcours avant de pouvoir regarder la Terre à 400 kilomètre de distance…

À lire aussi : On rencontre un astronaute ! Jean-François Clervoy | Face aux jeunes

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéInternational

C’était en 1979… la fin du règne de terreur des Khmers Rouges 

À la unePolitique

“Gratuité intégrale à l’école” : que signifie cette mesure du Nouveau Front populaire ? 

À la uneSéries Tv

5 scènes chocs ou violentes qui ont marqué les séries

À la uneSéries Tv

5 séries françaises attendues la saison prochaine

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux