Réunis en congrès dimanche, les 600 délégués du congrès du SPD (Parti social-démocrate allemand) ont voté « oui »  à une grande coalition avec les conservateurs de l’union CDU (Union chrétienne-démocrate) et de son alliée bavaroise, la CSU (Union chrétienne-sociale).

Vote sans enthousiasme

Seuls 56% se sont montrés favorables à une nouvelle collaboration  au gouvernement de la Chancelière. Le « oui » à la « grande coalition » l’a emporté de seulement 362 voix pour 279 contre, un score qui démontre une nette division à l’intérieur du parti de Martin Schulz.

Depuis les législatives du 24 septembre dernier, l’Allemagne faisait face à un imbroglio politique privant le pays d’un gouvernement et d’une majorité. 

Angela Merkel avait essuyé un échec lors de sa tentative pour une coalition dite « jamaïcaine » (en référence aux couleurs des trois partis) en novembre dernier : une alliance inédite entre son parti conservateur (CDU-CSU), les Libéraux du FDP, et les Écologistes.

Vers un contrat de coalition

Les négociations devant aboutir à un contrat de coalition commencent aujourd’hui. Au menu, plusieurs problématiques : l’accueil des réfugiés, le regroupement familial ou l’encadrement des contrats à durée déterminée.

 A écouter à ce sujet : Le destin de Merkel et les prières de rue dans Les Snipers de l’Info #148