Depuis 2011, un établissement original propose de découvrir la crêpe typiquement japonaise en plein cœur du Marais. Le principe ? Enrouler le dessert en guise de cornet, puis le remplir de diverses garnitures.

Une vitrine en forme de cœur, de la musique de mangas en fond sonore, des bonbons, chamallows et nounours en guimauve sur les étagères : non, nous ne sommes pas à Tokyo mais en plein cœur… du Marais. Depuis 2011, l’établissement PrincessCrepe propose de découvrir cet entremets servi à la façon nippone.

Une crêpe typiquement japonaise

Enroulée tel un cornet ou en forme de bol, la crêpe est remplie de divers toppings : Cheesecake, Nutella, M&ms, coulis de fruits ou encore chantilly. Gâteaux, bonbons, fruits frais : il y en a pour tous les goûts. Une gourmandise typiquement japonaise que le patron de l‘établissement, Mr. Takahiko Sawada, a souhaité implanter en France. « Au Japon, la crêpe se mange ainsi. La France étant réputée pour être le pays de la crêpe, j’ai pensé que le concept plairait. »

crêpe

PrincessCrepe. © Roberta Valerio

De fait, le succès s’avère indiscutable. Cécile, 27 ans, habituée de PrincessCrepe, y déguste fréquemment une crêpe fraise-chocolat accompagnée d’une boule de glace vanille. Pourquoi se rendre ici plutôt que dans une crêperie traditionnelle ? « Parce que c’est bon, et que l’on y savoure les crêpes les plus cools du monde » justifie-t-elle amusée. Elle ajoute qu’« au Japon, les lieux de ce type sont légion. Des hommes d’affaire de quarante ans se promènent leur crêpe à la main. »

Mais il s’agit aussi pour elle d’un endroit convivial, où elle peut se rendre avec ses proches. Depuis qu’elle connait ce lieu, elle y emmène fréquemment ses amies pour leur faire découvrir le concept.

A lire aussi: Quelle pâtisserie est ton sosie ?

L’univers du manga recréé

Et pour apprécier cette spécialité à sa juste valeur, Mr. Sawada a choisi de créer une atmosphère digne des plus grands mangas. Les nappes à carreaux roses et blancs sont assorties aux rideaux et au carrelage. Sur les étagères, des figurines de dessins animés côtoient des peluches animalières.

Même les serveuses, vêtues d’un tablier à volants et coiffées d’un nœud rose, semblent sorties d’un épisode de Mermaid Melody ou Sailor Moon. Souriantes, elles préparent les commandes en quelques minutes sous les yeux des gourmands.

crêpe

L’intérieur de PrincessCrepe. © Roberta Valerio

Quant aux crêpes, elles sont aussi agrémentées de quelques décorations. Petites paillettes bonbons et bâtonnets de sucres d’orge viennent décorer un dessert kitch à souhait mais très joyeux. Seul petit bémol: le peu d’espace. Mais comme nous l’explique Cécile, “cela fait aussi partie de la culture du Japon, un petit pays où les restaurants doivent s’adapter au manque de place.”

Prix moyen : 5 euros

Crédit Photo à la Une : Roberta Valerio

Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

ActualitéÉtudiantMédiasPolitique

Communication 2.0 : quand la politique s'en mêle

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux