À la uneActualitéPolitiqueSociété

Thierry Breton, le nouveau commissaire français à la Commission Européenne ?

Après l’échec de Sylvie Goulard le mois dernier. La France était en mauvaise posture sans commissaire. Bonne nouvelle pour le président Macron, son deuxième candidat a été approuvé par les eurodéputés. Thierry Breton pourrait obtenir le porte monnaie du marché intérieur, de la défense, de l’espace et du numérique européen.

La France restait sur un échec le mois dernier. Avec le rejet de la candidature de Sylvie Goulard le 10 octobre, les eurodéputés envoyaient un message fort au président français. La future présidente de la Commission Européenne, Ursula Von Der Leyen avait demandé à Emmanuel Macron de trouver un autre candidat dans les plus brefs délais. L’échec de Sylvie Goulard a retardé le prise de fonction de la nouvelle présidente de la Commission. Car celle ci est dans l’obligation d’avoir un commissaire français pour débuter son mandat

Mais bonne nouvelle pour le président Macron. Les eurodéputés ont donné leur accord pour la candidature de Thierry Breton. L’ ancien directeur d’Atos et ministre l’économie de 2005 à 2007, a passé des auditions le jeudi 14 novembre et en est ressorti conforté vis à vis de sa candidature. Il pourrait prendre fonction en tant que commissaire au marché intérieur. Deux autres auditions étaient prévues ce 14 novembre. La roumaine Adina-Ioana Valean a aussi été acceptée comme commissaire des transports. Seul le Hongrois Olivier Varhelyi aura le droit à un nouvel interrogatoire des eurodéputés.

Thierry Breton devant le logo de son ancienne entreprise Atos
Thierry Breton devant le logo de son ancienne entreprise Atos

Le premier grand patron à la commission

« J’ai hâte de me mettre au travail pour mettre en oeuvre la vision que j’ai développée devant le Parlement européen», a réagi M. Breton auprès de l’AFP. L’ancien ministre a reçu le soutien des libéraux de Renew, le groupe Socialiste et démocrates et les conservateurs d’ECR. Quant à la gauche radicale, les écologistes et l’extrême droite, minoritaires, ils avaient demandé que des clarifications supplémentaires lui soient réclamées par écrit.

Thierry Breton deviendrait le premier grand patron de l’histoire de la Commission Européenne. Et c’est là que tout le problème réside. Il obtiendrait un porte monnaie comprenant plusieurs secteurs en liens avec son ancienne entreprise. Face aux doutes, le candidat français rétorque qu’il n’a « plus aucun intérêt dans les entreprises que j’ai dirigées. Zéro. Zéro ! ». 

Dans tous les cas, l’approbation quant à la nomination de Thierry Breton en tant que commissaire français rassure le président Macron. Mais surtout la future présidente de la Commission Européenne qui pourra entrer en fonction à partir du 1er décembre. Sauf si le hongrois Olivier Varhelyi est rejeté.

A lire aussi : Commission européenne : Les conclusions de l’échec de Sylvie Goulard

About author

Raymond Stephane Journaliste VL-media
Related posts
À la uneBrèvesMédias

Le Cas Pucine remporte La France a un incroyable talent

À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : Lyon arrache la qualification

À la uneActualitéFranceSociété

Un rugissement solidaire pour le 2e jour de mobilisation

À la uneEuro FootFootNon classéSport

Didier Deschamps prolonge jusqu'en 2022

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux