À la uneFemmesSexe

Top 5 des protections hygiéniques incontournables

Si avant, les serviettes et les tampons étaient les seules solutions des femmes aux moment des règles, aujourd’hui, de nouvelles alternatives sont arrivées sur le marché. Culottes de règles, cup ou encore flux instinctif, VL Media fait pour vous une sélection.

1- Les culottes de règles

Ce sont sûrement les plus connues. Fempo, Moodz, Modibodi,… nombreuses sont les marques de culottes de règles qui ont émergées ces dernières années.
Alors la culotte de règles qu’est ce que c’est ? C’est une culotte faite pour fonctionner comme une serviette hygiénique mais en plus confortable, en moins chimiques et surtout en plus écolo. Ça y est c’est le premier jour de tes règles et tu grimaces déjà à l’idée de mettre une serviette qui gratte ou un tampon désagréable. Mais avec la culotte de règles ce n’est plus un problème puisque tu as juste à l’enfiler comme une culotte normale. Et le soir, il faut juste l’enlever, la laver et la mettre à la machine pour en enfiler une autre. En principe, il faut acheter plusieurs culottes en fonction de son flux et de la durée de ses règles. Certes, elles coûtent plus chères qu’une boite de tampons ou de serviette mais sont réutilisable pendant 5 ans.

Au bilan : plusieurs centaines d’euro économisés, moins de déchets toxiques dans la nature et moins de produits chimique dans son corps.

2- Les serviettes hygiéniques lavables

C’est un peu le même principe que les culottes de règles mais sous forme de serviettes hygiéniques. Encore une fois, pas de produits chimiques ni d’impact négatif sur l’environnement et économies d’argent non négligeable. L’avantage par rapport aux culottes est qu’elles sont beaucoup moins chères et ils est donc possible de s’en procurer plus. En revanche comme une serviette classique, il y a toujours un risque qu’elle bouge durant la journée et ne protège plus très bien les sous vêtements. Pour les trouver c’est aussi très simple il y en a un peu partout comme sur Amazon où il existe des lots.

3- La cup

La cup, elle, s’apparenterait plus au rôle du tampon puisqu’elle s’enserre dans le vagin. Mais comme les serviettes hygiéniques lavables et les culottes de règles, elle est réutilisable, ne produit pas de déchets et n’a pas d’effets néfastes sur les parties intimes. Comme son nom l’indique, la cup est une mini tasse en caoutchouc que l’on place dans le vagin. Et pendant plusieurs heures, le sang qui s’écoule de l’utérus arrive directement dedans.
Après, il suffit simplement de la retirer, de bien la nettoyer et elle est réutilisable immédiatement. Pas d’inquiétude, même si la cup est petite, elle reste néanmoins assez grande pour récupérer autant de sang que ce que l’utérus produit. L’avantage face aux deux autres est qu’une seule cup est suffisante donc pas besoin d’en acheter plusieurs, le prix est également avantageux. Pour les plus jeunes, il est évident que la cup n’est pas le premier choix mais elle devient très pratique à l’âge adulte.

4- Les protections hygiéniques non chimiques

Cette catégorie de protections hygiéniques regroupe toutes celle qui restent « classiques » mais en version non-chimiques. Par exemple certaines gammes proposent des serviettes hygiéniques sans plastiques pour éviter les particules toxiques mais aussi sans parfums qui sont des produits chimiques. Parmi elles, on retrouve également des tampons fait en matières naturelles. Pour celles qui ne se sentent pas encore d’abandonner les protections dites « classiques » et de dépenser trop d’un coup pour les autres, les protections hygiéniques non chimiques peuvent être une bonne alternative.

5- Le flux instinctif

Cette protection là est sûrement la moins connue de toutes mais aussi la plus avantageuse sur tout les points, si on s’entraîne bien. Le flux instinctif c’est le fait de maîtriser assez son flux pour décider de l’évacuer quand on le veut. Alors oui ça peut faire peur dit comme ça et ça demande pas mal d’entraînement mais une fois maîtrisé, cette technique vaut le coup. Tout se passe au niveau des muscles du vagin qui, comme quand on urine, va devoir retenir ou non le liquide. Mais bonne nouvelle ! C’est possible puisque des femmes y arrivent. Et cette protection la bat toutes les autres en terme d’économies, et d’impact nocif sur environnement ou le corps. Alors au travail !

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéFaits Divers

Nantes : le CHU condamné après le suicide d’une adolescente

À la uneActualitéInternational

Robert Downey Jr. en deuil après la mort de son assistant

À la uneActualité

Musée Grévin : une statue à l’effigie de Joe Biden fait son entrée

À la uneCulture

5 éléments pour comprendre … le mythe de Médusa

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux