À la uneSéries Tv

Sur le tournage de Demain nous appartient, la machine de guerre de l’access de TF1

TF1 renoue avec des inédits l’été et dégaine sa machine de guerre, un soap quotidien Demain nous appartient. Nous étions sur le tournage à Sète.

Direction Sète, la ville qui sert de décor au succès de France 2, Candice Renoir. Mais ce n’est pas pour rencontrer la flic la plus célèbre de France que l’on a fait le déplacement en ce chaud mois de juin. Depuis 3 semaines, la ville accueille sans nulle doute LE projet sériel ambitieux de TF1 : Demain nous appartient. Presque 10 ans après Seconde chance, la première chaîne d’Europe entend bien ne plus être distancée par France 3 et Plus belle la vie sur ce terrain là.
A l’image de ces consœurs allemandes ou anglaises, TF1 veut son feuilleton quotidien et entend bien frapper un grand coup, en s’associant avec Telfrance, productrice de Plus belle la vie.

Présentée comme la saga quotidienne de l’été de TF1, Demain nous appartient est bien plus que ça. C’est le feuilleton quotidien tant attendu de TF1 dont la première arche de 5 semaines environs couvrira une diffusion estivale. Mais personne n’est dupe, l’investissement en comédiens, techniciens et décors est tellement colossal que c’est bien sur la durée que Demain nous appartient entend s’installer : “Nous partons pour l’instant sur 130 épisodes de 26 minutes” nous confiait Florence Levard – productrice de la série. Ce qui emmène jusqu’en novembre.
Pour fabriquer ce programme fort pour TF1, la ville de Sète a été occupée en force et est même un personnage de la série à part entière. Déjà investie par Candice Renoir et Tandem, Sète pourrait bien avec Demain nous appartient trouver un projet d’avenir et les retombées en cas de succès de la série pourraient être du même ordre que pour Marseille avec Plus belle la vie.
Comme le projet est énorme et construit sur la durée, il a fallu investir dans des décors importants, tant en nombre qu’en superficie. Des décors intérieurs bien entendu mais aussi des décors récurrents en extérieur sont prêts, comme le Spoon, le bar de la série installé sur le canal de Sète ou la maison de Chloé (Ingrid Chauvin) installée sur les rives de l’étang de Thau, cachée dans une zone industrielle.

La partie la plus impressionnante de la fabrication du projet c’est l’ancien bâtiment de 8000 m² entièrement remis à neuf aux abords de Sète pour accueillir les nombreux décors de la série et permettre assez rapidement aux équipes de se mouvoir sur les autres lieux de tournage utilisés (puisque trois équipes tournent simultanément les épisodes sur trois plateaux différents). Dans cette gigantesque enceinte, le commissariat de police de la série a été entièrement reconstruit comme nous l’explique Stéphane Caput (directeur de production) : “Ce bâtiment a été entièrement remis aux normes et nous a intéressé pour y faire notre commissariat totem, sur deux niveaux, où nos personnages vont être là très souvent. Avoir notre propre commissariat dans ce domaine de 8000 m² est une vraie chance pour nous, notamment en période estivale où la ville bouge beaucoup. Ces locaux ont été trouvés en novembre, validés et signés en décembre et nous sommes arrivés ici le 3 janvier (2017 soit 5 mois avant le début du tournage où il n’y avait donc rien ndlr) et il n’y avait rien, ni wifi, ni électricité, absolument rien et nullement conforme pour y faire travailler des équipes.”

Parallèlement à cette remise aux normes, nos équipes déco étaient à la manœuvre pour construire les éléments de décor et nous construisions aussi notre studio. A l’intérieur du grand hangar principal qui sert de structure de sécurité, nous avons construit une boîte de 1650 m² insonorisée qui va accueillir nos 10 décors et permettre de tourner 13 minutes utiles par jour (13 minutes à diffuser ndlr) avec 2 caméras et 50 personnes sur le plateau : un hôpital, un mas, des appartements, le bureau du maire,..” (Stéphane Caput – directeur de production)

Grande structure 1650m² qui contient les décors Crédit : Alexandre Letren

 

A ces décors intérieurs s’ajoutent aussi des décors extérieurs, totems pour la plupart : un bar (le Spoon) sur le quai Aspirant Herber, une paillote entièrement reconstruite sur la plage avec le droit de le faire et dont on paye la privatisation d’une partie de plage.
Pour ces décors incroyables et superbes, il convient de saluer le travail du chef décorateur Marc Thiébault (La main du mal, Munch) et de ses équipes qui ont abattu un travail de titans en 4 mois.

“Des personnages qui nous ressemblent projetés dans des histoires extraordinaires”

Côté histoires car il faut bien les faire vivre ces décors, “on part sur une saga qui mixe du thriller et du soap avec les ingrédients du genre avec des familles qui sont un peu un miroir de la société” comme nous l’indique Céline François (conseillère au programme TF1). “Nous avons essayé de reconstituer une micro société dans laquelle le public puisse se projeter et se retrouver.” Et Guillaume de Menthon (président de Telfrance) d’ajouter : “Fin août 2016, l’idée d’un grand feuilleton quotidien qui respecte les codes européens (4 en Angleterre et 3 en Allemagne, en access) du genre a été acté. On est donc parti sur un feuilleton qui permet de divertir, de réenchanter le quotidien et d’être dans l’authentique. Pour que les gens s’identifient et adhèrent, il faut des personnages qui nous ressemblent projetés dans des histoires extraordinaires. On ne s’interdit rien, on est dans les codes de la saga et du soap.”

Pour écrire ces épisodes diffusés en quotidien, “une équipe d’une vingtaine d’auteurs est constituée“, poursuit Guillaume de Menthon. “Il faut alimenter notre histoire donc certains auteurs écrivent les arches principales, d’autres développent les intrigues et les séquencent, enfin une équipe de dialogues va donner vie aux personnages.” Florence Levard (productrice) poursuit : “L’unité de réflexion de la série c’est l’arche qui s’étale sur 5 semaines. L’arche A (comme Plus belle la vie plutôt polar / thriller) est l’intrigue principale à laquelle on rattache une arche B (histoires d’amour / thèmes de société). La réflexion sur l’arche s’écrit en un mois pour rendre un document d’une vingtaine de pages; ensuite l’atelier séquencier pour découper cette arche en séquences où chaque auteur est responsable d’un séquencier par jour ; enfin les dialoguistes prennent les séquences et font les dialogues. Une directrice de collection est chargée de superviser l’ensemble et de maintenir la cohérence globale.”

Ne reste plus qu’à donner vie à ces personnages et les comédiens de s’en charger. Un casting solide et hétérogène a été constitué, de Charlotte Valandrey ravie de faire son retour dans une fiction sur TF1 et “prête à y rester 10 ans si le succès est au rendez-vous” à Lorie Pester, Maud Baecker, Ingrid Chauvin, Samy Gharby, Franck Monsigny… jusqu’à Lou révélée dans The Voice Kids et qui interprétera le générique de la série comme nous l’a dévoilé Guillaume de Menthon.

Demain nous appartient est LE projet important de cette année pour la chaîne qui ne peut pas se planter avec cette nouvelle série tant les enjeux sont importants. Si la série, ses histoires et ses personnages sont à la hauteur des moyens et de l’énergie de tous celles et ceux qui ont donnés vie au projet, Demain nous appartient pourrait être le nouveau hit de la chaîne et une impitoyable machine de guerre dans le choc des chaînes annoncé à la rentrée en access.

A lire aussi : le casting complet de Demain nous appartient

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
La Loi des SériesSéries Tv

The Générique TV Show : Liliane Davis (2/2) | La loi des séries #430

La Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Côte Ouest / Knots Landing | La loi des séries #428

À la uneInternational

Puissant séisme dans l'ouest de la Turquie

BrèvesSéries Tv

Les feux de l'amour : le retour de Nina dans la série pour le 12000ème épisode

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux