À la uneActualitéCultureMusiqueSoiréesSpectacles

Trois légendes du jazz à Paris: Ahmad, Keith et Herbie

Trois légendes du jazz contemporain se succèdent à Paris cette semaine, les 2, 4 et 5 juillet, dans trois salles prestigieuses. Ahmad Jamal au Théâtre de l’Odéon, Keith Jarret à la Salle Pleyel et Herbie Hancock à l’Olympia.

Ahmad Jamal en concert

Ahmad Jamal en concert

Tandis que le Paris Jazz Festival 2014 bat son plein dans les jardins du Parc Floral depuis le 7 juin et ce jusqu’au 27 juillet, y sont encore attendus entres autres, les très jeunes Pierre de Bethmann, Tigran Hamasyan et Joshua Redman, le pianiste Ahmad Jamal vient fêter ses 84 printemps ce premier juillet dans la capitale du Jazz. L’occasion pour tout amateur de notes bleues de découvrir ou de re-découvrir un ensemble historique de la musique jazz, débutée il y a plus d’un demi-siècle, en live au théâtre de l’Odéon ce mercredi 2 juillet. Avec son trio indéboulonnable formé dans les années 1960, Israel Crosby à la contrebasse et Vernel Fournier à la batterie, la formation a façonnée un style solide et architecturée. L’emploi des silences comme vecteur dramatique dans ses compositions démontre l’influence importante dans son oeuvre d’une autre légende, le pianiste Thelonius Monk qui, lui pianote dans les nuages depuis 1982.
Ahmad dit “le Magnifique” ou le Prophète, a étoffé d’années en années son répertoire en incluant la présence d’un percussionniste émérite, Manolo Badrena qui apporte une belle touche de folie et de pulsation africaine.

[youtube id=”9dS2fRAmjFE”]

Les musiciens de jazz ont la particularité d’avoir la vie longue. Sans parler de postérité, les Géants ont pour la plupart tous quitter la scène de leur vie la soixantaine passée. Il y a bien eu cette « génération perdue » de jazzmens partis trop tôt à cause de l’alcool et des drogues dures, tels que Charlie Christian ou Fats Navarro morts respectivement à 23 et 26 ans. Tout de même, les musiciens de jazz vivent très longtemps, à l’image du chanteur Jimmy Scott décédé à l’âge de 88 ans le 14 juin dernier ou encore le roi du Hard Bop Horace Silver à 85 ans le 20 du même mois. Que ce soit Ahmad, Keith ou Herbie, ces messieurs, 231 ans a eux trois additionnés, enchainent les concerts pour le plus grand plaisir des amateurs de jazz de toutes les générations.

Keith Jarret a quant à lui choisi la mythique Salle Pleyel pour son passage à Paris. L’Américain, étonnant de virtuosité, qui vola la vedette à seulement 21 ans au saxophoniste et leader du groupe Charles Loyd, ne connu son premier vrai succès qu’avec l’album The Köln Concert en 1975, enregistré entre deux concerts de Miles Davis. Des années 1970 aux années 1990, le pianiste d’origine écossaise et hongroise se consacre à la musique classique, improvisant à l’orgue et au clavecin des compositions de Bach, Mozart ou encore Haendel.
Bien qu’étant atteint du syndrome de fatigue chronique depuis 2000, le pianiste de 69 ans qui est connu surtout pour privilégier les longues improvisations aux standards, enchaine les tournées mondiales avec toute la rigueur et l’exigence qu’on lui connait : un léger toussotement dans l’assistance pouvant le mettre hors de lui.

Herbie Hancock

Herbie Hancock

Herbie Hancock sera pour sa part, accompagné du saxophoniste Wayne Shorter le 5 juillet à l’Olympia. À 74 ans, l’ex-pianiste de Miles Davis dans les années 60 n’est pas le plus jeune des trois et pourtant c’est lui qui s’est le plus adapté aux mouvances des différentes époques traversées. Précurseur du jazz-rock au début des années 1970 toujours avec le trompettiste Miles Davis, mais aussi l’un des tous premiers musiciens à avoir utilisé un ordinateur pour composer de la musique dans les années 1980, il connait un succès planétaire avec l’album Future Shock et le titre Rock It qui écrit en 5 minutes 26, une page entière du Jazz moderne. Plus funky, plus rap, quelques scratchs de Grandmaster DST disséminés par-ci par là et ce fut le Grammy Award assuré en 1983.
Herbert Jeffrey Hancock renouera avec le succès en 1997 lors de sa collaboration avec Wayne Shorter sur l’album 1&1. Un second Grammy Award lui sera décerné pour le titre Aung San Suu Kyi. Les deux musiciens ont fait partie ensemble du second quintette de leur mentor Miles Davis, en compagnie du batteur Tony Williams et du contrebassiste Ron Carter.

Ces trois récitals parisiens ouvrent magistralement les festivals de jazz de l’été tels que le Nice Jazz festival du 8 au 12 juillet, le Jazz à Juan du 11 au 20 juillet et le Jazz in Marciac du 27 juillet au 18 aout.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... The afterparty, comédie policière qui joue avec les points de vue

À la uneActualitéCinéma

Qu’est ce qu’on appelle “la chronologie des médias”

À la uneCinémaCulture

Avant l'arrivée de Robert Pattinson, qui sont ces acteurs qui ont déjà incarné Batman ?

À la uneActualitéFaits DiversFrance

5 éléments pour comprendre … l’affaire Nordahl Lelandais

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux