Covid19: Emmanuel Macron se prononcera lundi à 20h. Prolongation du confinement au-delà du 15 avril. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneActualitéInternational

Tunisie: une loi contre le racisme après l’agression de trois Congolais

Photo de la manifestation du 25 décembre publiée sur le facebook de l'Aesat

Suite à l’agression de trois Congolais dans les rues de Tunis le 24 décembre, le Premier ministre tunisien veut faire voter une loi pénalisant le racisme. Des actes nombreux dans ce pays.

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a appelé le Parlement à examiner un projet de loi pénalisant le racisme. Cette déclaration intervient à la suite d’une manifestation d’étudiants africains dénonçant les agressions qu’ils subissaient. Des agressions racistes, notamment celle de trois Congolais, qui a eu lieu le 24 décembre 2016 à Tunis.

Ils sont trois à avoir été victimes d’une agression le 24 décembre 2016 dans les rues de Tunis. Un homme et deux femmes qui ont été poignardés car ils étaient noirs. C’est ce qu’a rapporté le président de l’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (Aesat) à l’AFP. Les deux jeunes femmes se sont fait prendre à parti et poignarder. Un compatriote est alors intervenu pour les défendre et a lui aussi été blessé.

Cet acte de violence a provoqué une vague de manifestation à Tunis. Le lendemain de l’attaque, le 25 décembre, une centaine de personnes ont manifesté à l’appel de l’Aesat pour dénoncer la situation des étudiants noirs dans le pays.

Photo de la manifestation du 25 décembre publiée sur le facebook de l'Aesat

Photo de la manifestation du 25 décembre publiée sur le facebook de l’Aesat

Le 25 décembre, Samira Merai, la ministre de la Santé, et Mehdi Ben Gharbia, le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, se sont rendus à l’hôpital où se trouvaient les victimes.

Selon le ministère de l’éducation, il y aurait entre 6000 et 8000 jeunes Africains qui fréquenteraient les universités tunisiennes. Ce chiffre a été divisé par deux par rapport à la période pré-révolution de 2011.

De multiples agressions

L’attaque du 24 décembre n’est pas un acte isolé. Selon un document diffusé par Panapress, «ce n’est pas la première fois qu’une agression raciste contre des étudiants africains est perpétrée dans notre pays. » C’est ce que déclaré le syndicat national des journalistes tunisiens. Pour autant, les jeunes Africains ne sont apparemment pas les seuls concernés. En juillet 2016, une vidéo montrant un diplomate sénégalais molesté à l’aéroport de Tunis avait marqué les esprits en Tunisie.

Début 2015, France24 avait rapporté une série d’agressions envers des membres de la communauté noire de Tunisie, à la suite d’un match Tunisie-Guinée Équatoriale de la Coupe d’Afrique des nations.

Autant d’événements qui confirment la nécessité d’une loi condamnant plus sévèrement les actes racistes dans le pays.

Related posts
À la uneActualitéBons Plans

Renoue le contact avec tes potes grâce à Winamax

À la uneActualitéBrèvesFaits DiversMédias

Trois ans de prison pour Christian Quesada

À la uneActualitéInternationalSociété

Les Etats-Unis énormément touchés par le Covid-19

À la uneActualitéInternationalPolitique

Primaires démocrates : Bernie Sanders fait place nette à Joe Biden

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux