À la uneActualitéInternational

Vers une livraison d’armes à l’Ukraine ?

Alors que les séparatistes pro-russes intensifient leurs attaques dans l’est de l’Ukraine, la question d’une aide militaire à l’armée régulière ukrainienne fait de plus en plus débat dans le camp occidental.

Si la Russie fournit des armes, voire des hommes, aux rebelles pro-russes, pourquoi les Etats-Unis et l’Europe ne feraient pas de même avec l’armée ukrainienne ? Depuis le début du conflit civil, en avril 2014, les séparatistes reçoivent une aide militaire, logistique et humaine de la part de Moscou, ce qui leur permet de tenir tête à l’armée régulière. Mieux que ça, ils gagnent du terrain depuis le mois de janvier face à l’armée ukrainienne qui est en train de perdre le rapport de force car moins bien équipée, tant en qualité qu’en quantité.

Alors, le débat de faut-il aider militairement l’Ukraine resurgit. Lundi 2 janvier, le New-York Times révélait la teneur d’un rapport élaboré par d’anciens hauts fonctionnaires de l’administration américaine. Selon le quotidien, ces ex-responsables clairement la fourniture d’armes défensives à Kiev. Le journal précise également que Barack Obama examinerait cette option bien qu’il y soit opposé. Les auteurs du rapport envisageraient une livraison de radars, de drones, de véhicules blindés ou encore de missiles anti-chars.

Les européens pas très chauds

L’Union européenne (UE), elle, a toujours préféré les sanctions aux armes. Elle a d’ailleurs communiqué en ce sens, jeudi 29 février, en annonçant la prolongation pour six mois des sanctions déjà en vigueur envers la Russie. Angela Merkel a réagit, lundi, en insistant sur le fait que “l’Allemagne ne soutiendra pas l’Ukraine aves des armes“, alors que la France se limite à des fournitures de gilets-pare-balles, médicaments, etc. La Lituanie et la Pologne, anciennement sous occupation soviétique, semblent plus enclin à aider l’Ukraine mais la décision se fera à 28.

L’Ukraine préfère l’argent aux armes

En fait, ce qui semble être l’argument allant le plus à l’encontre d’une livraison d’armes est que l’Ukraine elle-même ne la désire pas tant. Dans une interview au journal Le Monde, le 21 janvier, le président ukrainien, Petro Porochenko se disait plus favorable à une aide financière. En effet, en plus de devoir faire face “à la plus grosse armée du continent” qu’est la Russie – ce qui légitime la solution diplomatique -, l’Ukraine est au bord de la faillite économique.

La livraison d’armes défensives à l’Ukraine est donc bien incertaine au moins à court ou moyen terme. En attendant, les sanctions infligées à la Russie ont un effet sur son économie mais elle ne dissuadent pas pour autant Vladimir Poutine dans son entreprise militaire en Ukraine.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

ActualitéÉtudiantMédiasPolitique

Communication 2.0 : quand la politique s'en mêle

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux