C’est la St Valentin, et ça tombe bien : entre les séries et nous, c’est une histoire d’amour. Mais parfois, la romance tourne mal et on doit se faire une raison – il est temps de larguer notre série préférée …

Vous l’avez rencontrée par hasard, c’est un ami qui vous l’a présentée… Entre vous, ce fut le coup de foudre : dès le premier épisode, vous avez su qu’elle était faite pour vous. A moins qu’il vous ait fallu quelques rendez-vous pour succomber à son charme. Toujours est-il que cette série, vous l’avez dans la peau. Jusqu’au jour où…   Il faut vous rendre à l’évidence, elle ne vous fait plus vibrer comme avant : l’idylle est terminée. Dans ce cas, il est peut-être temps de rompre. Comment en est-on arrivé là ? Pour quelles raisons largue-t-on une série télé ? En ce jour de St Valentin, voici 5 raisons de larguer dans les séries.

Cas n°1 : vous avez changé. (« C’est pas toi, c’est moi… »)

Elle n’a rien fait pour vous contrarier, ne vous a jamais trahi et cherche encore à vous surprendre. Ce n’est pas sa faute, mais vous vous êtes lassé : vos goûts ont changé, elle ne vous correspond plus. Insensiblement, vous vous êtes éloignés. Vous commencez par rechigner à regarder l’épisode de la semaine, vous en sautez quelques-uns, vous décidez de faire « une pause », le retard s’accumule… Au final, vous prenez la décision qui s’impose : vous mettez un terme à la relation. Votre série poursuit sa route et vous la vôtre, sans animosité ; vous restez bons amis.

Cas n°2 : la série a changé. (« Tu n’es plus comme avant… »)

Fidèle à vous-même, vous êtes resté le même spectateur qu’au début de votre histoire. C’est la série qui a changé. Ce n’est plus celle dont vous étiez tombé amoureux. Le tueur en série machiavélique est devenu un garçon sensible, la comédie du début s’est assombrie ou, au contraire, des intrigues réalistes se sont teintées de surnaturel. Vous aimiez Dexter quand il était dépourvu d’émotions ; il vous agace quand il est pétri de scrupules. Parfois, c’est un changement de showrunner qui en est la cause, ou le départ d’un acteur : X-Files sans Fox Mulder et Dana Scully, ce n’était plus vraiment X-Files.

Cas n°3 : la maltraitance. (« Tu me fais du mal… »)

Quand votre partenaire vous maltraite physiquement ou psychologiquement, il n’y a pas à réfléchir : on le largue, sans discussion. Même chose avec une série – en particulier lorsqu’elle vous attaque par surprise. Elle se comporte normalement et soudain : BAM ! Elle fait quelque chose d’inhabituel  et de choquant – même pour elle. Par exemple, vous vous attendiez à ce qu’un nouveau personnage tue un des héros, et voilà qu’il en massacre deux d’un coup, à coups de batte de baseball ! Ou sans crier gare, votre série orchestre une tuerie générale au cours d’un mariage, se débarrassant de la moitié des personnages d’un coup (après avoir décapité un de ses héros en saison 1, la garce !).  On en connaît même qui prennent un malin plaisir à torturer leurs héros sans jamais les laisser souffler : accidents, agressions, ruptures, disputes, maladies… (« Mais pourquoi, POURQUOI Grey’s Anatomy est-elle aussi cruelle avec cette pauvre Meredith ?!! ») Quand c’est trop pour vous, il faut savoir dire stop.

Cas n°4 : l’habitude. (« On s’est enlisés dans la routine… »)

Quelque part, vous avez encore de la tendresse pour elle – mais la passion, elle, a disparu. C’est de sa faute : elle ne cherche plus à vous surprendre, elle est devenue paresseuse et se repose sur des arcs narratifs et des rebondissements qu’elle répète d’une saison à l’autre – comme si vous n’alliez pas vous en apercevoir ! Lorsque les Winchester ressuscitent pour la 15ème fois, ou qu’un nouveau membre d’Esprits Criminels est la cible d’un tueur en série, vous commencez à tiquer. Votre cœur ne vibre plus autant à l’approche de vos rendez-vous hebdomadaires – parce que vous savez exactement qu’on va vous refaire le coup de la fois précédente. Vous ne regardez plus que par habitude. Et un jour, vous en avez assez : vous laissez tomber.  On ne le dira jamais assez : la routine, c’est le pire ennemi de la relation amoureuse…

Cas n°5 : la série a pété les plombs. (« Tu es devenue dingue ou quoi ?!! » )

C’est un cas extrême, mais ça arrive : alors qu’elle était cohérente et avait du sens, votre série est frappée de démence. Elle perd de vue son intrigue, s’embarque dans un grand n’importe quoi, part dans la surenchère et  accumule les invraisemblances. A l’instar de Nip/Tuck,  avec son tueur en série improbable, ses opérations de plus en plus incroyables, ses scènes de sexe toujours plus délirantes et ses intrigues de plus en plus tordues. Quand votre série déraille et qu’elle va droit dans le mur, il est temps de la quitter.

Il existe un dernier cas de rupture : lorsque c’est la série qui vous largue. Vous l’aimez comme au premier jour, elle ne vous a jamais déçu, mais voilà : c’est la fin. Parfois, ça se passe bien : la série est simplement terminée, elle a conclu son histoire et vous lui dites adieu, avec tristesse mais sans regret. Mais parfois – et là, c’est douloureux – elle vous abandonne sans conclure : coïtus interruptus. Ce n’est pas vraiment de sa faute, elle a été annulée par une chaîne cruelle et sans pitié, faute d’audience. Mais vous, vous devez faire le deuil de Firefly, Lie To Me ou Forever. Sur le  moment, vous vous dites que votre vie est foutue, que vous ne retrouverez jamais une série aussi géniale et qui vous comprenait aussi bien… Croyez-le ou non, vous vous en remettrez. Vous n’allez pas tarder à rencontrer une autre série et à retomber amoureux.  Et puis, avouez-le : vous trouverez bien de quoi vous consoler ! Vous avez toujours été un couple libre : votre série préférée avait d’autres spectateurs, et vous, vous fréquentiez d’autres séries…