En juillet 2018, le nombre d’accidents mortels sur les routes, en France métropolitaine, est en baisse (-5,5%) pour le troisième mois consécutif.

Le 1er juillet était mise en place la limitation de vitesse à 80 km/h sur près de 400.000 km de routes secondaires. Une démarche décriée alors que les radars avaient flashé deux fois plus d’automobilistes qu’en 2017. Si les conducteurs n’étaient pas ravis à l’idée de diminuer leur vitesse de 10 km/h sur certaines routes, le bilan mortel s’allège. En juillet 2018, les chiffres s’établissent désormais à 324 morts, 19 de moins qu’en juillet 2017. Mai et juin 2018 enregistrent également des diminutions certaines avec, respectivement, une baisse de 8,4% et 9,3% d’accidents mortels sur les routes. Cependant, le bilan s’alourdit pour les conducteurs de motos et les cyclistes. Les résultats s’annoncent parmi les pires depuis cinq ans avec une moyenne de 97 conducteurs de motos et 29 cyclistes morts sur les routes, selon un rapport de la Sécurité routière.

Mais les accidents mortels sur les routes ne sont pas majoritairement liés aux excès de vitesse. L’Association des sociétés françaises d’autoroutes a, ainsi, établi le classement des causes de décès. En première position, l’absence de ceinture de sécurité reste le facteur principal de mort sur les routes. En 2017, elle représentait 26% des accidents fatals. Son utilisation est obligatoire à l’avant depuis 1973, et à l’arrière du véhicule depuis 1990. Parmi les autres causes, la somnolence au volant concerne 25,3 % des cas mortels : un même pourcentage pour la consommation de drogues, alcool ou médicaments. Tandis que la vitesse excessive représente 12,7 % des décès, un pourcentage surprenant mais qui appuie la vigilance d’Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière. « On peut penser que les 80 km/h ont joué un rôle mais il faut rester extrêmement prudent« . Selon lui, il faudra attendre la fin de l’année pour connaître les résultats d’une telle mesure.

Le gouvernement multiplie les campagnes, via le compte Twitter @RoutePlusSure, afin de sensibiliser l’opinion publique à la vigilance sur les routes. Nombreux sont les gestes à adopter afin de ne pas représenter un danger sur les routes. En période de canicule et de vacances estivales, les autoroutes françaises sont particulièrement encombrées. Dans ce contexte, le Sécurité routière prône des pauses répétitives sur le trajet, des protections à moto ou en vélo, ou encore le respect systématique des consignes du code de la route.

A lire aussi : La sécurité routière a lancé une campagne de prévention décalée